Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • : Pas d'issue aux grands défis de l'humanité (pétrole, eau, famines, biodiversité, érosion, climat...) sans changement de paradigme et TOTALE remise en question tant au niveau individuel que pluriel (mode de vie, économie, progrès…)
  • Contact

Tonnes CO2/personnes/an

2 = capacité d'absorption de la terre
4 = moyenne mondiale (2 fois trop)
8 = émission moyenne d'un Européen (4 fois trop)
20 = émission moyenne d'un Américain (10 fois trop)
0,09 = émission moyenne d'un Burkinabé
0,06 = émission moyenne d'un Ethiopien

Rechercher

Bon à savoir

- La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.


- En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.

 

- Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial!

 

- Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


- Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoins en eau de 80% des Africains.


- La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres (600 millions de personnes).


- Les pays en développement, qui subissent durement les dérèglements climatiques, ont produit moins de 20% des 350Gt (giga tonne) de CO2 accumulé dans l’atmosphère depuis 1850, alors qu’ils représentent 80% des terriens.


- Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…


- Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à  250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


- Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


- L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).

- La production, le stockage, le transport et le conditionnement d'une calorie alimentaire issue de l'agriculture conventionnelle nécessite 40 calories fossiles!


- D'autres chiffres ici

 

Citations & Livres

Aucun être humain ne vient au monde pour éviter à ses frères la peur de mourir en niant le corps par le travail et l'intellectualisation du monde. [Raoul VANHEIGEM] Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire

 

Ce que fait actuellement la logique de marché, c'est jouer sur la méfiance radicale de l'être humain à l'égard du détachement, ancrée dans l'énergie angoissée du besoin, pour pouvoir inverser l'énergie renonçante du Désir en énergie compulsive de l'envie. [Christian ARNSPERGER] Ethique de l'existence post-capitaliste

 

Le discours économique a une fonction terroriste, celui d'évincer le citoyen du débat [cité par Marie Martin-Pêcheu] Bio-économie

 

La monnaie et l’économie existent parce que l’homme n’a pas confiance en son prochain, qu'il suppose – souvent à raison - vouloir obtenir un échange gagnant. Il veut des garanties. Mais les garanties ne tiennent pas leurs promesses et se révèlent incapables d’empêcher l’injustice. [Didier LACAPELLE] Manuel d'anti-économie

 

Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin

 

Notre époque a besoin d’une grande bouffée d’air frais, qui la revivifie. Vienne le temps où chaque individu, rejetant l’apathie dont tire sa force le pouvoir léthargique qui l’opprime, se change en guerrier sans armure et sans autre arme qu’une invisible force de vie. Qu’il combatte sans relâche pour ce qu’il a d’unique et de plus cher au monde, sa propre existence, vrai champ de bataille où nerfs, muscles, sensations, pensées répondent à la sollicitation de désirs obnubilés par la passion de jouir et que contrarient, refoulent, mutilent et nient les mécanismes d’une économie qui exploite le corps à l’égal de la terre. [Raoul VANEIGEM] Nous qui désirons sans fin


A travers le voile de notre vision rationnelle, la lumière du Réel se brise, et la transforme en une autre vision, comme la lumière du soleil dans la pluie donne l'arc-en-ciel. L'homme, devenu conscient du soleil, comprendra l'arc-en-ciel d'une facon différente. Mais celui qui aura le courrage de tourner le dos à ce qui n'est que l'arc-en-ciel, verra le soleil lui-même. L'homme ressent en lui-même et en son monde, la promesse d'une Réalité qui, à l'origine de son développement rationnel, se cache. [Karlfried GRAF DÜRCKHEIM] 
La percée de l'être ou les étapes de la maturité


L'écologie extérieure sans écologie intérieure n'est qu'illusion. Si intérieurement, l'esprit est mu par des violences passionnelles, cela se traduira inévitablement en comportements extérieurs. Intérieur et extérieur sont interdépendants. Sans un changement intérieur de mentalité et de relation, vouloir un changement à l'extérieur est illusoire. [Denys RINPOCHE]


L'économie politique a placé sur un podium quelques-unes de nos dispositions naturelles les plus vilaines : le matérialisme, l'esprit de compétition, la gloutonnerie, la vanité, l'égoïsme, la myopie intellectuelle et la toute bête cupidité. [Hazel HENDERSON] cité par Fritjof Capra dans Sagesse des sages

Si la logique en place est si tenace, c'est peut-être que quelque chose au fond de nous même y collabore - quelque chose qui participe de l'angoisse et du déni de notre condition d'humains. Les voies de sorties, les plus pertinentes de l'économie capitaliste ne sont donc pas économiques. Elles sont existentielles. [Christian ARNSPERGER] Critique de l'existence capitaliste, Pour une étique existentielle de l'économie

Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d'une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l'enveloppe vivante et vitale de notre planète. Il semble que ce ne soit qu'à l'aune du sacré que nous pourrions mesurer l'ampleur de notre responsabilité. "J'entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l'émerveillement, le respect et le mystère s'allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des être très présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force." [Pierre RABHI] Conscience et environnement

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l'énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l'énergie trouve sa propre liberté.
[Jiddu KRISHNAMURTI]
Le sens du bonheur

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

[GHANDI]

Richesse c'est pouvoir. C'est le pouvoir d'acheter; c'est un droit de commandement sur tout le travail d'autrui.
[HOBBES]


Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme
[RABELAIS]


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi
[Jean de la FONTAINE]

Chaque fois que l'humanité est amputée d'une de ses langues, une de ses cultures, un de ses peuples, ce sont ses propres enfants qui deviennent orphelins d'une partie d'elle même.
[Patrick BERNARD] www.icrainternational.org

Les paradis fiscaux ne sont pas qu'un phénomène marginal réservé à quelques milliardaires, quelques affairistes et beaucoup de mafieux. C'est, au contraire, « une infrastructure essentielle de la finance internationale ». Christian Chavagneux & Ronen Palan


La richesse se mesure au nombre de choses que nous pouvons laisser intactes
[THOREAU]

 

20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 09:52

Didier REYNDERS a été réélu à la tête de son parti. Réponse du p'tit Didier à la question: Libéralisme et régulation ne sont-ils pas contradictoires?

"Le libéralisme est une philosophie politique alors que le capitalisme est un outil. Il faut le contrôler. Les libéraux l'ont toujours dit. Cette économie de marché à permis de créer le plus de richesse. C'est grâce à elle que la Belgique a pu consacrer plus d'argent en coopération au développement, que la sécurité sociale existe. Si un autre système pouvait en faire autant, ça se saurait. Il en va de même avec la démocratie. Ce n'est pas parce qu'une majorité absolue a fait n'importe quoi à Charleroi qu'on va supprimer les élections quand même!"


Cette réponse me semble en parfait accord avec un passage à propos du capitalisme et du marché sur le
 débat des propositions de Frédéric LORDON (voir article précédent) sur le blog de Paul JORION. Passage que j'ai souhaité relever dans ce blog car très instructif. Parmi les 4 personnes de l'échange, il y a bien sûr Paul JORION mais aussi Jean-Jégu dont le site est Argent et Société.


Après avoir lu cet échange, vous constaterez que le p'tit Didier n'a pas tout a fait tort, comme souvent d'ailleurs et souvent avec un aplomb incroyable! C'est ce qui fait sa force. Aussi filou que doué, il faut s'en méfier comme les eaux calmes du Loch Ness. Didier c'est aussi l'homme aux multiples cadeaux fiscaux aux plus gros capitalistes Belges et étrangers qu'il dit "contrôler". Didier, c'est aussi le principal instigateur des intérêts notionnels!


A lire:

* La galaxie Frère, Dexia-Winthertur, Axa, Fortis, ING… Les copains d'abord

* Didier RENDERS, l'homme qui parle à l'oreille des riches

* FORTIS 3 : « L’histoire du P’TIT DIDIER »

* Question d’un grand syndicaliste belge: qu’est-ce que les Intérêts Notionnels ?

* Belgique, pays de grosses légumes

* Budget : Les intérêts notionnels menacent les finances publiques
* Intérêts notionnels: 25 grandes sociétés empochent le magot


Mais revenons à ce fameux échange sur le blog de Paul JORION:


Jean-Paul dit :

29 septembre 2008 à 14:36

@Paul Jorion

On lit de plus en plus d’analyses et de diagnostics très pertinents sur la crise actuelle, mais je trouve curieux que les esprits critiques et brillants qui les conduisent n’aillent pas toujours au bout de leur raisonnement : comme disent les économistes,- à juste titre pour une fois -, le marché est de loin « la moins pire des solutions », au moins pour tous ceux qui considèrent qu’un minimum de transparence et d’égalité de traitement entre les acteurs de la vie économique est une chose souhaitable ; La spéculation est finalement son pire ennemi car, pour établir les prix, elle substitue une sorte de joyeux « n’importe quoi » ésotérique, souvent fondé sur la rumeur et l’approximation, à la saine confrontation « démocratique » aussi transparente que possible entre l’offre et la demande. Si l’on veut éviter les dérives spéculatives, il faut simplement commencer par interdire toute forme de rémunération, - qu’elle soit personnelle ou « corporate » -, dont le volume soit lié directement aux volumes des écarts de cours, qu’il s’agisse de gains ou de pertes, et, au contraire, rémunérer au maximum quand le « cours » reste stable.


Cette refondation des mécanismes qui régissent les marchés en général et le marché financier en particulier, est d’autant plus urgente que le développement durable étant in fine une machine sédentaire extrêmement couteuse destinée à réduire les aléas, - qui, schématiquement substitue aux outils rustiques et peu couteux de cueillette, une infrastructure de production -, il est sans doute pour le moins illusoire d’espérer que le système actuel peut le promouvoir sérieusement car, vivant de spéculation sur la rareté et l’extrême mobilité, il sait très bien que ce modèle de développement a pour objectif ultime de tuer sa poule aux œufs d’or.
 

Jean Jégu dit :
29 septembre 2008 à 17:34

@ Jean-Paul

“Comme disent les économistes,- à juste titre pour une fois -, le marché est de loin « la moins pire des solutions », au moins pour tous ceux qui considèrent qu’un minimum de transparence et d’égalité de traitement entre les acteurs de la vie économique est une chose souhaitable”


A mon avis il ne faut pas confondre “marché” et “capitalisme”.Le marché existe depuis bien plus longtemps que le capitalisme. On peut, me semble-t-il, être farouche partisan des marchés (des biens et services réels) et aussi vigoureusement anticapitaliste. Certes il faut être reconnaissant à celui qui vous prête un outil et se faire obligation de lui rendre en aussi bon état que quand il vous l’a prêté, fusse-t-en lui en procurant un neuf. Mais on peut trouver anormal qu’il exige en retour 30 % du résultat de votre travail. D’autant qu’il est parfois légitime de s’interroger aussi sur la manière dont il s’est procuré le dit outil et pourquoi vous n’arrivez pas à en faire autant.


Revoir le commentaire de Paul Jorion sur les propos du Président Sarkosy (rue89, jeudi 25 septembre à 18:30) :
“La crise actuelle n’est peut–être pas la crise ultime du système économique fondé sur le marché, mais c’est très certainement une crise du *capitalisme* : le « capitaliste », c’est celui qui apporte le capital, c’est–à–dire l’investisseur. La spéculation est en train de tuer l’économie et également le système des marchés, mais elle est malheureusement au cœur-même du capitalisme : la spéculation, c’est la méthode-même du capitaliste.”



Jean-Paul dit :

29 septembre 2008 à 19:22

@ Jean Jegu

Tout a fait d’accord. Le capitalisme est une forme de totalitarisme comme une autre, qui n’a pas beaucoup de sympathie pour le marché, et fait même le plus souvent son possible pour l’éliminer au profit de monopoles ou d’oligopoles bien tenus. Les néolibéraux ont réussi à faire admettre l’amalgame entre les notions d’économie de marche et de capitalisme, au point que l’on ne peut plus critiquer le monopole des grandes sociétés sans être accusé aussitôt d’antilibéralisme primaire, ce qui est un comble.


Je crains que les tenants du capitalisme pur et dur ne profitent des difficiles mais nécessaires mutations actuelles et la peur panique qu’elles inspirent au plus grand nombre pour tenter de mettre en place un capitalisme régulé construit sur le modèle bien connu : « les bénéfices sont privés, mais les déficits qui les financent sont publics ». L’exemple du « bail out » américain n’a rien de rassurant de ce point de vue. Il me semble qu’il y a au moins deux préalables essentiels pour ramener le calme sur des marchés dignes de ce nom:


Mettre fin a leur régulation spéculative, que je mentionnais dans ma remarque précédente,


Limiter la monnaie à son rôle transactionnel ; la monnaie n’aurait jamais du devenir un outil de création de valeur en soi. Il est totalement anormal qu’un grand groupe industriel gagne plus d’argent en gérant au mieux sa trésorerie qu’en faisant bien son travail d’industriel, et assez scandaleux que les virtuoses de la « Finance » qui obtiennent ces brillants résultats fassent l’objet d’un traitement comparable a celui des vedettes du monde du spectacle. Quoique….. Après tout, il n’est peut-être pas illogique que les vendeurs de rêves tarifés au prix fort soient tous traités sur un pied d’égalité.
 

Pierre-Yves D. dit :
29 septembre 2008 à 23:26

@ Paul Jorion, Jean Jegu,

Vous ne trouvez pas tout de même que la distinction entre marché et capitalisme est toute théorique si l’on examine le marché et le capitalisme réellement existants ?


S’agissant du marché, comme dirait Weber, il s’agit plus d’un idéal type que d’une réalité. Dire qu’il faut réintroduire un peu de transparence ne change les choses que de façon superficielle. Il y a longtemps que le marché n’a plus aucune transparence, tout au moins si l’on s’en tient à la conception libérale du marché.


Le marché, du point de vue du libéralisme économique, dans son sens le plus basique, et duquel a dérivé la conception économique classique synthétisée par Adam Smith, c’est un lieu d’échange unique, primitivement le marché local, lieu physique, où différents acheteurs et vendeurs s’échangent des produits et services et en déterminent le prix en toute transparence, les différents agents connaissant tous les autres. Évidemment l’image qui revient c’est celle du commissaire priseur. Par extension Le Marché a désigné l’ensemble des marchés, plus ou moins coordonnés, et supposés s’autoréguler, et c’est une grande partie de la réflexion économique de Smith.


Le problème c’est que cette vision des choses est une vue de l’esprit, car si du temps d’Adam Smith les différents acteurs économiques pouvaient avoir une connaissance relativement exacte de l’état du marché, les marchés demeurant relativement locaux, producteurs, travailleurs et consommateurs occupant des espaces géographes relativement homogènes, avec l’essor du capitalisme et la Révolution industrielle qui lui était associé, la transparence et l’égalité ont vite disparu. Les économies nationales étaient mises en concurrences, et le colonialisme n’était pas le moindre facteur des distorsions. Cette distorsion apportée à l’idée primitive de marché fut d’ailleurs justifiée et en germe dans le propos même de Smith lorsque celui-ci introduisait l’idée de la division du travail. En effet, la division du travail au sein des entreprises fait des travailleurs une simple force de travail. Et, détail crucial, une force de travail disponible sur le marché, le marché du travail.


Plus tard Ricardo introduira la division internationale du travail. Il s’agira alors d’optimiser l’allocation des facteurs de production en fonction des spécificités et opportunités qu’offrent les différentes économies.


Un marché défini en termes de libéralisme n’est pas incompatible avec le capitalisme pour la bonne raison que la transparence revendiquée y est fondamentalement impossible.
Il est en effet impossible aux différents agents économiques de connaître les motivations, les plans, des concurrents car l’analyse classique surdétermine le rôle de l’entreprise et fait ainsi l’impasse sur les ressorts humains, sociaux, pour expliquer le développement économique, et donc l’évolution des marchés. L’économie classique est calquée sur le modèle newtonien, linéaire, le chaos, la rupture est son impensé. Si les agents économiques sont capables d’anticiper rationnellement les mouvements de la production c’est que la concurrence a disparu, comme dans le capitalisme d’État soviétique, à l’économie planifiée.


Libéralisme et capitalisme n’ont pas évolué de façons autonomes. Le capitalisme n’a cessé de dicter sa loi au libéralisme. Et le libéralisme en retour a fourni l’idéologie du capitalisme, du moins en occident. Le principe même du libéralisme économique fondé sur l’idée de concurrence libre et non faussée est une contradiction dans les termes (Si seulement Didier et tous les libéraux pouvait intégrer cela). En effet, dès lors qu’il y a liberté économique, c’est à dire d’entreprendre, de commercer, de produire, les capitalistes vont n’avoir de cesse d’essayer d’éliminer leurs concurrents, de capter les marchés à leurs profits. D’où rapidement la formation de monopoles, oligopoles, ententes. Mais, alors, on objectera peut-être, c’est le rôle de l’État que de fournir aux entrepreneurs un cadre juridique, institutionnel permettant de garantir l’égalité, la concurrence. On retombe alors dans la contradiction puisque le libéralisme se prétend fondé sur la liberté d’entreprendre. Dès qu’il y a un cadre juridique, des arbitrages qui sont rendus, de la liberté il ne demeure plus que le nom. Dans une économie mondialisée la chose est encore plus évidente. Des réglementations trop strictes livrent l’économie nationale à la concurrence, distordant alors le marché au profit des investisseurs ou exportateurs extérieurs. Voir aussi sur ce blog "DOGME 6: libre expression de la concurrence".


Pour aborder la période contemporaine proprement dite, me semble très intéressantes les réflexions du philosophe Bernard Stiegler sur l’hyper capitalisme. Elles précisent la signification de ce que représente le marché dans le système capitaliste d’aujourd’hui. Si l’on considère que le marché est à l’interface entre producteurs et consommateurs, on peut dire que le marché où producteurs et consommateurs forment un milieu associé (Internet dans le domaine de la télécommunication en est un exemple emblématique) tend à s’amenuiser comme peau de chagrin. Le modèle fordiste - avec toutes ses tares - était à cet égard une certaine forme d’économie associée. Producteurs et consommateurs formaient un ensemble économique homogène. Or, depuis quelques décennies le marché tend à devenir l’interface d’une opération de dissociation entre production et consommation. Le temps nécessaire pour l’appropriation culturelle des objets mis en circulation tend à disparaître. Les objets sont conçus de telle façon que l’on puisse les utiliser de façon durable et surtout aliènent le consommateur en raison de leur possibilités limitées d’avoir un usage social et-ou créatif. Une autre caractéristique de l’hyper capitalisme est que l’on vend plus des services que des marchandises. Des compétences, même basiques, qui jusque là étaient du ressort de la culture personnelle deviennent des services marchands. L’usager perd alors son savoir-faire.


Le marché est en définitive le lieu - parfois virtuel - où s’exerce un contrôle, une manipulation des consommateurs, via la publicité, le marketing et les industries du spectacle et de la culture.
La grande affaire du capitalisme industriel n’est plus alors de produire des travailleurs qui consommeront mais de produire en aval les modes de vie le plus aptes à répondre aux besoins du capital. Le concept de société de marché prend alors ici tout son sens.


D’une certaine façon l’hyper capitalisme industriel — l’industrie financière mis à part — a résolu le problème des anticipations rationnelles puisqu’il a pris le contrôle des esprits, et même, ajoute Bernard Stiegler, au lieu d’exploiter la libido des consommateurs, il en vient désormais à exploiter les pulsions après avoir comme épuisé le filon de la libido. Ce qui devrait d’après le philosophe conduire à l’autodestruction du capitalisme. Cet auteur indiquait par ailleurs que le renoncement au développement anarchique et démesuré de la finance, le véritable principe directeur du capitalisme actuel, était la condition sine-qua-non pour entamer toute réforme du capitalisme, en attendant d’aller vers un autre modèle économique.


Autant dire que dans ces conditions, du marché, il ne reste que les apparences : les flux de capitaux, de marchandises et de services. Les êtres humains libres et égaux deviennent eux les jouets, les proies d’un capitalisme sans vergogne qui, de fait, opérationnellement, réduit toute dimension humaine, sociale, culturelle, politique, au simple calcul de l’intérêt. La tempête financière qui souffle actuellement sur le capitalisme ouvrira-t-elle quelques brèches par lesquelles un peu plus de démocratie s’introduira dans un système où les êtres humains sont devenus les esclaves d’une certaine vision du monde, d’un type d’économie qui a colonisé tous les secteurs de la vie?


Bref, à la distinction marché capitalisme, à mon sens peu opérante, ne faudrait-il pas subtituer la distinction démocratie capitalisme ?


Le capitalisme a absorbé a son profit l’idée de marché mais c’est à reculons que la démocratie y a fait son entrée et la plupart du temps elle en a surtout été l’ennemie, comme vous le dites Paul Jorion en assimilant capitalisme et totalitarisme.


La réalité la plus ordinaire est que la démocratie s’arrête aux portes du monde des entreprises. Nous sommes tellement habitués à l’idée que la démocratie c’est le système républicain et parlementaire que nous oublions cette évidence.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ploutopia - dans Belgique
commenter cet article

commentaires

Liens

A lire

1) Manuel d’anti-économie

2) Transition écologique & économique

3) Le retour du puritanisme au travail

4) Le désir comme désir de l’Autre

5) La Décroissance, l’Argent et Moi

6) Argent, Richesse, Valeur

 

Vie Pratique, Autonomie

AUTARCIES

ECOCLASH (voir Liens)

TERRA MATER

HABITER-AUTREMENT

ECO-BIO.INFO

EAU-tarcie (H20)

RAFFA : le grand ménage

 

Transition > POST-CAPITALISME

Villes en transition

Transition Monétaire

Transition Politique (Politique Simultanée)

Transition Culture

Eco-villages

Créatifs Culturels

Simplicité Volontaire

Demarche.org

Decroissance.org

REVOLUTION LENTE

 

Belgique

RESPIRE asbl

GRAPPE asbl

TETRA asbl

FINANCITE

Se changer soi

Amis de la Terre

Objecteurs de croissance

Nature et Progrès

Nature & Progrès Bruxelles

Ligue des optimistes

CETRI

CADTM

Confluence

Habitat Groupé

Classes de Terre

Ca passe par ma Commune

Groupe de Travail sur la Monnaie

Frère Albert

Maisondd.be (dd humain)

 

France

Plus Conscient 

Pièces et Main d’Œuvre

Dialogue en Humanité

Blog monde diplomatique

On peut le faire

Réseau éco-villages

Sentinelles de la république

 

Blog France

Jean ZIN

Pierre RABHI

Frédéric LORDON

Emceebeulogue

Fortune

 

Favoris

THEOGNOSIS (n'existe plus)

Sortir de l'Economie

INVENTIN

DONDE VAMOS

ECOPHILOPAT

NOS LIBERTES

INVENTERRE

MIIRASLIMAKE

MONOLECTE


Economie

Economistes Atterrés

ECONOSPHERES

Bioéconomie.net

SOCIETAL.org

the New Economic Foundation

 

Management

Mortel Management

 

Politique - Société

Politique Simultanée

Mouvement CiTerrien (MCT)

Alliance21 (monde responsable, pluriel et solidaire)

 

Alliance for a New Humanity


Monnaie (concept)

monnaie.wikispaces.com

www.bioeconomie.net

SystemeMonetaire.be

CreationMonetaire.info

MonnaieFondante.canalblog.com

GTMonnaie.be

Alter-Europa.com

Club-Robin.org

Sel-Terre.info

 

Monnaie (alternative)

Monnaies Locales Complémentaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

 

Climat

Manicore (Jancovici)

 

Pic Pétrole

Oleocene

 

Santé

Pharmacritique

Info Michel Dogna

Votre Sante

 

Planète

Terre Sacrée

LiberTerre.fr

Terre & Humanisme

 

Agriculture – Nature

Semences Paysannes

Kokopelli

Cheminfaisant2005.net

BRF - Bois Raméal Fragmenté

Permaculture

Masanobu Fukuoka

Plantes sauvages

 

Conscience

Alliance21

Fondation Diagonale

Trilogies

LeTransmuteur.net

Nous-les-dieux

Sens de la Vie

Zone7.net

Pas ça !

 

Manipulations

Le pouvoir mondial

SYTI.net

Prise de conscience.org

Les mots ont un sens

 

Info

MichelCollon.info

Mondialisation.ca

Grain (Agriculture)

ContreInfo

News Of Tomorrow

Monde Diplomatique

Decroissance.info

Futur Quantique

Le Grand Soir

 

TLAXCALA

Global Research

AlterInfo

RISAL (Am. Latine)

Congo Forum (Afrique)

Medium4You (Belgique)

Agoravox (France)

Marianne2.fr (France)

Rue89 (France)

 

Livres

Ecophilopat

Syti

Inventin (pdf)

Nous-les-Dieux (pdf)

Ecosociété

 

Editions

La plume de feu (Aude)

Yves MICHEL

Souffle d’Or

Charles Léopold Mayer

Aden

Syllepse

du Cerf

Ecosociété

La découverte

Le Relié

Sang de la Terre

Alter-Europa.com

Penser Librement.com

 

Autres liens

Contre la pensée unique

Epuisement des ressources

Dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation (1)

2021 : fin de l'argent
2025 : fin de l'or et du zinc
2028 : fin de l'étain
2030 : fin du plomb
2039 : fin du cuivre
2040 : fin de l'uranium
2048 : fin du nickel
2050 : fin du pétrole
2064 : fin du platine
2072 : fin du gaz naturel
2087 : fin du fer
2120 : fin du cobalt
2139 : fin de l'aluminium
2158 : fin du charbon

Notre planète n'est pas infinie. On le sait. Ses ressources sont limitées et ne peuvent satisfaire ad vitam eternam les exigences voraces de milliards d'êtres humains.

Nous devons anticiper la pénurie proche des matières premières en vivant tout simplement autrement. Sinon des guerres terribles risquent d'éclater dans un futur proche à la surface de tout le globe pour l'accaparement des gisements restants, atomisant les villes et faisant un carnage parmi les populations. Cela en moins d'une petite génération!

Si nous voulons éviter le pire, retroussons nos manches! Une nouvelle civilisation reste à inventer, ici et maintenant, plus propre, plus économe, plus respectueuse et dont l'objectif premier soit réellement le bonheur de tous et non le profit égocentrique de quelques uns au détriment de tous les autres.

Voir échéancier des ressources exploitables sur le site Terre sacrée.
(1) D'après Science et Vie hors série N° 243, construire un monde durable, de Juin 2008. http://www.mondedurable.science-et-vie.com 

Freemen

Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :
• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique
• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance».



Au delà, comme le nom “Freemen” l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle “chaîne”, un nouveau “journal”, chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

153 blogs freemen