Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • : Pas d'issue aux grands défis de l'humanité (pétrole, eau, famines, biodiversité, érosion, climat...) sans changement de paradigme et TOTALE remise en question tant au niveau individuel que pluriel (mode de vie, économie, progrès…)
  • Contact

Tonnes CO2/personnes/an

2 = capacité d'absorption de la terre
4 = moyenne mondiale (2 fois trop)
8 = émission moyenne d'un Européen (4 fois trop)
20 = émission moyenne d'un Américain (10 fois trop)
0,09 = émission moyenne d'un Burkinabé
0,06 = émission moyenne d'un Ethiopien

Rechercher

Bon à savoir

- La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.


- En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.

 

- Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial!

 

- Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


- Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoins en eau de 80% des Africains.


- La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres (600 millions de personnes).


- Les pays en développement, qui subissent durement les dérèglements climatiques, ont produit moins de 20% des 350Gt (giga tonne) de CO2 accumulé dans l’atmosphère depuis 1850, alors qu’ils représentent 80% des terriens.


- Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…


- Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à  250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


- Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


- L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).

- La production, le stockage, le transport et le conditionnement d'une calorie alimentaire issue de l'agriculture conventionnelle nécessite 40 calories fossiles!


- D'autres chiffres ici

 

Citations & Livres

Aucun être humain ne vient au monde pour éviter à ses frères la peur de mourir en niant le corps par le travail et l'intellectualisation du monde. [Raoul VANHEIGEM] Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire

 

Ce que fait actuellement la logique de marché, c'est jouer sur la méfiance radicale de l'être humain à l'égard du détachement, ancrée dans l'énergie angoissée du besoin, pour pouvoir inverser l'énergie renonçante du Désir en énergie compulsive de l'envie. [Christian ARNSPERGER] Ethique de l'existence post-capitaliste

 

Le discours économique a une fonction terroriste, celui d'évincer le citoyen du débat [cité par Marie Martin-Pêcheu] Bio-économie

 

La monnaie et l’économie existent parce que l’homme n’a pas confiance en son prochain, qu'il suppose – souvent à raison - vouloir obtenir un échange gagnant. Il veut des garanties. Mais les garanties ne tiennent pas leurs promesses et se révèlent incapables d’empêcher l’injustice. [Didier LACAPELLE] Manuel d'anti-économie

 

Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin

 

Notre époque a besoin d’une grande bouffée d’air frais, qui la revivifie. Vienne le temps où chaque individu, rejetant l’apathie dont tire sa force le pouvoir léthargique qui l’opprime, se change en guerrier sans armure et sans autre arme qu’une invisible force de vie. Qu’il combatte sans relâche pour ce qu’il a d’unique et de plus cher au monde, sa propre existence, vrai champ de bataille où nerfs, muscles, sensations, pensées répondent à la sollicitation de désirs obnubilés par la passion de jouir et que contrarient, refoulent, mutilent et nient les mécanismes d’une économie qui exploite le corps à l’égal de la terre. [Raoul VANEIGEM] Nous qui désirons sans fin


A travers le voile de notre vision rationnelle, la lumière du Réel se brise, et la transforme en une autre vision, comme la lumière du soleil dans la pluie donne l'arc-en-ciel. L'homme, devenu conscient du soleil, comprendra l'arc-en-ciel d'une facon différente. Mais celui qui aura le courrage de tourner le dos à ce qui n'est que l'arc-en-ciel, verra le soleil lui-même. L'homme ressent en lui-même et en son monde, la promesse d'une Réalité qui, à l'origine de son développement rationnel, se cache. [Karlfried GRAF DÜRCKHEIM] 
La percée de l'être ou les étapes de la maturité


L'écologie extérieure sans écologie intérieure n'est qu'illusion. Si intérieurement, l'esprit est mu par des violences passionnelles, cela se traduira inévitablement en comportements extérieurs. Intérieur et extérieur sont interdépendants. Sans un changement intérieur de mentalité et de relation, vouloir un changement à l'extérieur est illusoire. [Denys RINPOCHE]


L'économie politique a placé sur un podium quelques-unes de nos dispositions naturelles les plus vilaines : le matérialisme, l'esprit de compétition, la gloutonnerie, la vanité, l'égoïsme, la myopie intellectuelle et la toute bête cupidité. [Hazel HENDERSON] cité par Fritjof Capra dans Sagesse des sages

Si la logique en place est si tenace, c'est peut-être que quelque chose au fond de nous même y collabore - quelque chose qui participe de l'angoisse et du déni de notre condition d'humains. Les voies de sorties, les plus pertinentes de l'économie capitaliste ne sont donc pas économiques. Elles sont existentielles. [Christian ARNSPERGER] Critique de l'existence capitaliste, Pour une étique existentielle de l'économie

Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d'une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l'enveloppe vivante et vitale de notre planète. Il semble que ce ne soit qu'à l'aune du sacré que nous pourrions mesurer l'ampleur de notre responsabilité. "J'entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l'émerveillement, le respect et le mystère s'allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des être très présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force." [Pierre RABHI] Conscience et environnement

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l'énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l'énergie trouve sa propre liberté.
[Jiddu KRISHNAMURTI]
Le sens du bonheur

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

[GHANDI]

Richesse c'est pouvoir. C'est le pouvoir d'acheter; c'est un droit de commandement sur tout le travail d'autrui.
[HOBBES]


Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme
[RABELAIS]


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi
[Jean de la FONTAINE]

Chaque fois que l'humanité est amputée d'une de ses langues, une de ses cultures, un de ses peuples, ce sont ses propres enfants qui deviennent orphelins d'une partie d'elle même.
[Patrick BERNARD] www.icrainternational.org

Les paradis fiscaux ne sont pas qu'un phénomène marginal réservé à quelques milliardaires, quelques affairistes et beaucoup de mafieux. C'est, au contraire, « une infrastructure essentielle de la finance internationale ». Christian Chavagneux & Ronen Palan


La richesse se mesure au nombre de choses que nous pouvons laisser intactes
[THOREAU]

 

29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 20:15

A. Avant-Propos.

Dans ce deuxième article sur FORTIS, nous allons essayer de comprendre les raisons véritables d’une telle dépréciation de son action en bourse [1] (-84,5% en dix-sept mois) alors que la crise des « subprimes » n’avait affecté ses comptes 2007 que de -2,5MD€.

Mieux, cette provision « subprimes » représente un « manque à gagner » bien plus qu’une perte puisque, grâce à l’Etat belge, FORTIS a pu annoncer un bénéfice net de 4MD€. Sans les cadeaux fiscaux en 2007, et sans une reprise de provisions antérieures « bidon », FORTIS aurait dû enregistrer un bénéfice net d’environ 1,5 milliard d’euros…

Il est donc intéressant de comprendre les raisons d’une telle incohérence apparente : pourquoi un banquier & assureur si diversifié - qui a engrangé pratiquement autant de bénéfices en 2007 (3,994MD€) qu’en 2006 (4,352MD€) et en 2005 (3,941MD€) - subit-il une dépréciation de son cours de bourse ?

F      « Le marché » soupçonne-t-il cette banque de lui avoir caché des pertes et des actifs douteux? Dans ce cas, nous avons toutes les bases d’un nouveau scandale.

F      FORTIS représente-t-il la fin d’un modèle ? Un tsunami pourrait-il « emporter » ce type de banquier – assureur européen ?  

B. Les bases d’un nouveau scandale.

Premiers responsables : la classe politique belge.

D'un côté, une Haute Finance belge majoritairement Flamande avec KREDIT BANK - CBC, FORTIS, ING... et AXA BELGIUM en quasi-monopole sur le marché belge des assurances après avoir racheté tous ses concurrents wallons, flamands et suisses. C’est ce que l’UNION EUROPEENNE appelle « la concurrence libre et non faussée » : pratiquement toute la Belgique appartient à ces quatre groupes de la bancassurance.

En face, la Région Wallonne, gouvernée par les apparatchiks socialistes, regarde passer les trains de liquidités wallonnes (les économies libres et forcées des Wallons) vers les Flandres, la Hollande, New-York, Chicago (le plus grand marché de la spéculation sur les matières premières, produits de base alimentaires et métaux de base) et Londres (autre grand marché de la spéculation sur les métaux rares et précieux).

Mieux, avec les économie des Wallons, DEXIA propose aux collectivités régionales et locales (sans le sou) de leur racheter les écoles, les hôpitaux et les équipements sociaux & sportifs pour leur faire signer des baux emphytéotiques de longue durée prévoyant des loyers à prix d’or pendant trente ans ou plus.

Ensemble, les responsables politiques wallons et flamands n’ont pas cessé de faire des cadeaux fiscaux démesurés à ces groupes financiers sans scrupules… Or, non satisfaits de leurs richesses existantes, ils sont tous partis à la conquête des pays de l’Est, de la Roumanie, de la Turquie, de la Chine et même de l’Amérique Latine…

En 2007, FORTIS a notamment racheté une grande banque polonaise, la DOMINET, et elle affichait encore (dans son rapport 2007, publié en avril 2008) une volonté de conquêtes encore plus grandes, malgré la confirmation des difficultés manifestes au niveau de sa gestion des liquidités. La Pologne ? Pour faire quoi ? Pour racheter les terres fertiles et les plus belles (et rares) entreprises polonaises… La conquête du monde ? Pour organiser le convoi de nouveaux trains de liquidités, pour organiser de nouveaux réservoirs de main d’œuvre bon marché et servile, pour posséder plus et toujours plus… Ces gens de la Haute Finance sont des malades psychiatriques : ils veulent plus, toujours plus, par cupidité, mais ils ne savent même plus ce qu’ils veulent…

Cette stratégie de la Haute Finance Belge mettra tous les Belges sur la paille: les Flamands, les Bruxellois, les Wallons (déjà mal en point) et finalement toutes les Régions européennes. FORTIS est le premier avertissement, et c’est un très gros risque pour l’avenir de la Belgique.

Deuxièmes responsables : les cabinets d’audit.

Pour l’audit et la révision des comptes (le commissariat aux comptes), on retrouve les mêmes poids lourds dans toute l’Union Européenne : KPMG et PRICEWATERHOUSE.

Pour la petite histoire, il faut se souvenir du scandale d’ENRON dont les comptes étaient révisés par le Cabinet ARTHUR ANDERSEN. L’histoire s’est très mal terminée : des erreurs de révision, des certifications douteuses, des destructions de preuves et la dissolution mondiale de ce cabinet… dont les équipes ont été récupérées essentiellement par nos deux compères. Enfin, il faut savoir qu’une entreprise (banque comprise) peut révoquer ses contrôleurs quand elle le veut : le système n’est pas sain car les rapports gênants conduiraient les contrôleurs au chômage.

Or, sans pouvoir suivre le dossier avec autant de moyens et de façon aussi régulière que ces cabinets d’audit, nous avions constaté que FORTIS avait déprécié ses actifs de -2,5MD€ (presque 4MD$) dans ses comptes 2007.  Ce signal d’alerte n’a pas été pris au sérieux par tous ces contrôleurs alors que, dans le contexte tumultueux des « subprimes », la Haute Finance (européenne et américaine) en était venue à « ignorer » le contenu réel des « produits dérivés » qu’elle détenait en portefeuille.

Mieux, pour fuir la chute des marchés immobiliers aux Etats-Unis mais aussi en Espagne, en Irlande et en France, les financiers de tous bords avaient quand même pris des positions spéculatives très élevées sur tous les marchés à terme des énergies, matières premières, produits agricoles, métaux précieux, métaux ferreux et non ferreux, spéculation contre le dollar… Durant cette année 2007, rien n’avait échappé à leur cupidité, et FORTIS avait été très active sur tous ces marchés, y compris sur « le marché des droits à polluer ». En fait, le signal des provisions « subprimes », constituées par FORTIS à fin 2007, ne représentait qu’une goutte d’eau par rapport à l’océan des risques pris par cette banque. Il y avait même un indicateur TRES CLAIR qui n’a pas échappé aux requins ennemis… mais qui a échappé aux réviseurs et aux partenaires sociaux !

Il suffisait de regarder ce que les financiers appellent « les bas de bilan » : à l’actif, le poste « Trésorerie & équivalents de trésorerie» (26,36 MD€), les « Actifs détenus à des fins de transaction » (74,80MD€) et les « Créances sur les banques » (119,94MD€) représentaient un quart du bilan du banquier - assureur (220,20 MD€ sur un total bilan de 871,18MD€).

Or, pour financer ces opérations de trésorerie, FORTIS affichait des passifs à très court terme plutôt dangereux : des « Passifs détenus à des fins de transaction » (89,59 MD€) et des « Dettes envers les banques » (193,43MD€), soit un total de 282,02MD€ ou près d’un tiers de son bilan.

Un « trou » de 60MD€ dans les bas de bilan! Il est clair que le commun des mortels connaît mieux les règles de prudence que le staff et les contrôleurs flamands de FORTIS : quand le temps est à l’orage, il ne faut surtout pas compter sur le parapluie de son voisin (endettement) et il est préférable de se mettre à l’abri, chez soi, plutôt que de se réfugier précipitamment sous le seul arbre disponible (marché monétaire) dans un environnement aussi dangereux.

En bref, dans un contexte de méfiance généralisée et de guerre des liquidités, cette situation n’était pas saine, et il fallait examiner de très près la « qualité » des actifs à très court terme de FORTIS parmi lesquels il devait y avoir des achats & ventes à découvert ainsi que des call & put warrants très risqués.

Troisièmes responsables : la BNB et la BCE.

Par ailleurs, la BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE et la BANQUE CENTRALE EUROPENNE avaient tous les moyens et toute l’autorité nécessaire pour « auditer » (elles aussi) la qualité des actifs et des passifs à très court terme de toutes les grandes banques commerciales. Elles n’ont rien fait !

Quatrièmes responsables : les syndicats.

Tout le monde attendait les comptes du premier semestre 2008, et ceux-ci ont révélé les faiblesses et les risques qui se trouvaient déjà dans la crèche de Noël et dans les cadeaux empoisonnés du Nouvel An 2007.

Or, les syndicats sont régulièrement informés des évolutions économiques et financières dans le cadre de diverses réunions de Conseils d’Entreprise [2], au niveau local, national et européen. Ils n’ont rien vu, eux non plus. Et pourtant, ils reçoivent et ils peuvent recevoir des sommes importantes pour faire analyser les comptes par des spécialistes, et même pour contrôler les contrôleurs.

C’est ce qu’ils font quand il y a des situations de blocage sur les conditions de travail et de rémunération… mais ils préfèrent utiliser leurs officines ou les copains - coquins pour faire ces analyses… Et, bien sûr, les analyses comptables ne suffisent pas car il faut une bonne connaissance des « marchés » et des « Lois du Marché » pour détecter les pratiques douteuses.

Les syndicats de FORTIS ont regardé passer les trains, eux aussi, car ils ont validé à deux reprises (fin 2006 et fin 2007) l’immense escroquerie fiscale des « intérêts notionnels » (Cfr. Notes 2 et 3 de l'article Belgique, pays de grosses légumes)… au nom des intérêts mal compris des salariés de leur groupe. Puis, ils ont négligé l’analyse de comptes de FORTIS BANQUE Belgique à fin 2007. Et le 24/09/2008, ils viennent encore de rater le wagon en restant passifs devant les comptes semestriels.

Or, que disaient ces comptes ? Ils disaient que les profits - avant opérations de désinvestissement - étaient excellents : 1,6 MD€ pour le 1° semestre 2008 (SI-2008) contre 0,8MD€ pour le 1° semestre 2007 (SI-2007). Par contre, ils annonçaient de nouvelles provisions (pertes non réalisées mais très probables) à hauteur de -4,77MD€, écriture qui n’a donné lieu à aucune demande d’explications particulières de la part des syndicats. Une partie de ces provisions trouverait réponse dans le poste GOODWILL à hauteur de -4,63MD€ : FORTIS admet donc avoir surpayé ses acquisitions récentes (ABN-AMRO, DOMINET et autres) en provisionnant près de 5MD€ sans avoir totalement bouclé leur financement… Bigre !

Par contre, une autre écriture méritait des demandes d’explications très sérieuses de la part des syndicats : FORTIS fait apparaître un risque opérationnel de 15.868 millions d’euros ou 15,87 MD€ sur ses activités bancaires (contre un risque nul à fin 2007)…  tout en réduisant considérablement le chiffrage total de ses « risques sur crédits » (-33MD€) et de ses « risques sur marché » (-10MD€). Mystère !

Cinquièmes responsables : les Administrations Fiscales.

Tout cela est « un peu léger » car, derrière tous ces chiffrages, l’application des fameux « intérêts notionnels » (Cfr. Notes 2 et 3 de l'article Belgique, pays de grosses légumes) mériterait un audit des bases de calcul utilisées par FORTIS. En effet, c’est le montant du capital social – en valeur marché – qui semble avoir été utilisé pour les déductions fiscales et 2006 et 2007, et celui-ci a fondu comme neige au soleil… Comme ces règles fiscales sont « curieuses », nous sommes curieux de voir ce que va en dire « le fisc » belge? FORTIS va-t-il enfin payer des arriérés d’impôts à l’Etat belge au moment où sa trésorerie vacille ? Ou bien, va-t-il se séparer d’une partie de ses bons actifs à hauteur de 10 à 15 MD€ pour payer une partie de ses dettes aux citoyens belges ? Les syndicats vont-ils continuer à encourager les fraudes fiscales légalisées ? L’Etat belge va-t-il cesser enfin d’obéir aux ordres de ces lobbyings suicidaires ? Une histoire belge à suivre…

Dans la série : « Les Impôts ? Ce n’est pas pour nous, mais pour les autres ! », il est indispensable de reprendre toutes les provisions techniques d’assurance que personne n’a auditées depuis plus de trente ans dans aucun pays de l’Union Européenne. Or, pour information, ces réserves techniques d’assurances (vie et non - vie) représentaient un montant total de 5 .333,4 MD€ à fin 2007 au sein de la seule Zone Euro : des réserves qui ont échappé à toute forme de taxation et d’imposition. Et là, ce n’est plus tout à fait une histoire belge !     

C. FORTIS : la fin d’un « modèle » ?

FORTIS s’est vu au-dessus de toutes les lois en cueillant les étoiles à pleines brassées grâce aux spéculations, exactement ce que faisaient toutes les banques d’affaires de New-York. Ce groupe a tout simplement « oublié » qu’il vaut mieux enrichir une multitude de petits clients plutôt que de créer un désert… en enrichissant quelques nouveaux riches sans patrie. Aucune de ces banques n’a résisté : BEAR STEARNS, LEHMAN BROTHERS, MERRILL LYNCH… Même GOLDMAN SACHS et MORGAN STANLEY ont changé de statut pour « coller » au métier de base des banquiers. Les assureurs, eux aussi, sont condamnés à revenir à leur métier de base en enrichissant leurs clients plutôt qu’en spéculant et en détruisant leurs droits essentiels. AIG, ALLIANZ et AXA ont tiré sur toutes les ficelles pour acquérir une puissance phénoménale en moins de quarante ans. A quoi cela leur sert-il ? A préparer leur prochaine disparition, tout simplement !     

D. Conclusion.

FORTIS, prochaine et dernière victime d’un tsunami financier ? Pas sûr mais le rouleau compresseur se dirige bien vers nos côtes Zéro-Landaises avec l’apparence d’une vague sans danger !  

Merci de réagir, et surtout de faire réagir le plus grand nombre d’entre nous,              

ALTER-EUROPA

Pour une Autre Europe…

Et (bien sûr) pour un Autre Euro…

JUNON MONETA
Le texte au format PDF est disponible ICI


1.      De 35,56€ le 11/04/2007 à 5,20€ le 25/09/2008 = -84,5% en 17 mois.

2.      En France, ce sont les Comités d’Etablissement, Comité d’Entreprise et Comité Central d’Entreprise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ploutopia - dans ECONOMIE - FINANCE
commenter cet article

commentaires

achat or 16/04/2010 11:53


Le temps à répondu à ce sujet, malgré les pseudos mesures mises en place par les états pour limiter les spéculations énormes des banques cela n'a quasi rien changé au niveau des risques prit en
bourse.


Inter'Or 12/10/2008 08:55

Nous sommes à la fin d'une ère économique et financière !

Un ami américain vient de nous envoyer un graphique impressionnant. Ce graphique détonne parce qu'il rapproche le poids du marché des dérivés (abstrait et dématérialisé) de deux grandeurs bien réelles :
1. Le PIB mondial, c'est-à-dire la richesse générée par tous les pays de la planète en un an.
2. La capitalisation boursière mondiale, c'est-à-dire la valeur de toutes les actions et obligations (d'Etat et d'entreprises) cotées sur toutes les places, partout dans le monde.

La valeur des produits dérivés pèse 10 fois plus lourd que la richesse réelle créée par l'économie mondiale dans sa totalité !! Et plus de 5 fois la valeur les actions et obligations cotées sur les marchés mondiaux !
Trouvez l'erreur...
Le volume des marchés de produits dérivés sur les six dernières années a explosé de 500% ! Pouvons-nous continuer ainsi ?
Couvrir ses positions est une chose, faire des arbitrages en est une autre. La spéculation est nécessaire, elle fluidifie les marchés. Ce qui ne va pas, c'est le rapport de 1 à 10 entre la richesse réellement produite et les dérivés. La dérive est là.
Le sage d'Omaha l'a vu venir...

achat or

Liens

A lire

1) Manuel d’anti-économie

2) Transition écologique & économique

3) Le retour du puritanisme au travail

4) Le désir comme désir de l’Autre

5) La Décroissance, l’Argent et Moi

6) Argent, Richesse, Valeur

 

Vie Pratique, Autonomie

AUTARCIES

ECOCLASH (voir Liens)

TERRA MATER

HABITER-AUTREMENT

ECO-BIO.INFO

EAU-tarcie (H20)

RAFFA : le grand ménage

 

Transition > POST-CAPITALISME

Villes en transition

Transition Monétaire

Transition Politique (Politique Simultanée)

Transition Culture

Eco-villages

Créatifs Culturels

Simplicité Volontaire

Demarche.org

Decroissance.org

REVOLUTION LENTE

 

Belgique

RESPIRE asbl

GRAPPE asbl

TETRA asbl

FINANCITE

Se changer soi

Amis de la Terre

Objecteurs de croissance

Nature et Progrès

Nature & Progrès Bruxelles

Ligue des optimistes

CETRI

CADTM

Confluence

Habitat Groupé

Classes de Terre

Ca passe par ma Commune

Groupe de Travail sur la Monnaie

Frère Albert

Maisondd.be (dd humain)

 

France

Plus Conscient 

Pièces et Main d’Œuvre

Dialogue en Humanité

Blog monde diplomatique

On peut le faire

Réseau éco-villages

Sentinelles de la république

 

Blog France

Jean ZIN

Pierre RABHI

Frédéric LORDON

Emceebeulogue

Fortune

 

Favoris

THEOGNOSIS (n'existe plus)

Sortir de l'Economie

INVENTIN

DONDE VAMOS

ECOPHILOPAT

NOS LIBERTES

INVENTERRE

MIIRASLIMAKE

MONOLECTE


Economie

Economistes Atterrés

ECONOSPHERES

Bioéconomie.net

SOCIETAL.org

the New Economic Foundation

 

Management

Mortel Management

 

Politique - Société

Politique Simultanée

Mouvement CiTerrien (MCT)

Alliance21 (monde responsable, pluriel et solidaire)

 

Alliance for a New Humanity


Monnaie (concept)

monnaie.wikispaces.com

www.bioeconomie.net

SystemeMonetaire.be

CreationMonetaire.info

MonnaieFondante.canalblog.com

GTMonnaie.be

Alter-Europa.com

Club-Robin.org

Sel-Terre.info

 

Monnaie (alternative)

Monnaies Locales Complémentaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

 

Climat

Manicore (Jancovici)

 

Pic Pétrole

Oleocene

 

Santé

Pharmacritique

Info Michel Dogna

Votre Sante

 

Planète

Terre Sacrée

LiberTerre.fr

Terre & Humanisme

 

Agriculture – Nature

Semences Paysannes

Kokopelli

Cheminfaisant2005.net

BRF - Bois Raméal Fragmenté

Permaculture

Masanobu Fukuoka

Plantes sauvages

 

Conscience

Alliance21

Fondation Diagonale

Trilogies

LeTransmuteur.net

Nous-les-dieux

Sens de la Vie

Zone7.net

Pas ça !

 

Manipulations

Le pouvoir mondial

SYTI.net

Prise de conscience.org

Les mots ont un sens

 

Info

MichelCollon.info

Mondialisation.ca

Grain (Agriculture)

ContreInfo

News Of Tomorrow

Monde Diplomatique

Decroissance.info

Futur Quantique

Le Grand Soir

 

TLAXCALA

Global Research

AlterInfo

RISAL (Am. Latine)

Congo Forum (Afrique)

Medium4You (Belgique)

Agoravox (France)

Marianne2.fr (France)

Rue89 (France)

 

Livres

Ecophilopat

Syti

Inventin (pdf)

Nous-les-Dieux (pdf)

Ecosociété

 

Editions

La plume de feu (Aude)

Yves MICHEL

Souffle d’Or

Charles Léopold Mayer

Aden

Syllepse

du Cerf

Ecosociété

La découverte

Le Relié

Sang de la Terre

Alter-Europa.com

Penser Librement.com

 

Autres liens

Contre la pensée unique

Epuisement des ressources

Dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation (1)

2021 : fin de l'argent
2025 : fin de l'or et du zinc
2028 : fin de l'étain
2030 : fin du plomb
2039 : fin du cuivre
2040 : fin de l'uranium
2048 : fin du nickel
2050 : fin du pétrole
2064 : fin du platine
2072 : fin du gaz naturel
2087 : fin du fer
2120 : fin du cobalt
2139 : fin de l'aluminium
2158 : fin du charbon

Notre planète n'est pas infinie. On le sait. Ses ressources sont limitées et ne peuvent satisfaire ad vitam eternam les exigences voraces de milliards d'êtres humains.

Nous devons anticiper la pénurie proche des matières premières en vivant tout simplement autrement. Sinon des guerres terribles risquent d'éclater dans un futur proche à la surface de tout le globe pour l'accaparement des gisements restants, atomisant les villes et faisant un carnage parmi les populations. Cela en moins d'une petite génération!

Si nous voulons éviter le pire, retroussons nos manches! Une nouvelle civilisation reste à inventer, ici et maintenant, plus propre, plus économe, plus respectueuse et dont l'objectif premier soit réellement le bonheur de tous et non le profit égocentrique de quelques uns au détriment de tous les autres.

Voir échéancier des ressources exploitables sur le site Terre sacrée.
(1) D'après Science et Vie hors série N° 243, construire un monde durable, de Juin 2008. http://www.mondedurable.science-et-vie.com 

Freemen

Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :
• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique
• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance».



Au delà, comme le nom “Freemen” l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle “chaîne”, un nouveau “journal”, chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

153 blogs freemen