Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • : Pas d'issue aux grands défis de l'humanité (pétrole, eau, famines, biodiversité, érosion, climat...) sans changement de paradigme et TOTALE remise en question tant au niveau individuel que pluriel (mode de vie, économie, progrès…)
  • Contact

Tonnes CO2/personnes/an

2 = capacité d'absorption de la terre
4 = moyenne mondiale (2 fois trop)
8 = émission moyenne d'un Européen (4 fois trop)
20 = émission moyenne d'un Américain (10 fois trop)
0,09 = émission moyenne d'un Burkinabé
0,06 = émission moyenne d'un Ethiopien

Rechercher

Bon à savoir

- La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.


- En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.

 

- Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial!

 

- Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


- Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoins en eau de 80% des Africains.


- La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres (600 millions de personnes).


- Les pays en développement, qui subissent durement les dérèglements climatiques, ont produit moins de 20% des 350Gt (giga tonne) de CO2 accumulé dans l’atmosphère depuis 1850, alors qu’ils représentent 80% des terriens.


- Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…


- Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à  250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


- Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


- L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).

- La production, le stockage, le transport et le conditionnement d'une calorie alimentaire issue de l'agriculture conventionnelle nécessite 40 calories fossiles!


- D'autres chiffres ici

 

Archives

Citations & Livres

Aucun être humain ne vient au monde pour éviter à ses frères la peur de mourir en niant le corps par le travail et l'intellectualisation du monde. [Raoul VANHEIGEM] Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire

 

Ce que fait actuellement la logique de marché, c'est jouer sur la méfiance radicale de l'être humain à l'égard du détachement, ancrée dans l'énergie angoissée du besoin, pour pouvoir inverser l'énergie renonçante du Désir en énergie compulsive de l'envie. [Christian ARNSPERGER] Ethique de l'existence post-capitaliste

 

Le discours économique a une fonction terroriste, celui d'évincer le citoyen du débat [cité par Marie Martin-Pêcheu] Bio-économie

 

La monnaie et l’économie existent parce que l’homme n’a pas confiance en son prochain, qu'il suppose – souvent à raison - vouloir obtenir un échange gagnant. Il veut des garanties. Mais les garanties ne tiennent pas leurs promesses et se révèlent incapables d’empêcher l’injustice. [Didier LACAPELLE] Manuel d'anti-économie

 

Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin

 

Notre époque a besoin d’une grande bouffée d’air frais, qui la revivifie. Vienne le temps où chaque individu, rejetant l’apathie dont tire sa force le pouvoir léthargique qui l’opprime, se change en guerrier sans armure et sans autre arme qu’une invisible force de vie. Qu’il combatte sans relâche pour ce qu’il a d’unique et de plus cher au monde, sa propre existence, vrai champ de bataille où nerfs, muscles, sensations, pensées répondent à la sollicitation de désirs obnubilés par la passion de jouir et que contrarient, refoulent, mutilent et nient les mécanismes d’une économie qui exploite le corps à l’égal de la terre. [Raoul VANEIGEM] Nous qui désirons sans fin


A travers le voile de notre vision rationnelle, la lumière du Réel se brise, et la transforme en une autre vision, comme la lumière du soleil dans la pluie donne l'arc-en-ciel. L'homme, devenu conscient du soleil, comprendra l'arc-en-ciel d'une facon différente. Mais celui qui aura le courrage de tourner le dos à ce qui n'est que l'arc-en-ciel, verra le soleil lui-même. L'homme ressent en lui-même et en son monde, la promesse d'une Réalité qui, à l'origine de son développement rationnel, se cache. [Karlfried GRAF DÜRCKHEIM] 
La percée de l'être ou les étapes de la maturité


L'écologie extérieure sans écologie intérieure n'est qu'illusion. Si intérieurement, l'esprit est mu par des violences passionnelles, cela se traduira inévitablement en comportements extérieurs. Intérieur et extérieur sont interdépendants. Sans un changement intérieur de mentalité et de relation, vouloir un changement à l'extérieur est illusoire. [Denys RINPOCHE]


L'économie politique a placé sur un podium quelques-unes de nos dispositions naturelles les plus vilaines : le matérialisme, l'esprit de compétition, la gloutonnerie, la vanité, l'égoïsme, la myopie intellectuelle et la toute bête cupidité. [Hazel HENDERSON] cité par Fritjof Capra dans Sagesse des sages

Si la logique en place est si tenace, c'est peut-être que quelque chose au fond de nous même y collabore - quelque chose qui participe de l'angoisse et du déni de notre condition d'humains. Les voies de sorties, les plus pertinentes de l'économie capitaliste ne sont donc pas économiques. Elles sont existentielles. [Christian ARNSPERGER] Critique de l'existence capitaliste, Pour une étique existentielle de l'économie

Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d'une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l'enveloppe vivante et vitale de notre planète. Il semble que ce ne soit qu'à l'aune du sacré que nous pourrions mesurer l'ampleur de notre responsabilité. "J'entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l'émerveillement, le respect et le mystère s'allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des être très présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force." [Pierre RABHI] Conscience et environnement

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l'énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l'énergie trouve sa propre liberté.
[Jiddu KRISHNAMURTI]
Le sens du bonheur

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

[GHANDI]

Richesse c'est pouvoir. C'est le pouvoir d'acheter; c'est un droit de commandement sur tout le travail d'autrui.
[HOBBES]


Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme
[RABELAIS]


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi
[Jean de la FONTAINE]

Chaque fois que l'humanité est amputée d'une de ses langues, une de ses cultures, un de ses peuples, ce sont ses propres enfants qui deviennent orphelins d'une partie d'elle même.
[Patrick BERNARD] www.icrainternational.org

Les paradis fiscaux ne sont pas qu'un phénomène marginal réservé à quelques milliardaires, quelques affairistes et beaucoup de mafieux. C'est, au contraire, « une infrastructure essentielle de la finance internationale ». Christian Chavagneux & Ronen Palan


La richesse se mesure au nombre de choses que nous pouvons laisser intactes
[THOREAU]

 

28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 10:07

Qui n’a jamais vu ces bons multicolores émis par les chaînes de restaurants ou les centres commerciaux qui atterrissent dans nos boîtes aux lettres avec la promesse de réductions sur tel ou tel achat? Pourquoi les régions ne pourraient-elles pas utiliser un système comparable ? Cette idée à été proposée à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu en 2002 à Steyerherg (Basse-Saxe) et est devenue aujourd’hui la base d’un projet bien concret, qui rencontre un succès incontestable parmi les participants de tous les secteurs.

 
Le Chiemgauer est un bon qui fut initialement émis par l’école Steiner de Prien am Chiemsee: l’initiateur du projet, Christian Gelleri, l’a pensé d’emblée comme un moyen d’échange complémentaire local. Christian Gelleri enseignait l’économie à la Waldorfschule de Prien, en Bavière, et il a conçu ce projet initialement comme un exercice pratique pour ses étudiants et étudiantes.

 

Le système mis au point par Gelleri se fonde sur une idée simple: créer un moyen de paiement contribuant au développement de la région et s’assurer le soutien des commerçants et des petits entrepreneurs locaux en leur proposant un espace publicitaire. Les commerçants impliqués dans le projet — c’est-à-dire ceux qui acceptent les Chiemgauer comme moyen de paiement — reçoivent en échange de leur soutien un espace publicitaire dans différentes revues et publications. Ce «marché» est très intéressant pour les petits commerçants, dont les dépenses de publicité représentent en général entre 5 % et 10% du chiffre d’affaires. Les frais d’acquisition d’un nouveau client sont encore plus élevés.


Toute personne ou association locale qui souhaite s’impliquer dans le système doit acheter des bons auprès de la centrale d’émission — à l’origine, il s’agissait de l’école de la ville — et reçoit un bonus, qui s’élève à environ 3 % de la valeur nominale. On obtient donc 103 Chiemgauer pour le prix de 100 euros.


Comment fonctionne un Chiemgauer?
Les personnes intéressées achètent ces Chiemgaueruniquement avec des euros. Avec ces bons, les participants peuvent payer les commerçants qui les acceptent. Les commerçants qui reçoivent ces bons ont alors un choix: soit ils demandent à échanger leurs bons contre des euros, auquel cas ils doivent payer des frais de change équivalant à 5 % de la somme; soit ils les utilisent pour payer des fournisseurs, auquel cas ils ne perdent pas ces 5 %. Avec ces bons, ils peuvent, s’ils le souhaitent, rémunérer en partie leurs salariés, ou, par exemple, payer la publication d’une petite annonce commerciale dans le journal local. La centrale d’émission couvre ses frais d’émission (impression, etc.) avec la marge de 2 % qui se dégage entre le bonus de 3 % garanti aux acheteurs et les 5 % de frais de change.


Ce sont les parents de l’école qui, les premiers, ont acheté des Chiemgauer. Par le biais d’un système d’abonnement qui leur permettait d’échanger, par exemple, tous les mois, 200 euros contre 206 Chiemgauer, ils ont donné l’impulsion nécessaire au lancement du projet et à son bon fonctionnement. Les marges dégagées grâce àces abonnements ont permis à l’école de financer des travaux d’agrandissement. Petit àpetit, d’autres initiatives et d’autres participants se sont associés au système, qui s’est bientôt étendu àtoutes les zones de la région (Voir les détails de l’expansion géographique et des participants sur le site www.Chiemgauer.info)


La circulation de la monnaie est garantie par une sorte de système de redevance. Techniquement, cela s’appelle un demurrage, l’équivalent du coût de parking pour l’argent. C’est également ce que l’on appelle une monnaie fondante (Silvio Gesell). C’est exactement l’inverse d’un intérêt: plutôt que de recevoir des intérêts parce qu’on garde l’argent dans un compte, le demurrage est un coût pour motiver la circulation de l’argent. Dans le cas du Chiemgauer, au début de chaque trimestre, on doit coller sur les bons un timbre équivalant à 2 % de sa valeur faciale, pour que la monnaie reste valable. Les revenus générés par les timbres assurent une rentrée d’argent supplémentaire pour financer différents projets de nature sociale. En 2008, une enquête auprès des utilisateurs du Chiemgauer a été réalisée pour décider s’il valait mieux simplifier le système en éliminant OU réduisant la fréquence des charges de demurrage. La surprise fut que les commerçants, qui initialement étaient méfiants vis-à-vis du demurrage, sont maintenant enthousiastes. Un propriétaire de cinémas, par exemple, expliquait qu’il y a chaque fois un afflux de clients nouveaux qui se manifestent pendant les dernières semaines du trimestre parce qu’ainsi les gens peuvent éviter d’apposer eux-mêmes les timbres de demurrage. Pour les commerçants, ce sont les meilleures semaines du trimestre!

 

Une étude réalisée sur la circulation du Chiemgauer a également révélé que les bons en Chiemgauer circulent en moyenne vingt fois par an, comparativement à seulement trois fois et demi pour des euros. C’est-à-dire que le Chiemgauer crée presque six fois plus d’affaires et d’emplois que l’euro!

 

Fin 2006 il y a eu émission d’e-Chiemgauer, des Chiemgauer électroniques. Après deux ans, ils circulent environ dix fois par an, ce qui est la vélocité qu’avaient atteint les bons après deux ans.

 

Au début, les commerçants avaient tendance à échanger leurs Chiemgauer pour des euros à la première occasion. Maintenant, ils utilisent de plus en plus les Chiemgauer pour effectuer les paiements à leurs propres fournisseurs, ce qui leur permet d’éviter de payer les 5 % de frais de change. Cela explique également pourquoi la vélocité de circulation augmente après plusieurs années d’utilisation.

 

L’effet sur tous les participants est clair: ils paient en Chiemgauer dès qu’on leur en offre la possibilité et préfèrent dépenser le Chiemgauer à l’euro, surtout pour certains types d’achats. Et c’est bien le but. Les entreprises participantes de la région ont tout lieu de s’en réjouir puisque leurs activités ne s’en portent que mieux. Et les recettes du système profitent à des projets environnementaux, sociaux ou culturels portés par des ssociations locales. Par exemple, l’école Waldorf reçut ainsi un revenu supplémentaire de quelque 6000 euros en 2007.

 

Les commerces qui acceptent ce moyen d’échange doivent consentir à un petit coût supplémentaire. Mais cela reste moins cher que les moyens traditionnels disponibles pour attirer des nouveaux clients ou garder les anciens: la publicité, les réductions de prix ou les bons à découper dans les journaux. De plus, ils savent que cette perte financière, du reste peu importante, soutient les activités des associations locales. Par ailleurs, contrairement aux cartes de réduction proposées par certains grands magasins, les informations relatives au client ne sont pas utilisées à des fins commerciales (voir www.chierngauer.info)

 

L’avantage du système est que l’on peut changer ses bons en euros, et inversement, selon les dépenses que l’on doit effectuer. L’existence de cette passerelle entre les deux systèmes monétaires permet également d’éviter un gonflement irresponsable de la masse de Chiemgauer en circulation.

 

Le Chiemgauer s’est associé récemment à un système local voisin, le Sterntaler. Ensemble, ils sont maintenant utilisés par huit cent vingt commerces et entreprises divers. Dix succursales de banques locales sont maintenant émettrices de Chiemgauer, ainsi que trente autres négoces. Le volume en circulation atteint l’équivalent de plus de 250.000 euros à la mi-2OO8, dont 130.000 sous forme de bons et 120.000 sous forme électronique. Ces montants peuvent paraître modestes, mais ils créent quand même un chiffre d’affaires équivalant 3 800 000 euros par an pour l’économie régionale(1). De plus, comme la moyenne des négoces n’accepte le paiement en Chiemgauer en moyenne qu’à 80 % du prix total(2), il faut multiplier ce chiffre d’affaires par un tiers pour atteindre un total de 4.750.000 euros(3). Finalement, on estime qu’une fois que des clients obtiennent des informations sur un négoce par le réseau Chiemgauer ou par son site sur la toile, ils achètent en euros directement, même lorsqu’ils n’ont pas de Chiemgauer à dépenser. Ce volume par «ricochet» est estimé au minimum à un demi-million d’euros. Cela veut dire que le modeste volume de 200.000 Chiemgauer génère un volume d’affaires et d’emplois correspondant à plus de 5.000.000 euros.

 

Il est intéressant de remarquer que des banques se sont également mises à encourager le Chiemgauer parce que les participants placent leurs euros sur un compte bancaire et ne les retirent que quand ils ont besoin de Chiemgauer. C’est pourquoi la banque GLS collabore maintenant étroitement avec les organisateurs du Chiemgauer. Grâce à ce partenariat, on peut maintenant retirer des Chiemgauer dans certains distributeurs automatiques de billets dans la région, De plus, les capitaux avec lesquels les Chiemgauer sont achetés s’accumulent au fil des années et peuvent être distribués sous forme de crédits à court terme, par exemple à une petite entreprise en difficulté qui aurait besoin de rembourser un découvert.

 

En Australie, dans un projet comparable, quoi qu’avec une orientation plus commerciale, 70 % des bons avaient été échangés en dollars à la fin de la première année. La deuxième année, seuls 70% des bons avaient été changés: les dollars déposés sur les comptes bancaires ont permis de racheter ensuite plusieurs firmes australiennes(4).

 

 

L’euro comme standard de mesure?

 

La question de savoir si la valeur du regio doit observer une stricte parité avec l’euro reste une question ouverte. La parité euro/regio peut être utile dans la mesure où elle simplifie les éventuelles conversions et permet aux commerçants de ne devoir afficher qu’un seul prix. Il est, en tout état de cause, important de fixer une clause garantissant la convertibilité du regio en euro, à tout moment. La parité facilite le passage d’un système monétaire à l’autre. Si l’on voulait se départir de l’euro, on pourrait, par exemple, prendre comme unité de compte le coût moyen d’une heure de travail, le coût d’un mètre cube d’eau, d’un gramme de charbon ou d’un kilowatt d’électricité, sur le modèle de certaines initiatives japonaises. Ces unités de compte très matérielles présentent cet avantage d’être protégées contre l’inflation.

 

 

 

Note :

(1) 130.000 Chiemgauer en bons en circulation x 20 = 2.600.000 et 120.000 Chiemgauer en circulation x 10 = 1.200.000 en 2008.

(2) La plupart des négoces acceptent les Chiemgauer à 100%, mais dans le commerce en gros entre négoces, c’est rarement le cas, avec une moyenne de 70 % d’acceptation de Chiemgauer. Gelleri estime qu’en moyenne, sur l’ensemble des transactions, l’acceptation est de l’ordre de 80%.

(3) 3.800.000 euros divisé par 0,8 représente 4.750.000 euros.

(4) Le Save Australia Buyers Club a précisément été créé pour organiser le rachat progressif de firmes australiennes selon Robert Walsch, qui est à l’origine du projet, 80% des entreprises australiennes sont la propriété d’étrangers qui, en retour, ne paient que 6% des impôts perçus par le gouvernement fédéral australien. En effet, la plupart de ces firmes ont installé leurs sièges sociaux dans des paradis fiscaux comme les îles Cook, ce qui leur permet de défiscaliser les profits de leurs filiales australiennes. Pour faire évoluer cet état de fait, le Save Australia Buyers Club émet et vend des bons qui circulent ensuite comme une véritable monnaie. Grâce aux recettes de la vente de ces bons, un capital s’accumule, qui permet de racheter des entreprises australiennes.

 

Source :

Bernard LIETAER & Margrit KENNEDY, Monnaie régionales, de nouvelles voies vers une prospérité durable, p 113 à 118

 

Plus d’infos :

www.regiogeld.de Outre le Chiemgauer, il existe aussi les Tauber Franken, Ammerlechtaler, Sterntaler, Land mark, Styrrion, Eder taler, Berliner regional, Nah gold, etc.

 

En français sur TRANSVERSEL et sur WIKIPEDIA

 

Lire enfin, dans Horizons et débats un entretien très intéressant avec Christian Gelleri, fondateur du Chiemgauer.

Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 09:16


Depuis 1930, après la crise de 29, les États-Unis ont mis en place toute une série de règles (détaxation prêt hypothécaire et impôts fonciers) et d’organisme fédéraux pour favoriser l’accession à la propriété : Government Sponsonred Entities (GSE) et Federal Home Loan Banks (FHLB). Or cette accession à la propriété a des limites. Elle en a d’autant plus dans un pays dans lequel la répartition du revenu est loin d’être uniforme. Dans un pays où la protection sociale est rudimentaire, l’investissement immobilier constituait également une bonne assurance vieillesse. Étant entendu que le prix de l’immobilier croisse constamment.


Malheureusement, à force de donner du terrain et des maisons à tout le monde, vient bien un moment où il faut s’attaquer à des franges de la population moins nanties, moins gâtées par le système capitaliste. Qu’à cela ne tienne, le rêve américain n’a pas de limites ! Tout le monde peut emprunter pour acheter sa maison ! Tout le monde même les personnes n’ayant pas de revenu. Il s’agit des « no docs loans », des prêts sans documents. Il est possible d’emprunter en ne remboursant que les intérêts. Le remboursement du principal étant postposé à la fin du prêt. Il est même possible d’emprunter sans être en mesure de rembourser la totalité des intérêts par mois ! Il existe aussi des démarcheurs payés à la commission et qui cherchent les personnes les plus risquées « prêt rapace » (predatory lending). C’est ça les sub-primes !


Les organismes prêteurs spéculent sur le défaut de remboursement en espérant revendre le bien immobilier avec une plus-value. L’affaire est d’autant plus juteuse qu’il est possible de revendre les emprunts pourris en les segmentant et en les emballants dans de beaux paquets brillants (ABS, CDO, CDO square, ABCP, SIV) et sans cachet d’origine ni marque de fabricant. C’est ça la titrisation !


Nombreux et au même moment furent les emprunteurs en défaut de payement. Il fallut donc vendre les biens en masse. Vente qui fit chuter le prix de l’immobilier. Plus les prix chutaient plus des franges de population à moindre risque (déjà à gros risque pour l’Europe) furent touchées, donc obligées de vendre, donc faisant chuter à leur tour le prix de l’immobilier et ainsi de suite... La bulle éclata !

 
Or fin 2006, le marché et les opérateurs financiers avaient découvert le pot-aux-roses. Plus personne ne voulait des instruments financiers qui circulaient car ils pouvaient toujours cacher des crédits subprimes qui ne valaient plus rien (Cas des CDO et CDO square dont la complexité est telle qu’il est impossible d’en détecter l’origine).


Les agences de notations ont pris un sacré coup dans l’aile et ont revu leurs cotes à la baisse. Tous les bonimenteurs de première ligne (Bear Sterns, MBIA, Countrywide, Indymac…) avaient besoin de liquidité pour honorer leurs mensonges. C’est alors qu’ils se sont tournés vers les agences fédérales dont Fannie Mae et Freddie Mac (GSE).


Très vite ces agences furent submergées et l’économie américaine mise au pied du mur. Fort de sa position dominante dans l’économie mondiale, l’État américain usa et abusa de son privilège pour tenter de sauver sa peau. Chine, Japon, Taïwan et Corée du Sud ont soutenu l’économie américaine en achetant massivement les bons du trésor US, ou plutôt « les bons du mensonge US » ou « les bons du rêve américain ». L’évolution de la courbe du crédit est d’ailleurs similaire à celle de l’évolution de la balance commerciale déficitaire des États-Unis.


C’est ainsi que l’État, le contribuable et le reste du monde, paye l’ardoise finale.


Si, comme les ultras libéraux le proclament souvent, les États-Unis avaient laissés libre cours au marché, le gros de la crise aurait éclaté fin 2006 en mettant bas toute l’économie américaine. En intervenant sur le continent américain et dans le monde, nous ne faisons que retarder l’échéance et aggraver le sort des plus démunis. Mais comme les tenants du système, consortium de banques et de grands opérateurs privés, sont les principaux responsables de la crise, ils pensent avant tout à sauver leurs mises et non celle du plus grand nombre.


Comme l’avais si bien dit un journaliste du Monde : « l’ironie suprême réside ainsi dans le fait que la « socialisation » du système bancaire est acceptable lorsqu’elle sert à sauver le capitalisme : le socialisme est néfaste - sauf lorsqu’il permet de stabiliser le capitalisme. »


Le capitalisme et sa panacée « loi du marché » ne peut survivre seul. Le capitalisme à besoin du socialisme ou du communisme pour corriger ses excentricités égoïstes. Comme souligné dans le
DOGME 6, le marché n’est vrai et efficient que s’il est totalitaire. Or à chaque fois qu’il veut l’être en balayant tout les parvenus de la planète, nous lui coupons la chique en lui interdisant sa « libre expression » !


C’est donc avec les subprimes, la titrisation et la complicité de l’État que la frontière entre le monde symbolique du pouvoir et le monde réel du peuple fut franchie. Rappelez vous cette phrase de l’article précédent : « Il lui suffit d'être bien prudent, pour que cette richesse symbolique qui ne correspond à aucune richesse réelle ne filtre pas vers ceux qui ont de vrais besoins et l'utiliseraient pour consommer ».


Les États-Unis n’ont pas été prudents. L’État défend bien plus les droits du capital que ceux de l’homme. L’émission monétaire est bien plus stimulée par l’exigence de rentabilité sur capital que par un souci de bon fonctionnement économique pour le plus grand nombre.


La paroi entre Capital « productif » et Capital « spéculatif » n’est pas parfaitement étanche. Elle dépend essentiellement de la confiance. Et la confiance, ça se gagne autrement qu’avec des billets.


Il est temps pour le peuple de comprendre pour pousser les choses à son avantage. Il faudrait réellement scinder les deux mondes : une monnaie pour le peuple ; une monnaie pour le pouvoir. Il en était ainsi avant l’obligation d’uniformisation poussée par des pulsions hégémoniques. Des louis d’or pour le roi et des méreaux de bronze pour le peuple. Une monnaie scripturale pour le pouvoir et une monnaie fiduciaire pour le peuple. Légaliser l’auto-convertibilité des deux à tout moment est suicidaire.


Créons notre propre monnaie pour nos besoins locaux et laissons les « grands » de ce monde jouer avec leurs Dollars, Euros, Yuan ou Rouble. Ces devises internationales qui nous asservissent, qui nous mettent à la rue, qui amputent la dignité humaine et la beauté du monde. Fi donc, des monnaies impériales tachées du sang des hommes et de la terre !

Plus dans la section MONNAIE de ce blog.


 

Repost0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 11:51

Un petit extrait de l’article Deux Richesses du site Nouvelle Société


En s'acceptant «néo-libéral», le capitalisme garantissait sa survie. En plaçant un filet de sécurité sous le trapèze de l'initiative, le capitalisme devenait plus attrayant que le communisme ou le fascisme, ses deux rivaux immédiats. Le problème était posé, toutefois, de maintenir ce filet à un coût acceptable aux acrobates de la libre-entreprise. Comment donner de la richesse sans créer une inflation qui ruinerait tout le monde, comme on en avait eu l'illustration caricaturale dans l'Allemagne de Weimar ?


Le génie du système néolibéral a été de faire clairement la distinction entre d'une part la richesse qui est composée des biens et services qu'on consomme et, d'autre part, la richesse symbolique, scripturale, qui n'est que du papier, mais qui a une valeur indiscutable comme outil de pouvoir.
 

(…)
On ne peut déplacer l'argent «pour consommation» des travailleurs vers les riches sans rompre l'équilibre de la demande effective, mais on peut créer et donner aux riches une richesse symbolique «pour le pouvoir». On peut en créer et leur en donner autant qu'il en faut pour les motiver et les garder heureux, sans aucun effet négatif apparent. On peut leur en donner des trillions (1 trillion = 1000 milliards).C'est ce qui a été fait.


3 trillions USD pour la guerre en Irak ; 
9 trillions USD perdus dans les livres comptables de la Fed (vidéo ci-dessus) ;

8 trillions USD de pertes des cours boursiers après l’attentat du WTC ;

2,3 trillions USD perdu au pentagone (vidéo ci-dessous);

indice Dow Jones multiplié par 15 en 20 ans et réduit de moitié en 1 an;

etc. etc…

 

Pour se faire une idée de l'odre de grandeur, le PIB mondial de 2007 est de 50.000 milliards USD. L’affaire Kerviel, pour laquelle on a fait un foin de tous les diables, ne se chiffre qu’à 5 milliards USD. Quant à Madoff c’est 50 milliards USD. Les 9 trillions USD de la Fed, c’est 1800 Kerviel ou encore 180 Madoff !
 


 

Première constatation : que représente la lutte contre l’inflation centrée sur la hausse des salaires ou l’indice des prix à la consommation par rapport à ces sommes astronomiques ? Les guerres, la prétendue lutte contre le terrorisme avec le soutient massif à l’industrie de l’armement ne constituent pas la principale source d’inflation ?


Deuxième constatation : s’il est vrai que toute l’économie est fondée sur le crédit et la dette, que ces dettes finissent par s’annuler à l’échéance, il n’en reste pas moins que ces sommes empruntées s’accompagnent toujours d’intérêts et de jeux boursiers dans l’hyperespace financier. Comme, conformément à l’argumentaire du monopole bancaire privé, il n’est officiellement pas acceptable de produire autant d’argent comme pour rire, il faut bien, de ci, de là, quelques ajustements de bienséance. Ces ajustements s’opèrent soit par
monétisation de dettes (cas des États-Unis actuellement), soit par des « pertes » inopinées dans les livres comptables… 


Comme le dit
Nouvelle Société dans son article Jeu dans l’hyperespace financier : « Ne vous tracassez pas de ce qui est aux livres sans être au bilan : ce sont de simples singularités de l'imaginaire, des trous noirs qui absorbent de l'énergie et du travail, mais dont il ne ressort rien. ».

Retour à l’article Deux Richesses

"Pourquoi, avec tout cet argent qu'on crée et qui, par définition, ne peut correspondre à la production d'aucun bien réel, la valeur de l'argent ne plonge-t-elle pas tout droit vers zéro (0)? Parce qu'aussi longtemps que ceux dont les besoins sont déjà satisfaits n'utilisent pas leur argent pour acheter plus, ils ne constituent pas une demande supplémentaire qui pourrait créer une rareté et faire grimper les prix. Or, évidemment, ils n'utilisent pas l'argent supplémentaire qu'on leur donne pour acheter plus, puisque leurs besoins sont déjà satisfaits. CQFD.

Que font-ils de cet argent ? Ils l'épargnent, ils investissent, ils spéculent, mais ils ne le consomment pas. Aussi longtemps que les gagnants gardent leur argent dans un autre univers, qui n'est pas celui de la consommation, il n'y a pas de problème d'inflation. Donner un chèque d'un milliard d'euros qui ne sera pas encaissé ne changera rien à vos fins de mois. Quand il a l'assurance qu'elle ne sera pas consommée, l'État peut créer une richesse symbolique illimitée et la distribuer comme bon lui semble. Il lui suffit d'être bien prudent, pour que cette richesse symbolique qui ne correspond à aucune richesse réelle ne filtre pas vers ceux qui ont de vrais besoins et l'utiliseraient pour consommer."

Mais alors, comment se fait-il que la « richesse pouvoir » libellée en trillion soit parvenue à affecter la « richesse consommation » libellée en milliers ?


C’est ici que le bât blesse ! Contrairement à ce que l’on entend souvent, la crise que nous connaissons n’est pas le fait de la « main invisible » d’Adam Smith (loi du marché) mais bien plus d’une politique particulièrement interventionniste. Les États-Unis comme le Royaume Unis et tous les ultralibéraux sont les premiers à cracher sur l’État... sauf quand ils ont besoin de lui!

Repost0
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 11:51

La question du nucléaire vient enfin de faire un pas en avant. Constitué à la demande du ministre fédéral de l'Energie Paul Magnette, le Gemix, un groupe d'experts belges et étrangers, a rendu hier un rapport préliminaire sur la manière d'envisager le futur énergétique belge. Pas de décision définitive de la part de cette commission mais des pistes que le gouvernement belge devrait tenter de suivre à l'heure du choix. Et la plus claire d'entre elles, est la recommandation de ne plus construire de centrales nucléaires sur le territoire belge. Parce qu'un nouveau réacteur gonflerait trop le poids de l'atome dans le mix et que son prix ne ferait qu'accentuer la pression à la hausse sur les prix de l'électricité.

«On peut imaginer que le gouvernement suivra cette recommandation qui reste dans la logique d'une sortie définitive à terme du nucléaire, observe Paul Magnette. Quant à savoir s'il faudra prévoir des délais plus longs pour la fermeture des différents réacteurs, c'est une question secondaire.» En période préélectorale depuis le printemps 2007, le monde politique belge n'a jamais osé trancher la question de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires belges liée à une loi de 2003.


Mais la première échéance de fermeture étant fixée à 2015 pour trois des sept réacteurs, il faut une décision rapide. Parce qu'Electrabel, son propriétaire, attend de savoir s'il doit intervenir pour une prolongation ou une fermeture. Mais, dans tous les cas, il demande une réponse pour la fin de cette année. Le gouvernement fédéral l'a promise. Mais le Gemix lui laisse toutes les portes ouvertes. Le maintien du calendrier actuel, une prolongation de 10, voire de 20 ans. Réaliste? «Non, réplique Jan Vande Putte, expert en énergie chez Greenpeace. Ces centrales d'ancienne génération ne sont pas capables techniquement de supporter une vie de 60 ans. Il y a un risque.»

 

Hier également, la Creg et les producteurs d'électricité Electrabel et SPE-Luminus ont campé sur leurs positions à la commission Economie de la Chambre. Le régulateur accuse les producteurs d'avoir intégré les quotas de CO2, pourtant reçus gratuitement, dans leurs prix sur le marché de gros. Non-sens, ont répondu Jean-Pierre Hansen et Ludo Sterckx, qui prétendent pour leur part que les calculs de la Creg sont inappropriés, les prix étant le résultat de la rencontre entre l'offre et la demande. Selon la Creg, les deux producteurs auraient engrangé à tort 1,5 milliard d'euros de «windfall profit» entre 2005 et 2008.

 

Source : L’Echo 01/07/2009, Le Nucléaire n’a plus d’avenir en Belgique.

 

Voir aussi section ENERGIE.

 

Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 10:21

Cet article est le résumé d'une conférence et d'un séminaire donné par François Houtart à Fribourg.

Séminaire : "50 ans de révolution cubaine - quelles leçons à tirer" ?




François Houtart, qui a visité Cuba une cinquantaine de fois depuis 1953, a brièvement analysé les 50 ans de la révolution socialiste cubaine, ses exploits et ses difficultés, la nécessité de se défendre face aux menaces externes et internes et de la manière exceptionnelle de survie dans les furies économiques et sociales, provoquées par l’impérialisme nord-américain et, surtout, après la débâcle du camp socialiste et l’extinction de l’URSS. Il a souligné le fait que la révolution cubaine n’a pas seulement transformé les structures sociales et politiques, mais aussi les mentalités. Il ne s’agit pas d’idéaliser la Cuba révolutionnaire, qui est ni le paradis, ni l’enfer, mais de s’étonner de la continuité du processus révolutionnaire et de s’interroger sur les défis futurs. Pour les jeunes cubains aujourd’hui, cela va de soi que la santé et l’éducation sont gratuites, qu’il y a onze fois plus de médecins et d’infirmières qu’en 1959, que la mortalité enfantine a baissé de 60 à 5,3 pour mille et que l’espérance de vie a augmenté de 19 ans. Houtart ne croit pas à une trahison de cette pensée et à un retour vers le capitalisme.


Les leçons à tirer pour arriver à un socialisme approfondi : l’importance de l’éducation populaire, les valeurs comme sa solidarité internationale (Cuba envoie plus de médecins dans le monde que l’OMS), les efforts constants de formation politique (fidèle à la pensée de José Martí) et l’importance d’un cadre de valeurs éthiques, comme la solidarité, la dignité, l’amour.

La ministre chargée d’affaires de la République Bolivarienne du Venezuela, une des 20 participantes du séminaire, a insisté à plusieurs reprises que sans l’exemple de Cuba, la révolution bolivarienne du Venezuela n’aurait pas eu lieu.

Conférence publique : "Après le capitalisme - Quelles alternatives"

Comme Samir Amin, François Houtart insiste sur le fait que la crise financière se construit sur un système qui était déjà en crise et que toutes les crises (financière, économique, alimentaire, énergétique et sociale) sont liées entre elles et liées à la même logique, la logique du système capitaliste qui est basée sur l’accumulation du capital et le profit maximum, l’exploitation du monde avec l’intérêt du capital comme moteur de l’économie et l’appât du gain comme seule fin.

La crise financière, prévisible, s’inscrit dans la logique d’une économie libéralisée, dominée par le capital financier. Il s’agit d’une crise globale. Elle n’est qu’un épiphénomène d’une crise beaucoup plus profonde. Houtart donne des exemples exhaustifs et effrayants par rapport à la crise alimentaire, climatique et énergétique, exemples puisés dans ses innombrables voyages sur les trois continents (voir version longue online de ce résumé). Il cite le rapport de M. Nicolas Stern de la Banque Mondiale qui stipule que si les choses continuent ainsi, d’ici la moitié de notre siècle, on aura entre 150 et 200 millions de migrants climatiques, et qu’il nous reste dix à quinze ans pour prendre des mesures. Après, la situation sera irréversible.


Houtart dénonce ensuite le fait que les solutions proposées ne sont pas des solutions réelles, mais des voies qui permettent aux mêmes pouvoirs économiques de dominer le secteur de l’énergie et de continuer avec un modèle qui permet de faire des gains extrêmement rapides sur les revenus du capital. Face à la consommation totalement irresponsable de l’énergie, on n’essaye pas de changer, mais on cherche à continuer avec le modèle du capitalisme pour essayer de résoudre un problème qu’il a créé lui-même ! Si l’Europe consacrerait toute sa terre arable à la production d’agrocarburants, elle ne couvrirait que 10-15% de sa consommation actuelle, ce qui ne suffirait même pas à couvrir l’augmentation de la demande dans 10 à 20 ans. Elle exige donc que les autres continents sacrifient des millions d’hectares. Houtart dénonce la destruction de millions d’hectares arables par des pesticides pour planter des palmiers, par exemple. La biodiversité disparait, on chasse des millions de petits paysans avec l’aide de l’armée et des paramilitaires. Il revient sur l’absurdité d’appeler les agrocarburants des «biocarburants», alors qu’ils n’apportent pas la « vie » (bios en grec), mais la mort (Frei Betto, théologien de la libération, les appelle les « nécrocarburants »).


Pour le capitalisme, les coûts sociaux et environnementaux n’entrent pas dans les calculs économiques. Ce sont des externalités, sauf quand ces dégâts commencent à affecter le taux de profit ! C’est donc la logique même du capital qui est à l’origine de chacune de ces crises ! Il ne suffit pas de dénoncer les abus et les excès, de dénoncer un capitalisme sauvage, comme s’il existait un capitalisme humain. Comme dans son ouvrage en 2005, Houtart réclame que nous délégitimions ce système, qu’il faut trouver des alternatives sérieuses, et pas seulement des régulations, comme par exemple vider les caisses de l’Etat pour sauver les banques !

C’est ici qu’il commence à aborder les alternatives. Pour parler d’un socialisme du XXIe siècle, François Houtart propose quatre grands axes :


1. l’utilisation renouvelable des ressources naturelles, avec leur contrôle collectif et un usage rationnel, excluant leur privatisation ;
2. la valorisation de la valeur d’usage sur la valeur d’échange, ce qui constitue le centre de la doctrine économique du socialisme et sa contradiction fondamentale avec le capitalisme
3. une démocratie généralisée, non seulement dans le champ politique, avec l’adoption d’une démocratie participative, mais aussi dans le champ économique et dans toutes les institutions (par exemple l’eau, qui a été privatisée pendant 20 ans à Paris, redevient aujourd’hui un bien public).

4. la multiculturalité. Pour construire une société nouvelle, toutes les cultures, tous les savoirs traditionnels, les diverses philosophies et religions peuvent contribuer à l’éthique nécessaire à la poursuite des objectifs. Le monopole de la culture occidentale ne peut pas continuer. C’est aussi cette culture qui a porté le système capitaliste.

Il faut (re)construire des utopies, non comme des illusions mais comme des éléments, petits et grands, qui sont réalisables concrètement, qui n’existent pas aujourd’hui, mais qui pourraient bien exister demain.


Il ne faut toutefois pas oublier l’immédiat. Des réformes sont nécessaires : 30.000 personnes meurent aujourd’hui ! Mais pas simplement des réformes pour adapter, pour rendre plus humain le système, mais dans le cadre d’une prise de conscience des acteurs pour transformer et remplacer le système actuel.


Une fois de plus, François Houtart cite l’Amérique Latine comme modèle intéressant : «C’est le seul continent où nous sommes passés des résistances aux alternatives !» (Cfr.
Vent nouveau en Amérique Latine) La marche des indigènes sur Bogota, la conscience politique de ces gens qui risquent la mort au Venezuela, en Bolivie, en Équateur, beaucoup moins au Brésil, au Paraguay. Et toujours, l’exemple de Cuba. Ces économies donnent des pistes dans les domaines culturels, économiques, etc. L’ALBA, la Banque du Sud, le Petrocaribe, etc. se traduisent en politiques concrètes. Grâce aux méthodes de Cuba appliquées en douze mois, le Venezuela a été reconnu par l’Unesco comme le seul pays du continent avec Cuba à avoir éliminé l’analphabétisme. Il est clair que nous ne sommes pas sortis du capitalisme. Certains le reprochent aux leaders du Sud. Pour François Houtart, c’est un manque de pensée dialectique : nous nous trouvons devant des réalisations nouvelles qui ne sont peut-être pas parfaites mais qui montrent que c’est possible d’avancer. Les porteurs de ce grand projet et de cette utopie sont les mouvements populaires.


Après avoir vu, analysé, jugé, il s’agit maintenant de commencer à travailler. Pourtant, Houtart nous met en garde: « Chaque petite chose doit être effectuée dans la perspective de la grande utopie, d’une transformation de la logique du système dans lequel nous sommes, sinon elle va être absorbée par le système. L’action doit se situer à court terme (par exemple avoir nationalisé l’eau à Paris), à moyen terme (par exemple la taxe Tobin ou l’abolition des paradis fiscaux, etc) et à long terme, en fonction de nos quatre grands axes. »


François Houtart, docteur en sociologie, professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain, fondateur du Centre Tricontinental et de la revue Alternatives Sud. Prêtre marxiste, proche de la théologie de la libération, membre du comité international du Forum Social Mondial.

 

Source: Andrea Duffour pour Cuba Si


Lire aussi Communisme, Cuba, IDH & développement durable
et Le mythe du capitalisme à visage humain  

Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 10:40

Obama a beau être charismatique, il reste à la tête d’un État impérialiste de moins en moins crédible. Extrait du dernier article de Michel Collon.

 

République bananière soumise pendant des décennies aux diktats de la United Fruit Company (bananes Chiquita), le Honduras a été dans les années 80 utilisé comme base arrière étasunienne pour soutenir la contre-révolution au Nicaragua et entretenir des guerres sales en Amérique centrale qui ont ravagé la région, notamment au Salvador.

 

Lorsqu'en août 2008, contre toute attente le président Manuel Zelaya, à peine élu, décide d'incorporer le Honduras à l'ALBA (Alternative bolivarienne pour les Amériques), il s'oppose frontalement aux visées hégémoniques étasuniennes sur le sous-continent américain et aux forces rétrogrades dans son propre pays. En effet, l'ALBA est un projet d'intégration continentale de libération qui favorise l'unité des peuples en plaçant la lutte contre la pauvreté et les injustices sociales au centre des préoccupations.

 


Le Honduras s'apprêtait ainsi à construire un projet politique alternatif tournant le dos au néolibéralisme, et mettant en place des réformes démocratiques structurelles, d'où le projet de changement constitutionnel qui devait être soumis ce dimanche 28 juin à la population.

 

L'attaque du pays le plus faible et le plus fragilisé de l'ALBA, le jour même de l'intégration de l'Équateur dans l'alliance (ce qui fait basculer le rapport de force en Amérique latine en défaveur des intérêts étasuniens) ne peut être un hasard.

 

Le putsch n'aurait pu se passer sans l'aide des services spéciaux des USA. L'armée hondurienne est liée au Commandement Sud de l'armée américaine dont les conseillers militaires jouent un rôle essentiel. Le principal aéroport militaire US de la région se trouve sur le sol hondurien, et ce en toute illégalité puisqu'aucun accord officiel n'a été signé entre les deux pays.

 

La tradition étasunienne du putsch militaire pour renverser un gouvernement qui s'oppose à leurs intérêts est bien connue des peuples latinos. Est-elle en train d'être réactivée ? En tout cas pour l'instant, le Président Barack Obama est bien timide!

 

Lire la suite sur Michel Collon.info

Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 11:51

Nous sommes actuellement dans l’œil du cyclone, il fait calme, on va prendre des vacances et tout reprendra en septembre… C’est, du moins, ce qu’en disent les médias et nos grands penseurs internationaux.  Le G20 à déjà sorti toute son artillerie lourde de sortie de crise.

 

Pour vous faire une idée, selon Bloomberg, le gouvernement US a déjà dépensé 3,2 trillions (1000 milliards) de dollars et serait prêt à aller jusqu’à 7,7 trillions pour relancer la machine infernale. Or, la somme totale de toutes les grosses dépenses US de son histoire (guerre du Vietnam, d’Irak, plan Marshall, etc.), ramené aux taux d’inflation actuel, s’élève à 3,5 trillions. Si encore cela s’avérait utile ! Malheureusement, ce petit jeu, consistant à donner aux banques ce qu’elles veulent, n’a absolument pas solutionné les problèmes de l’économie réelle : resserrement du crédit avec pour conséquence des pertes d’emploi et des faillites.

 

Pour se faire une idée, il y a aussi les deux derniers rapports (N°35 & 36) du GEAB (Global Europe Anticipation Bulletin) titrés respectivement « Quand le monde sort définitivement du cadre de référence des soixante dernières années » (voir figure) et « Les trois vagues scélérates de l'été 2009 ». Le numéro 35 insiste sur la perte de point de repères et d’indicateurs fiables contrairement aux annonces optimistes mondiales. L’équipe du GEAB nous conseille d’ailleurs de revoir le film Matrix pour « réfléchir aux conséquences de la manipulation des capteurs et indicateurs d’un environnement sur la perception de cet environnement. »

Dans le numéro 36, le GEAB souligne que l’été 2009 va voir la convergence de trois vagues destructrices: chômage, faillites, mort du Dollar et de la Livre.

 

Idem pour le G20 ou l’Europe ! « Chaque pays est représenté par son Ministre des Finances et son Gouverneur de Banque Centrale, auxquels sont rattachés plusieurs centaines de Hauts Fonctionnaires, choisis pour leurs parfaites convictions néolibérales au sein des administrations nationales et internationales.(…) personne ne peut devenir ni le Gouverneur d’une Banque Centrale ni le Ministre des Finances d’aucun des pays membres… sans avoir été coopté par les banquiers commerciaux ou par les assureurs (qui généralement sont actionnaires des banques les plus importantes). » (Source : G20: no chance for any change!)

 

La référence dollar touche à sa fin. Son remplacement est de plus en plus souvent évoqué par les pays BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). La Chine avance l’usage de Droits de Tirages Spéciaux (DTS) du FMI, basé sur un panier de monnaies et permettant d’équilibrer les balances commerciales en déficit ou en excédant entre nations. Bye-bye l'escroquerie américaine, bonjour celle des pays BRIC(1). En 2002 par exemple il a été calculé que le dollar avait rapporté 400 milliards aux États-Unis rien que parce que c’était la devise internationale. Cela fait longtemps que les États-Unis vivent à crédit, mais il semble, cette fois, qu'ils ont été trop loin. Le monde en a ras-le-bol de travailler pour un client qui ne paye pas ou plutôt qui paye en « monnaie de singe et actifs toxiques ».

 

Le seul précipité de force du dollar réside dans sa détention par un nombre de créanciers encore trop nombreux. Tous tentent de s’en débarrasser au plus vite, achats massifs de terres (Cfr. Pays pauvres à vendre), de matières premières (la Chine a fait son stock), achat d'or, de devises refuges... Voyez par exemple ce fait divers 134 milliards dans une valise à la frontière Italo-suisse! Ou encore cette fameuse vidéo circulant sur YouTube concernant la « perte » de 9000 milliards de dollars à la Fed. Y aurait-il suffisamment d’arbres sur terre si nous devions réellement imprimer ces 9000 milliards en billets papier ? Pour une analyse plus technique et pointue, l’article Analyse marchés : on ira pas plus haut ! dénote, entre autre, une baisse de prix des bons du trésor Américain, source principale de financement du gouvernement US. Autre signe : l’hilarité générale des étudiants de l’Université de Pékin provoquée par l’annonce de Timothy Geithner (secrétaire d’État au Trésor américain) sur la sécurité des avoirs Chinois en Bons du Trésor américain. (Examiner/Reuters, 02/06/2009)

 

La mort du dollar ne se fera pas sans heurt. De « non négociable », le mode de vie américain va devenir « peu enviable ». Tous les grands empires ont une fin : Incas, Grecs, Romains… Tous les grands dogmes ont aussi une fin : l’argent est rare, la monnaie est neutre, tous les profits son bon pour la nation ou encore, la confiance ne se rétabli pas à grand coup de milliards !

 

Grave ? Oui ça l’est… mais certainement pas plus grave que ce qui nous attend dans un avenir qui se fait chaque jour de plus en plus proche… Voyons le bon côté des choses, puisque les beaux discours (Mitterrand), avertissements (Reeves, GIEC), rapports (Stern), protocoles (Kyoto) et accords internationaux ne suffisent pas, une sérieuse crise n’est-elle pas le meilleur moyen de nous faire revenir à la réalité ? Cette crise économico-financière est une mise au pas forcée du monde pour qu’il comprenne que son système de valeur dominant est caduc et hypocrite. Un système de valeur « hors sol », totalement déraciné des réalités humaines et naturelles. Malheureusement ce sont encore les plus faibles et les plus démunis qui vont en pâtir.


Note:
(1) Plutôt que de baser les DTS sur un panier de monnaies dominantes il serait plus juste et durable de les baser sur un panier de matières premières et services les plus échangés au niveau international. Une « Trade Reference Currency (TRC) » du type
TERRA, qui tente de minimiser les intérêts nationaux et approcher au mieux les échanges mondiaux majoritaires de biens et services.

 

Source :

Le monde : L'hégémonie du dollar est attaquée de toutes parts

Rue 89 : Jusqu'où l'État américain peut-il s'endetter ?

Contreinfo : La prochaine tempête sur le dollar

GEAB 35 : Quand le monde sort définitivement du cadre de référence des soixante dernières années

GEAB 36 : Les trois « vagues scélérates » de l'été 2009

 

Lire aussi :

* Vers une dislocation géopolitique mondiale

* Après le 15 août 1971 de Nixon, voici le 18 mars 2009 d'Obama

* James ROBERTSON: « pour une réforme monétaire adaptée à l'ère de l'information »
*
OBAMA au pays des « portes tournantes » de la Haute Finance Américaine

 

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:59

Quelques extraits d’un article sur la peste porcine tiré du site GRAIN.ORG

 

Un système alimentaire qui tue : La peste porcine, dernier fléau de l’industrie de la viande

 

Cela fait des années que les experts avertissent que le développement des grandes fermes d’élevage industriel en Amérique du Nord ont créé un foyer idéal pour que puissent émerger et se répandre de nouvelles souches de grippe extrêmement virulentes. « Parce que les élevages fortement concentrés ont tendance à rassembler d’importants groupes d’animaux sur une surface réduite, ils facilitent la transmission et le mélange des virus », expliquaient des scientifiques de l’agence nationale des instituts de santé publique américaine (NIH).[2]  Trois ans plus tôt, Science Magazine avait sonné l’alarme en montrant que la taille croissante des élevages industriels  et l’usage répandu des vaccins qui y est fait accéléraient le rythme d’évolution de la grippe porcine.[3] C’est la même chose avec la grippe aviaire : l’espace surpeuplé et les conditions insalubres  qui règnent dans ces élevages permettent au virus de se recombiner et de prendre de nouvelles formes très aisément. Quand on en est à ce stade, la  centralisation inhérente à l’industrie garantit que la maladie est disséminée partout, par l’intermédiaire des matières fécales, de la nourriture animale, de l’eau ou même des bottes des ouvriers.[4] Et pourtant, si l’on en croit les centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), «  il n’existe pas de système national officiel de surveillance pour déterminer quels sont les virus les plus répandus dans la population porcine américaine.”[5] La situation est la même au Mexique.

 

(…)Il faut noter ici que l’un des ingrédients courants de l’alimentation animale industrielle est ce qu’on appelle les «  déchets de volaille », c’est-à-dire un mélange de tout ce qu’on peut trouver sur le sol des élevages intensifs : matières fécales, plumes, litière, etc.(…)

 

Les élevages industriels sont de véritables bombes à retardement pour les épidémies mondiales. Et pourtant, il n’existe toujours pas de programmes qui permettent d’y faire face, ni même de programmes indépendants de surveillance des maladies. Personne parmi les gens haut placés ne semble s’en soucier et ce n’est sans doute pas un hasard que ces fermes soient souvent situées parmi les communautés les plus pauvres, qui paient très cher pour faire entendre la vérité. Pis encore, nous dépendons tellement de ce système aux limites de l’explosion pour une bonne part de notre alimentation que la tâche principale des agences gouvernementales de sécurité alimentaire semble être désormais de calmer les peurs et de s’assurer que les gens continuent à manger. Smithfield est déjà au bord de la faillite et était la semaine dernière en train de négocier sa reprise avec la plus grosse entreprise d’agroalimentaire de Chine, COFCO.[17]

 

Entre temps, l’industrie pharmaceutique fait fortune avec la crise. Le gouvernement des Etats-Unis a déjà fait une exception d’urgence dans son système d’autorisation pour permettre de traiter les malades de la grippe avec des antiviraux comme Tamiflu et Relaxin plus largement que cela n’était prévu. Excellente nouvelle pour Roche, Gilead et Glaxo Smithkline qui détiennent le monopole sur ces médicaments. Mais chose encore plus importante, une nuée de petits producteurs de vaccins comme Biocryst et Novavax voient la valeur de leurs actions crever le plafond.[18] Novavax essaie de convaincre à la fois le CDC et le gouvernement mexicain qu’il est capable de fournir un vaccin contre la grippe porcine dans un délai de 12 semaines, si les règlements encadrant les tests restent souples.

 

Au niveau international, l’expansion des élevages industriels doit cesser et faire machine arrière. Ces fermes sont des foyers de pandémies et continueront à l’être tant qu’elles existeront. Il ne sert probablement à rien de réclamer un changement complet de la stratégie mondiale menée par l’OMS. En effet, l’expérience de la grippe aviaire montre que ni l’OMS ni l’OIE, ni la plupart des gouvernements ne sont disposés à être fermes avec l’agriculture industrielle. Une fois de plus, ce sont les citoyens qui vont devoir réagir et se protéger eux-mêmes. Partout dans le monde, des milliers de communautés luttent contre les élevages industriels. Ce sont ces communautés qui sont en première ligne de la prévention contre la pandémie. Ce dont nous avons besoin à présent, c’est de transformer ces luttes locales contre les élevages industriels en un vaste mouvement mondial pour abolir ce système d’élevage.

 

Mais le désastre de la grippe porcine au Mexique révèle également un problème de santé publique plus vaste : Les menaces pour la sécurité des consommateurs qui font partie intégrante de notre système alimentaire industriel sont exacerbées par une tendance générale à privatiser complètement les soins de santé, ce qui a réduit à néant la capacité des systèmes publics à apporter des réponses adéquates en cas de crise, et par des politiques encourageant les migrations vers des mégalopoles où les politiques de santé publique et d’assainissement sont déplorables. (L’épidémie de grippe porcine a frappé Mexico, une métropole de plus de 20 millions d’habitants, précisément au moment où le gouvernement a coupé l’approvisionnement en eau d’une bonne partie de la population, en particulier les quartiers les plus pauvres.) Le fait que la surveillance des épidémies soit confiée à des cabinets-conseils privés, que les gouvernements et les agences des Nations Unies puissent garder le silence et ne pas divulguer l’information, que nous soyons obligés de dépendre d’une poignées d’entreprises pharmaceutiques  pour soulager nos souffrances, avec des produits certes brevetés mais seulement à moitié testés, devraient nous indiquer que rien ne va plus. Ce n’est pas seulement de nourriture que nous avons besoin, mais de systèmes de santé publique qui aient un véritable agenda public et soient responsables devant le public.

 

Un scénario qui ressemble à s’y méprendre au système bancaire : centralisation, surproduction, monoculture… Comme l’affirme Bernard LIETAER dans l’article La monnaie, à l’image des écosystèmes : plus de diversité S.V.P. !, trop d’efficacité (de concentration) empêche la résilience d’un système. C’est-à-dire sa capacité à se régénérer en cas de problème. Eh bien c’est exactement ce qui nous arrive avec les banques et l’alimentation… et dans bien d’autres domaines… Plutôt que de casser les gros morceaux en plusieurs petits on nous sort : « Too big to fail ! ». He bien nous, on va être « trop con to survive ». A force de ne voir que le sommet, le plus beau, le plus grand, le plus fort, on en oublie la base. Base qui, par sa diversité intrinsèque, permet au sommet d’émerger.

 

Relisez le DOGME 3 de ce site, voire même le formidable bouquin de Junon MONETA (Le néolibéralisme ? Un très vieux système… Pourquoi faut-il le combattre ?...) pour vous rendre compte à quel point on se fourre le doigt dans l’œil : « Ce sont les exclus, les atypiques, les farfelus et les hurluberlus en tout genre qui feront évoluer notre mode vie ». p. 97.

 

La théorie des avantages comparatifs est certainement une des plus grosses erreurs de la théorie économique. Elle empêche la diversification et l’autonomie des peuples. A terme, elle est mortifère.

Repost0
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 02:50


L'amarante, aussi appelée "queue de renard" ou "blé des incas", l'un des aliments les plus anciens du monde, défie Monsanto…

Si ce n’est pas un signe ça… Le blé des incas face au blé du monde moderne ! Aussi symbolique que l’effondrement des « twin towers » ! La lutte anti-amarante va-t-elle supplanter celle du terrorisme ? fléau que l’on sait ô combien dangereux et menaçant (comme le H1N1) pour notre sécurité, notre santé et nos petites vies pépères d’homme blanc bien pensants…

 


 



 

Le blé des incas

Le « blé » du monde moderne

Nom scientifique: 

Amaranthus retroflexus (photo ci-dessus)

Monsanto

Nom vernaculaire:

Amarante, biteku teku, queue de renard, blé des incas

Nécroto, Céréale Killer, Debt & Hunger, India Suicide, Private army, Life destroyer, etc.

Famille:

Amarantacées

Ploutocrates

Type:

Herbe

Arrogant

Couleur:

Vert

Rouge sang

Age:

Quelques milliers d’années

Une centaine d’année tout de même !

Taille:

Maximum 3 mètre

Croissante même en période de crise : Bénéfice record pour Monsanto fin 2008

Origine:

Plateaux andins

Chigago, deuxième centre industriel des Etats-Unis, fixe les prix du blé et du soja aux Etats-Unis.

Encrage à la Terre:

Maximal, enracinement profond

Nul

Exigences:

Minimales (sol pauvres, peu d’eau)

Maximales (déstructurations, délocalisations, surveillance)

Résistance:

Maximale, bonne résistance aux maladies et aux parasites

Bonne sous conditions draconiennes (semi, humidité, irrigation, drainage, épandage, récolte), sans quoi c’est… la mort. 

Composition:

* Teneurs élevées en acides aminés et divers nutriments (calcium, phosphore, fer, potassium, zinc, vitamine E et complexe vitaminique B).

* Richesse en lysine (un acide aminé plutôt rare dans les céréales)

Roundup, Glyphosate, PCB, Agent orange, 2.4.5-T, Posilac, Pyralène, Terminator, Yielgard, dioxine, hormone de croissance, rGBH

Vertus:

* Apports nutritionnels conséquents qui pourraient résorber les problèmes de scorbut et de kwashiorkor
* Bénéfique pour les malades du VIH. La lysine permettrait à l’organisme de lutter contre le virus de l’herpes génital, en inhibant sa croissance et sa multiplication.
Plus d'infos: L’amarante contre la malnutrition en Afrique?

Néant. Absence totale de sens moral, de bonté, d’empathie, d’ouverture d’esprit, de respect de la vie, etc.

Plus d'infos:

Fiche technique

Fiche technique

Et aussi quelques articles sur les

Biotechnologies et OGM




OGM : la menace des « super mauvaises herbes » s’amplifie

par Jean Étienne (Mondialisation.ca)

 

Cinq mille hectares de culture de soja transgénique ont été abandonnés par les agriculteurs en Géorgie, et 50.000 autres sont gravement menacés par une mauvaise herbe impossible à éliminer, tandis que le phénomène s'étend à d'autres états. La cause : un gène de résistance aux herbicides ayant apparemment fait le grand bond entre la graine qu’il est censé protéger et l’amarante, une plante à la fois indésirable et envahissante…

 

En 2004, un agriculteur de Macon, au centre de la Géorgie (à l'est des Etats-Unis), applique à ses cultures de soja un traitement herbicide au Roundup, comme il en a l’habitude. Curieusement, il remarque que certaines pousses d’amarantes (amarante réfléchie, ou Amarantus retroflexus L.), une plante parasite, n’en semblent pas incommodées… Pourtant, ce produit est élaboré à partir de glyphosphate, qui est à la fois l’herbicide le plus puissant et le plus utilisé aux Etats-Unis.

 

Depuis, la situation a empiré. Actuellement, et rien qu’en Géorgie, 50.000 hectares sont atteints et nombre d’agriculteurs ont été contraints d’arracher leurs mauvaises herbes à la main… quand c’est possible, considérant l’étendue des cultures. A l’épicentre du phénomène, 5.000 hectares ont été tout simplement abandonnés.


Comment en est-on arrivé là ?

Tous les champs victimes de cette envahissante mauvaise herbe avaient été ensemencés avec des graines Roundup Ready, produites par la société Monsanto. Celles-ci comportent une semence ayant reçu un gène de résistance au Roundup, un herbicide également produit par Monsanto. L’argument publicitaire de la firme repose sur le moindre coût représenté par le traitement d’une culture ainsi protégée contre un herbicide total auquel elle est devenue insensible, plutôt que de l’application d’un herbicide sélectif, plus cher à l’achat.

 

Selon un groupe de scientifiques du Centre for Ecology and Hydrology, organisation britannique à Winfrith (Dorset), il y aurait eu transfert de gènes entre la plante OGM et certaines herbes indésirables, comme l’amarante. Bien que considéré comme très faible car n’ayant jamais été détecté lors d’essais, le risque ne serait cependant pas nul.

 

Pour Brian Johnson, généticien et chercheur britannique, spécialisé, entre autres, dans les problèmes liés à l’agriculture, la cause ne fait aucun doute. « Il n’est nécessaire que d’un seul évènement (croisement) réussi sur plusieurs millions de possibilités. Dès qu’elle est engendrée, la nouvelle plante est titulaire d’un avantage sélectif énorme, et elle se multiplie rapidement, martèle-t-il. L’herbicide puissant utilisé ici, à base de glyphosphate et d’ammonium, a exercé sur les plantes une pression énorme qui a encore accru la vitesse d’adaptation. »

 

La firme Monsanto ne nie pas le problème. Lors d’une interview accordée sur la chaîne de télévision France24, Rick Cole, responsable du développement technique, a estimé que ces « super mauvaises herbes » (superweeds, un terme désormais souvent employé) peuvent être maîtrisées. Pourtant, un communiqué émanant directement de la firme annonce que les vendeurs incitent les agriculteurs à alterner Roundup et un autre herbicide comme le 2-4-D (acide 2,4-dichlorophénoxyacétique).

 
L’amarante vous salue bien…

En attendant, l’amarante « mutante » se porte bien et prolifère. Chaque plante produit en moyenne 12.000 graines par an, et celles-ci peuvent rester en état de vie suspendue de 20 à 30 années avant de germer lorsque les conditions lui sont favorables. Profondément enracinées, elles sont très difficiles à arracher, comme le constatent de nombreux agriculteurs, non seulement en Géorgie mais aussi en Caroline du Sud, en Caroline du Nord, en Arkansas, au Tennessee et au Missouri, contraints de passer au désherbage manuel… ou de baisser les bras.

 

D’autres cultivateurs envisagent de renoncer aux OGM et de revenir à une agriculture traditionnelle. Ainsi Alan Rowland, producteur et marchand de semences de soja à Dudley (Missouri), affirme que plus personne ne lui demande de graines Monsanto de type Roundup Ready alors que ce secteur représentait 80% de son commerce il y a peu. Aujourd’hui, la demande en graines traditionnelles est très forte et les grains OGM ont disparu de son catalogue.

 

Stanley Culpepper, spécialiste des mauvaises herbes à l’université de Géorgie, annonce que de nombreux agriculteurs américains sont en effet désireux de retourner à une semence traditionnelle, mais pas seulement à cause de la résistance des plantes parasites, car « l’utilisation des OGM devient de plus en plus chère et tout se joue sur une question de rentabilité », affirme pour sa part Alan Rowland.

 

Un manque flagrant de statistiques et d'informations

On pourra cependant déplorer le manque de précision des données statistiques permettant de quantifier la relation entre semences OGM, nombre de plants résistants apparus et quantité d’herbicide utilisé. En 2008 en effet, alors que les media agricoles américains relataient de plus en plus de cas de résistance, le gouvernement des Etats-Unis a pratiqué d’importantes coupes budgétaires qui ont contraint le Ministère de l’Agriculture à réduire, puis arrêter certaines de ses activités.

Entre autres, le programme de recherches statistiques sur les pesticides et les risques associés

 

 

Si certains pensent qu’on ne peut pas nourrir la planète sans Monsanto, il faut rappeler que l’occidental moyen utilise près de 6ha d’espace bioproductif / personne alors qu’il devrait se limiter à 2. Les 4ha supplémentaires injustement appropriés font l’objet d’un juteux commerce qui affame le reste monde impunément. En privilégiant les circuits court et le local on évite la pollution, les conflits, les déplacements de personnes, de matériel, de marchandises. En privilégiant une agriculture paysanne on prend soin des sols et de la terre, on ne détruit pas la pédofaune, on n’assèche pas, on n’érode pas, on n’appauvrit pas les sols, on émet moins de CO2, on réduit nos émissions de gaz à effet de serre de 20 à 40%.

 

Le jardinage bio évite toute sorte d’emballages, économise les chaînes du froid, le gaspillage des fruits et légumes défraîchis sur les étals, les pesticides, les engrais chimiques, les traitements spécifiques destinés à répondre aux impératifs de transport (irradiation des aliments,)…

 

Lire aussi :

Famine ou coup de baquette magique ?

OGM, une bénédiction pour la santé?

Le mythe des OGM

Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 12:54

Entretien avec Jean-François NOUBEL

 

De la même façon que le micro-ordinateur a donné leur autonomie informatique à toutes les unités humaines (maisons, entreprises, écoles, institutions...) et que les technologies vertes promettent de leur donner une autonomie énergétique (solaire, éolien, géothermie, etc.), voilà qu’arrivent les monnaies libres (« open money »), censées donner à chacun son autonomie monétaire. En termes techniques, après la généralisation de l’html (protocole informatique qui permet à n’importe quel ordinateur de se brancher sur internet) et de l’http (langage universel du web) qui ont transformé chaque citoyen planétaire en émetteur/récepteur d’informations (au moins potentiel), préparez-vous au prochain protocole du world wide web : appelons-le provisoirement htxx. Grâce à lui, chacun pourra bientôt devenir émetteur/récepteur de monnaies - ce qui va métamorphoser l’économie et la société, mais aussi nos vies et nos esprits. Nous avons interrogé l’un des membres du petit groupe qui prépare cette révolution.

Propos recueillis par Mélik N’Guédar



Nouvelles Clés : Avant les années 70, personne n’avait vu venir le micro-ordinateur et les bouleversements qu’il allait apporter. Dans les années 80, qui nous parlait d’Internet ? Aujourd’hui, vous dites que nous sommes à la veille d’un choc aussi grand, concernant non plus l’information, mais la monnaie ?


Jean-François Noubel :
Finement comprendre la monnaie est une expérience incroyable, quelque chose de l’ordre du film Matrix. On se libère des conditionnements du système, pour le contempler du dehors, dans ses structures fines. La plupart des échanges sont aujourd’hui monétarisés. La monnaie imbibe tout, nos psychés, nos comportements, bien au-delà de ce que nous imaginons. L’ensemble du monde actuel est modelé par la monnaie. Réaliser cela est très secouant. C’est du même ordre que découvrir la rotondité de la terre. On ne passe pas le déni, la colère, le marchandage, etc. Avant de pouvoir vous parler de l’arrivée des « monnaies libres » (open money), il est indispensable de comprendre deux ou trois choses sur notre système actuel.


Vous avez déjà joué au Monopoly, n’est-ce pas, avec des joueurs et une banque ? Si la banque ne donne pas d’argent, le jeu s’arrête, même si vous possédez des maisons. On peut entrer en pauvreté, non par manque de richesse, mais par manque d’outil de transaction, de monnaie. Dans le monde d’aujourd’hui, 90% des personnes, des entreprises et même des États sont en manque de moyens d’échange, non qu’ils soient pauvres dans l’absolu (ils ont du temps, des compétences, souvent des matières premières), mais par absence de monnaie. Pourquoi ? Parce que, comme dans le Monopoly, leur seule monnaie dépend d’une source extérieure, qui va en injecter ou pas. Il n’y a pas autonomie monétaire des écosystèmes.


Au Monopoly tout le monde commence à égalité. Puis, peu à peu, des déséquilibres s’introduisent. Si la banque décidait de faire payer la monnaie, avec taux d’intérêt, les déséquilibres s’accroîtraient encore plus vite, parce que, mathématiquement, l’intérêt évolue de façon exponentielle. Aujourd’hui, 95 % de la monnaie mondiale est payante. En moyenne, quand vous achetez un objet, le cumul des intérêts constitue 50% de son prix. Cette architecture fait que la moindre inégalité s’amplifie très vite : plus vous êtes riche, plus vous avez tendance à vous enrichir, plus vous êtes pauvre, plus vous avez tendance à vous appauvrir. Il y a un phénomène d’auto-attraction de la monnaie, quasiment comme la matière dans le cosmos. On parle de « loi de condensation », avec des boucles en feedback positif ou négatif.


Le premier a en avoir parlé, au XIX° siècle, est l’économiste Vilfredo Pareto, qui avait beaucoup voyagé et constaté que, quel que soit le système, 20% de la population humaine possédait en moyenne 80% des richesses. Le « principe Pareto » a montré que notre système monétaire n’était pas viable à long terme - tout le monde est d’accord là-dessus, même les dirigeants de l’US Federal Bank. C’est par nature un système à cycle court, où l’on doit régulièrement remettre les compteurs à zéro, par une crise grave, un crack général, une guerre. Ce système encourage fondamentalement le court terme, la compétition, la propriétarisation d’un maximum de choses, ressources, mais aussi savoir, espèces vivantes, etc.

Dans la métaphore du Monopoly, le décalage entre riches et pauvres s’accroît jusqu’à l’absurde, puisque finalement, le riche élimine les pauvres et, se retrouvant seul, ne peut plus jouer. Même s’il dit qu’il a « gagné », c’est un jeu à mort collective. Si vous faisiez jouer à ce jeu les dix sages les plus sages du monde, ils ne pourraient rien y changer, car tout dépend de la règle, c’est-à-dire de l’architecture intrinsèque du système, notamment en ceci : les joueurs dépendent d’une source extérieure qui leur fournit l’outil de leurs propres transactions et, ce faisant, leur dicte sa loi.

 

Lire la suite : Open Money : bientôt chacun créera sa propre monnaie

 

Le projet open money : http://openmoney.org/

Free-Currency ou monnaie libre : http://free-currency.over-blog.com/

 

 

Les engagements de Jean-François NOUBEL

 

Créer une organisation globale mue par la sagesse. Partout les moyennes et grandes organisations ont un cerveau reptilien au niveau collectif (cf. intelligence collective pyramidale. Elles agissent suivant les dynamiques du vivant archaïque : survivre, se reproduire, manger, conquérir, éliminer ou maîtriser l'adversaire, etc. La sagesse collective a toujours été accessible en petit groupe (cercles de sagesses, communautés spirituelles...), aujourd'hui le vivant social essaie de dépasser les limites du nombre (de participants) et de la distance (entre eux). Nous assistons à l'évolution de l'intelligence collective originelle vers l'intelligence collective globale?. Le travail de recherche en ISCC démontre cette tendance et cette possibilité. Plutôt que de simplement observer et en parler en tant que chercheur, je suis également engagé à faire de TheTransitioner.org une organisation globale mue par la sagesse. Il a suffit de faire voler un seul avion pour créer l'aviation, il suffit de créer une seule organisation globale « sage » pour aider l'évolution à s'engager dans cette voie. Il n'est de meilleure force que l'inspiration par l'exemple.

Développer le prochain système monétaire. L'argent, tel que nous le connaissons, contient en lui une architecture qui attise la rareté, la centralisation, la concentration, le secret, la propriétarisation. Issue de l'idéologie de la société victorienne, sa structure n'est plus adaptée aux besoins systémiques du monde d'aujourd'hui (harmonisation entre le local et le global, développement durable, économie du don, sagesse...). La monnaie va subir une évolution fondamentale et évoluer vers les « monnaies communautaires » (community currencies). Chaque collectif pourra créer ses propres monnaies pour sa place de marché. De la même manière qu'il y a aujourd'hui des millions de groupes de discussion, de blogs, de médias, de réseaux sociaux, il y aura des millions de monnaies destinées à faire circuler la richesse au sein de ces collectifs. Le projet open money auquel je participe a pour but de fournir toute la panoplie nécessaire à tout collectif pour se créer sa monnaie en quelques clics. Cela représentera l'évolution la plus importante pour l'humanité dans les prochaines années.

Communiquer, former, échanger. Que ce soit à travers internet ou les moyens classiques, communiquer, former, échanger est essentiel. Courant 2008 j'ai pour objectif de finir mon livre sur l'ISCC.

 

Repost0

Liens

A lire

1) Manuel d’anti-économie

2) Transition écologique & économique

3) Le retour du puritanisme au travail

4) Le désir comme désir de l’Autre

5) La Décroissance, l’Argent et Moi

6) Argent, Richesse, Valeur

 

Vie Pratique, Autonomie

AUTARCIES

ECOCLASH (voir Liens)

TERRA MATER

HABITER-AUTREMENT

ECO-BIO.INFO

EAU-tarcie (H20)

RAFFA : le grand ménage

 

Transition > POST-CAPITALISME

Villes en transition

Transition Monétaire

Transition Politique (Politique Simultanée)

Transition Culture

Eco-villages

Créatifs Culturels

Simplicité Volontaire

Demarche.org

Decroissance.org

REVOLUTION LENTE

 

Belgique

RESPIRE asbl

GRAPPE asbl

TETRA asbl

FINANCITE

Se changer soi

Amis de la Terre

Objecteurs de croissance

Nature et Progrès

Nature & Progrès Bruxelles

Ligue des optimistes

CETRI

CADTM

Confluence

Habitat Groupé

Classes de Terre

Ca passe par ma Commune

Groupe de Travail sur la Monnaie

Frère Albert

Maisondd.be (dd humain)

 

France

Plus Conscient 

Pièces et Main d’Œuvre

Dialogue en Humanité

Blog monde diplomatique

On peut le faire

Réseau éco-villages

Sentinelles de la république

 

Blog France

Jean ZIN

Pierre RABHI

Frédéric LORDON

Emceebeulogue

Fortune

 

Favoris

THEOGNOSIS (n'existe plus)

Sortir de l'Economie

INVENTIN

DONDE VAMOS

ECOPHILOPAT

NOS LIBERTES

INVENTERRE

MIIRASLIMAKE

MONOLECTE


Economie

Economistes Atterrés

ECONOSPHERES

Bioéconomie.net

SOCIETAL.org

the New Economic Foundation

 

Management

Mortel Management

 

Politique - Société

Politique Simultanée

Mouvement CiTerrien (MCT)

Alliance21 (monde responsable, pluriel et solidaire)

 

Alliance for a New Humanity


Monnaie (concept)

monnaie.wikispaces.com

www.bioeconomie.net

SystemeMonetaire.be

CreationMonetaire.info

MonnaieFondante.canalblog.com

GTMonnaie.be

Alter-Europa.com

Club-Robin.org

Sel-Terre.info

 

Monnaie (alternative)

Monnaies Locales Complémentaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

 

Climat

Manicore (Jancovici)

 

Pic Pétrole

Oleocene

 

Santé

Pharmacritique

Info Michel Dogna

Votre Sante

 

Planète

Terre Sacrée

LiberTerre.fr

Terre & Humanisme

 

Agriculture – Nature

Semences Paysannes

Kokopelli

Cheminfaisant2005.net

BRF - Bois Raméal Fragmenté

Permaculture

Masanobu Fukuoka

Plantes sauvages

 

Conscience

Alliance21

Fondation Diagonale

Trilogies

LeTransmuteur.net

Nous-les-dieux

Sens de la Vie

Zone7.net

Pas ça !

 

Manipulations

Le pouvoir mondial

SYTI.net

Prise de conscience.org

Les mots ont un sens

 

Info

MichelCollon.info

Mondialisation.ca

Grain (Agriculture)

ContreInfo

News Of Tomorrow

Monde Diplomatique

Decroissance.info

Futur Quantique

Le Grand Soir

 

TLAXCALA

Global Research

AlterInfo

RISAL (Am. Latine)

Congo Forum (Afrique)

Medium4You (Belgique)

Agoravox (France)

Marianne2.fr (France)

Rue89 (France)

 

Livres

Ecophilopat

Syti

Inventin (pdf)

Nous-les-Dieux (pdf)

Ecosociété

 

Editions

La plume de feu (Aude)

Yves MICHEL

Souffle d’Or

Charles Léopold Mayer

Aden

Syllepse

du Cerf

Ecosociété

La découverte

Le Relié

Sang de la Terre

Alter-Europa.com

Penser Librement.com

 

Autres liens

Contre la pensée unique

Freemen

Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :
• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique
• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance».



Au delà, comme le nom “Freemen” l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle “chaîne”, un nouveau “journal”, chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

153 blogs freemen