Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • : Pas d'issue aux grands défis de l'humanité (pétrole, eau, famines, biodiversité, érosion, climat...) sans changement de paradigme et TOTALE remise en question tant au niveau individuel que pluriel (mode de vie, économie, progrès…)
  • Contact

Tonnes CO2/personnes/an

2 = capacité d'absorption de la terre
4 = moyenne mondiale (2 fois trop)
8 = émission moyenne d'un Européen (4 fois trop)
20 = émission moyenne d'un Américain (10 fois trop)
0,09 = émission moyenne d'un Burkinabé
0,06 = émission moyenne d'un Ethiopien

Rechercher

Bon à savoir

- La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.


- En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.

 

- Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial!

 

- Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


- Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoins en eau de 80% des Africains.


- La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres (600 millions de personnes).


- Les pays en développement, qui subissent durement les dérèglements climatiques, ont produit moins de 20% des 350Gt (giga tonne) de CO2 accumulé dans l’atmosphère depuis 1850, alors qu’ils représentent 80% des terriens.


- Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…


- Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à  250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


- Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


- L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).

- La production, le stockage, le transport et le conditionnement d'une calorie alimentaire issue de l'agriculture conventionnelle nécessite 40 calories fossiles!


- D'autres chiffres ici

 

Citations & Livres

Aucun être humain ne vient au monde pour éviter à ses frères la peur de mourir en niant le corps par le travail et l'intellectualisation du monde. [Raoul VANHEIGEM] Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire

 

Ce que fait actuellement la logique de marché, c'est jouer sur la méfiance radicale de l'être humain à l'égard du détachement, ancrée dans l'énergie angoissée du besoin, pour pouvoir inverser l'énergie renonçante du Désir en énergie compulsive de l'envie. [Christian ARNSPERGER] Ethique de l'existence post-capitaliste

 

Le discours économique a une fonction terroriste, celui d'évincer le citoyen du débat [cité par Marie Martin-Pêcheu] Bio-économie

 

La monnaie et l’économie existent parce que l’homme n’a pas confiance en son prochain, qu'il suppose – souvent à raison - vouloir obtenir un échange gagnant. Il veut des garanties. Mais les garanties ne tiennent pas leurs promesses et se révèlent incapables d’empêcher l’injustice. [Didier LACAPELLE] Manuel d'anti-économie

 

Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin

 

Notre époque a besoin d’une grande bouffée d’air frais, qui la revivifie. Vienne le temps où chaque individu, rejetant l’apathie dont tire sa force le pouvoir léthargique qui l’opprime, se change en guerrier sans armure et sans autre arme qu’une invisible force de vie. Qu’il combatte sans relâche pour ce qu’il a d’unique et de plus cher au monde, sa propre existence, vrai champ de bataille où nerfs, muscles, sensations, pensées répondent à la sollicitation de désirs obnubilés par la passion de jouir et que contrarient, refoulent, mutilent et nient les mécanismes d’une économie qui exploite le corps à l’égal de la terre. [Raoul VANEIGEM] Nous qui désirons sans fin


A travers le voile de notre vision rationnelle, la lumière du Réel se brise, et la transforme en une autre vision, comme la lumière du soleil dans la pluie donne l'arc-en-ciel. L'homme, devenu conscient du soleil, comprendra l'arc-en-ciel d'une facon différente. Mais celui qui aura le courrage de tourner le dos à ce qui n'est que l'arc-en-ciel, verra le soleil lui-même. L'homme ressent en lui-même et en son monde, la promesse d'une Réalité qui, à l'origine de son développement rationnel, se cache. [Karlfried GRAF DÜRCKHEIM] 
La percée de l'être ou les étapes de la maturité


L'écologie extérieure sans écologie intérieure n'est qu'illusion. Si intérieurement, l'esprit est mu par des violences passionnelles, cela se traduira inévitablement en comportements extérieurs. Intérieur et extérieur sont interdépendants. Sans un changement intérieur de mentalité et de relation, vouloir un changement à l'extérieur est illusoire. [Denys RINPOCHE]


L'économie politique a placé sur un podium quelques-unes de nos dispositions naturelles les plus vilaines : le matérialisme, l'esprit de compétition, la gloutonnerie, la vanité, l'égoïsme, la myopie intellectuelle et la toute bête cupidité. [Hazel HENDERSON] cité par Fritjof Capra dans Sagesse des sages

Si la logique en place est si tenace, c'est peut-être que quelque chose au fond de nous même y collabore - quelque chose qui participe de l'angoisse et du déni de notre condition d'humains. Les voies de sorties, les plus pertinentes de l'économie capitaliste ne sont donc pas économiques. Elles sont existentielles. [Christian ARNSPERGER] Critique de l'existence capitaliste, Pour une étique existentielle de l'économie

Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d'une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l'enveloppe vivante et vitale de notre planète. Il semble que ce ne soit qu'à l'aune du sacré que nous pourrions mesurer l'ampleur de notre responsabilité. "J'entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l'émerveillement, le respect et le mystère s'allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des être très présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force." [Pierre RABHI] Conscience et environnement

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l'énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l'énergie trouve sa propre liberté.
[Jiddu KRISHNAMURTI]
Le sens du bonheur

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

[GHANDI]

Richesse c'est pouvoir. C'est le pouvoir d'acheter; c'est un droit de commandement sur tout le travail d'autrui.
[HOBBES]


Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme
[RABELAIS]


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi
[Jean de la FONTAINE]

Chaque fois que l'humanité est amputée d'une de ses langues, une de ses cultures, un de ses peuples, ce sont ses propres enfants qui deviennent orphelins d'une partie d'elle même.
[Patrick BERNARD] www.icrainternational.org

Les paradis fiscaux ne sont pas qu'un phénomène marginal réservé à quelques milliardaires, quelques affairistes et beaucoup de mafieux. C'est, au contraire, « une infrastructure essentielle de la finance internationale ». Christian Chavagneux & Ronen Palan


La richesse se mesure au nombre de choses que nous pouvons laisser intactes
[THOREAU]

 

3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 15:59

http://www.images-chapitre.com/ima0/original/074/769074_2887767.jpgLe dernier article POLLINIS sur l’escroquerie juridique concernant la pseudo interdiction des néonicotinoïdes dans les pesticides et responsables de la mort des abeilles a été supprimé pour vice de forme. Qui ne signerait pas une pétition pour empêcher l’anéantissement de ces petites merveilles ? Vous et moi. Qui, par contre, peut se targuer de surfer sur cette vague pour se remplir les poches ? Pollinis ?!

 

La cause est noble et mérite toute notre attention mais toute action provenant de POLLINIS doit désormais également attirer toute notre attention. Créée en mai 2012 POLLINIS semble être bien loin de l’action de terrain et de la concertation avec ceux qu’elle prétend défendre. Lire à ce sujet Pourquoi je ne signerais pas la pétition Pollinis, billet de novembre 2012 de Mathieu, apiculteur amateur. Parcourir également le Forum Hoaxbuster avec les interventions de Birdy et Frène. Ou encore: Ne pas sombrer dans la psychose qui fait les choux gras de petits malins regroupés en association loi 1901.

 

Pour ceux qui ne souhaitent pas lire ces différents liens, voici, en résumé, les différentes raisons qui rendent POLLINIS de moins en moins crédible:

 

1- Peu ou pas de relais médiatique et politique.

 

2- Peu ou pas de concertation avec le monde apicole, associations et syndicats.

 

3- Beaucoup de pub et d’accroches à caractère commercial sur leur site.

 

4- Aucune transparence quant à l’usage des fonds et des signatures récoltées.

 

5- Hébergement de la pétition sur le site même de Pollinis.

 

6- Usage abusif et intempestif de termes alarmants.

 

7- Détournement abusif et intempestif de vocabulaire (officiellement, pétition Européenne, Interdiction réelle)

 

8- Envoi intempestif de mails sans suivi et sans nouvelles de l’état d’avancement des démarches entreprises.

 

9- Aucune garantie que nos adresses ne seront pas utilisées à des fins commerciales.

 

10- Frédéric BEGUI, administrateur du site Pollinis est aussi gérant de Topdata, spécialisée en gestion de fichiers et de gestion des dons (fundraising). Frederic BEGUI est aussi gérant de Cap Audience, spécialisée en marketing sur le Net.

 

Fundraising ? Késako ?

1. On fait un mailing auprès d’une population bien ciblée (de nature à s’indigner, ayant de l’argent, un certain âge, etc…)
2. On y dénonce tous les abus du sujet traité. On fait pour cela appel à des rédacteurs-marketeurs dont c’est le métier. Cela ne s’improvise pas !
3. Le plus important : on joint un « référendum » ou une pétition à renvoyer impérativement à l’adresse de l’association avec un bulletin « de soutien » (et non pas « d’adhésion » au sens juridique du terme) pour faire un don de 20, 40 ou 100 euros ; la formulation est faite de telle façon qu’il est habilement suggéré que le renvoi du « bulletin de vote » doit être accompagné d’un chèque pour être bien pris en compte « oui, je soutiens votre action etc. » 

 

Vraiment triste et dommage que des gens puissent s’approprier de telles causes pour récolter des adresses et des contacts à des fins commerciales !

 

Reprenons ici la fable du petit garçon qui criait "au loup" avec la conclusion d'une internaute au débat sur hoaxbuster :

 

Ce qui est à craindre de ce genre d'appels? Que le public se lasse et qu'il ne soit plus au front lorsqu'une cause sera défendue par une organisation efficace et qui aura réellement besoin de notre soutien à tous. Personnellement, j'en ai ras le bol. J'essaie d'être vigilante mais Dieu que ça prend du temps en vérif et en transmission de mes doutes aux personnes autour de moi qui tomberaient facilement dans le panneau par manque de temps et de courage de remettre en question tout ce qui tombe du ciel du net et qui est loin d'être béni! Je partage l'avis de beaucoup d'entre vous ici. Si on veut militer, il y a mille choses petites ou grandes à faire autour de soi. Mais effectivement c'est plus reposant de signer une pétition et de dormir sur ses deux oreilles. Je suis encore étonnée de voir dans le texte accompagnant la pétition (non datée) qui circule à longueur de temps dans mes boites mails fin mai "qu'il faut agir vite, qu'on n'a plus que quelques jours avant que la commission européenne ne prenne la décision définitive au sujet des insecticides.... " (je cite de mémoire, pas textuellement, mais chacun l'a lu comme moi) alors que la commission européenne a rendu son verdict le 24 mai!!!!! Déjà ça..... ça fait moyennement sérieux.


Que Mr Laarman et les autres membres de l'asso soient trop débordés par les actions qu'ils mènent...soit! Dans ce cas, mieux vaut rendre son tablier. Comment peut-on atteindre un objectif aussi audacieux en pataugeant dans la semoule à ce point? Ca ne présage rien de bon pour la suite et en tous les cas moi, cela ne me rassure pas. Je ne signerai pas. Je suis actuellement stagiaire dans un rucher école (entre autres) et je continuerai à approfondir ce sujet qui m'intéresse sans vouloir péter plus haut que mes fesses, mais sans rester les bras croisés pour autant. A bon entendeur.... ! salut! pauvres abeilles! Elles ne sont pas sorties de l'auberge!


 

Pauvres abeilles en effet ! Et pour le moment, marquons donc POLLINIS comme "spam" dans nos "mailbox" et lisons LES RUCHERS de L’AN 01, le blog de Mathieu qui semble bien mieux informé, connecté et proche de nos petites butineuses ! Ces 2 articles Néonicotinoïdes: une bien petite victoire… et Néonicotinoïdes: Un répis pour les abeilles? résument très bien la situation suite à cette pseudo interdiction des Néonicotinoïdes.
 

Comme on peut le constater, le fond est tout aussi lamentable que la forme prise par POLLINIS.

 

 

Repost0
Published by Ploutopia - dans BIODIVERSITE
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 13:24

Fil d’Ariane de ce blog, notre système bancaire et monétaire est la cause systémique de nos maux. Des causes humaines plus profondes sous-tendent bien évidement ce système dans lequel nous sommes bien empêtrés et duquel nous ne sortirons qu’après avoir exploité toutes les astuces possibles de fourberies et de mensonges.


Jusqu’ici, la farandole monétaire s’est toujours appuyée sur quelque chose de tangible : des matières premières, des technologies, des idées… Mal conçue car animée par l’unique appât du gain, cette farandole se transforme souvent en un gigantesque soufflé qui finit toujours par retomber à un moment ou un autre. L’histoire des krashs boursiers est assez édifiante sur le sujet. Elle aurait commencé en 1636 par des spéculations sur des tulipes et aurait atteint son paroxysme avec la crise des subprimes en 2007. Dans tous ces cas, il y a toujours eu « quelque chose » derrière : des tulipes, du pétrole, Internet, de l’immobilier… Aujourd’hui, alors que tout semble aller pour le mieux (bourses dopées artificiellement) la bulle qui se prépare depuis 2009 est fondée sur… des émissions massives de billets comme pour rire: plus de 2000 milliards de dollars en moins de 20 jours. 2009 ? Voilà qui coïncide avec la décision d’Obama de laisser la FED racheter ses Bons du Trésor (dette à long terme des Etats-Unis) en quantités considérables!


Des tonnes et des tonnes de billets fondés sur quoi ? Rien, bernique, nada, néant… Des tonnes et des tonnes de billets repris à du 0% et placé à du 10% par des investisseurs. De la spéculation fondée sur du vent, une photocopieuse à billet dans laquelle nous croyons encore. Jusqu’au moment où il nous faudra 3 camions d’euros pour acheter une botte de poireau. Poussée jusqu’à son paroxysme de l’auto-spéculation sur du vent, la bulle et son crash inévitable qui se préparent devraient donc, en toute logique, faire encore plus de bruit que les précédentes en implosant. Espérons qu’elle nous fasse enfin entendre raison.

 

 

Euphorie boursière sur caféine monétaire (Myret Zaki, mai 2013)

 

L'indice des actions mondiales (MSCI Monde) n'a jamais été aussi déconnecté de la trajectoire baissière du PIB mondial.

Olivier Delamarche: "Les dirigeants ne font que répéter les mêmes erreurs sans cesse"

 

Une nouvelle crise aura lieu. Essayons de faire comprendre à nos dirigeants que nous ne voulons plus de dictature bancaire. Halte à la toute-puissance des banques. (Bernard Lietaer, Christian Arnsperger, Sally Goerner, Stefann Brunnhuber, Odile Jacob 2012.)


Concrètement, comme ne cesse de le répéter James ROBERTSON, il nous faut une réforme

- du système monétaire (changer la manière dont l’argent est créé)

- des revenus publics (changer ce qui est taxé et ce qui ne l’est pas)

- des dépenses publiques (changer la manière dont sont dépensés les revenus publics)

Cfr. Point 4. De la Newsletter 41

 

Plus concrètement pour nous, nous pouvons signer cette pétition qui demande aux leaders mondiaux lors du prochain sommet du G8 d’avoir le courage d’arrêter cette course aux enfers et d’appliquer les préceptes résumé dans la Newsletter 41 de James Robertson. 

 

 

Plus d'info :

Le risque systémique en Europe

Evolution du risque systémique en Europe

http://www.les-crises.fr/images/0100-banques/0145-risque-systemique/35-risque-systemique-total-europe.jpg

Repost0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 10:51

butterfly-copie-1.JPGNous paraissons bien petits face à la puissance démesurée de l’économie et des puissants de ce monde !

Et pourtant…
qui d’autres que nous, simples consommateurs, leur donnons ce pouvoir extraordinaire ?

Imaginez :
- 100 millions de personnes qui dépensent 1,2 € par mois pour acheter un produit vendu par une multinationale… et c’est 1 milliard 200 millions d'€/an de pouvoir donné et concentré en quelques mains !
- 10 € par mois, et c’est 12 milliards qui sont ainsi donnés !
- Avec 300 millions de personnes et 1 000 € dépensés par an, c’est 300 milliards qui sont ainsi concentrés en 1 seul pouvoir.

Alors qui sont les vrais puissants : les quelques centaines d’individus qui concentrent tous ce pouvoir ou les centaines de millions de simples gens qui le leur donnent ?

Si nous sommes si puissants tous ensemble, comment retrouver notre véritable pouvoir individuel?

COMMENT CELA MARCHE-T-IL ?

Pour que ce monde marche ainsi, les puissants de ce monde utilisent 2 leviers parfaitement connus, et développés consciemment : la peur et l’intérêt personnel !

1/ La peur rend les individus et les masses manipulables ;

2/ L’intérêt personnel rend les gens individualistes, égoïstes, séparés les uns des autres… et donc manipulables !

Concrètement, pour que cela fonctionne, il est important que les milliards de citoyens du monde soient :
- dans la peur de l’insécurité tout en croyant que tout est fait pour leur sécurité,
- dans la peur de la maladie tout en croyant que tout est fait pour une meilleure santé,
- dans la peur du manque tout en croyant qu’il faut toujours avoir plus pour être heureux,
- dans la peur de la mort tout en croyant à l’urgence de vivre et surtout qu’il faut en profiter le plus possible et le plus vite possible
- dans la peur de l’autre tout en croyant que tout est fait pour un monde meilleur, etc.

Ainsi, il devient facile de rendre les milliards d’habitants dépendants et manipulés, au service d’un système qui donne toujours plus de pouvoir à quelques familles et multinationales influentes auxquelles même les gouvernements sont soumis !

PLUS EN DÉTAIL

C’est ainsi que tout est fait pour accroître la mauvaise santé générale des individus et donc leur recours à des remèdes toujours plus nombreux, variés et de plus en plus onéreux.
Ce résultat est obtenu :

1. en favorisant une présence de plus en plus grande des polluants à long terme dans l’environnement quotidien des gens - alimentation, air, eau, médicaments :
- Présence de plus en plus développée et ‘raffinée’ de composants synthétiques, chimiques et industriels dans tous les secteurs de la vie.
- Développement des brevets et des titres de propriété sur des éléments naturels afin de les remplacer par des produits de synthèse

2. en minimisant, voire éliminant, les connaissances, les informations et les études concernant ces polluants… et les gêneurs : experts au service des multinationales, lois réduisant le plus possible l’accès aux médecines naturelles et aux semences naturelles, désinformation organisée, campagne de dénigrement des alternatifs et des alternatives, etc.

3. en dépensant des fortunes dans des recherches orientées qui nourrissent le système, au détriment de ceux qui cherchent vraiment et trouvent des procédés en contradiction avec la logique économique du plus grand profit à plus court terme.

4. en augmentant le nombre officiel de maladies et de risques.


C’est ainsi que tout est fait pour développer une alimentation pauvre et créatrice de déséquilibres :

1. en favorisant l’agriculture intensive qui appauvrit la terre et les aliments tout en développant la présence des produits chimiques (pour traiter contre les maladies ou les parasites, accroître les rendements, etc.)

2. en développant une distribution de masse et la circulation de plus en plus grande des marchandises afin de faire croire que l’on peut acheter plus avec moins… surtout si l’on est fidèle… et consommateur de crédit…

3. en minimisant les bienfaits d’une alimentation fraîche, saine et de proximité et son impact sur la santé,

4. en favorisant le moins possible l’agriculture biologique, en petite unité et de proximité,

5. en réduisant le plus possible l’accès aux semences naturelles et reproductibles pour les agriculteurs et les jardiniers


C’est ainsi que tout est fait pour rendre le monde insécure tout en faisant croire que tout est fait pour la tranquillité des gens. Cela se réalise tout simplement :

1. en favorisant une information des catastrophes et des malheurs qui guettent,

2. en favorisant le commerce, la création et le développement des armes,

3. en favorisant dans l’ombre les dictatures et les dictateurs qui permettent d’un autre côté que soient pillées les ressources de leurs pays,

4. en favorisant dans le même temps, toujours dans l’ombre, les opposants et les rebelles qui luttent pour leurs libertés…

5. tout cela dans le but caché d’entretenir un climat de guerres et de conflits,

6. en favorisant les provocateurs, ceux qui mettent de l’huile sur le feu et attisent les conflits au nom de la sécurité des peuples et du monde,

7. en favorisant tout ce qui accroît les possibilités individuelles de protection,

8. en accentuant la dépendance économique des individus, des peuples et des pays grâce aux drogues légales (excitants, tabac, alcool) et illégales (en apparence), à l’endettement, aux besoins illusoires et créés, aux modes, à l’information orientée, aux faux rêves, etc.

Et c’est ainsi que tout est fait pour faire croire que le bonheur est dans ‘Avoir toujours plus’:

1. en favorisant les jeux et le rêve d’une fortune possible, facile et rapide,

2. en favorisant le vedettariat accessible (artistique, sportif ou autre),

3. en favorisant la publicité et son message subliminal qui dit que pour être heureux il faut telle lessive parce qu’elle lave mieux, la dernière nouveauté de téléphone portable, la dernière marque en vogue, aller en vacances dans les îles, etc. etc.

4. en favorisant l’accès aux crédits,

5. en éliminant, mettant de côté ou diabolisant ceux qui proposent un autre message : développement de la peur des sectes, de la peur des charlatans, de la peur d’être manipulé, de la peur de la différence, etc.
6. en développant des lois qui encadrent de plus en plus et réduisent de plus en plus la possibilité de vivre autrement que selon ce modèle-là.

Tout ce système est parfaitement pensé, anticipé, étudié et coordonné dans les sphères cachées de ceux qui tirent les ficelles !

LA SOLUTION EST INDIVIDUELLE !

Cette compréhension des leviers est nécessaire pour agir avec SAGESSE : elle permet de se rendre compte que la seule solution viable à long terme est individuelle… et surtout intérieure !

1/ Elle demande à chacun d’abandonner le fait de croire que la faute est chez l’autre, chez nos gouvernants ou dans le capitalisme : nous sommes TOUS responsables !

2/Elle demande une présence et une attitude réfléchie et responsable de ses dépenses, de ses choix de vie, de son alimentation et de sa consommation.

3/ Elle demande d’être autonome et de ne pas suivre le troupeau, d’oser être différent, et de l’assumer.

4/ Elle demande de ne pas juger, ni condamner, ni renier, ni exclure, mais d’agir en connaissance de cause, dans la sagesse et le respect de tous et de tout, y compris de tout ce système tel qu’il est… afin de ne pas continuer à générer, par ses pensées et ses attitudes, les exclusions, les conflits et les guerres.

5/ Elle ne demande pas de combattre ce système, mais d’agir tout simplement, à son petit niveau, pour ne plus continuer à faire vivre ce système, ni par ses façons d’être et d’agir, ni par son argent !

Notre argent peut nourrir ou non ce système !
Nos attitudes peuvent alimenter ou non
la peur et l’intérêt personnel !
Notre vie peut servir l’être… ou l’avoir !

Ensemble, chacun dans son coin, sans tambour ni trompette,
sans fourche ni canon, faisons


LA RÉVOLUTION DES SILENCIEUX
 :


1. si nous voulons une terre saine et dépolluée,
donnons notre argent-pouvoir à ceux qui respectent la planète
et voient les choses à long terme,
dans une dynamique de développement durable,
à ceux dont on sait ce qu’ils font et comment ils le font…

et soyons le respect de la Terre que nous souhaitons voir dans le monde.


2. si nous ne voulons plus d’argent sale,
donnons notre argent-pouvoir aux gens,
aux entreprises, aux banques et aux institutions financières
qui fonctionnent avec des choix éthiques,
* dans la transparence et le respect reconnus…

et incarnons l’éthique que nous souhaitons voir dans le monde.


3. si nous ne voulons plus de guerres,
cessons de juger, critiquer, dénigrer, ou exclure, etc.
Donnons notre argent-pouvoir à ceux qui nourrissent
la transparence, la solidarité, le respect, l'éthique…

et soyons la Paix que nous souhaitons voir dans le monde.


4. etc.


Chaque centime compte, chaque pensée compte, chaque attitude compte !

Choisissons d'encourager les paysans, les artisans ou les entreprises
qui respectent les Hommes et la Nature… à tous les niveaux.

La moindre lumière, le moindre don ou choix conscient est important
pour nourrir cette nouvelle conscience sur la Terre

Ensemble, comme les gouttes qui, se réunissant,
finissent par faire les rivières et les fleuves, puis les océans,
faisons la RÉVOLUTION DES SILENCIEUX !

Cette révolution appartient à chacun, dans son quotidien !
C’est pourquoi cet appel n’est pas signé !
Car si cette révolution appartient à tous, elle est avant tout affaire de RESPONSABILITÉ et D’ENGAGEMENT INDIVIDUELS : N’attendons personne pour agir ! Comme les mousquetaires, mobilisons-nous chaque Un pour Tous et Tous pour chaque Un !

Anonyme individuellement, connus tous ensemble !

 

Source: Paroles de Sagesses

Repost0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 15:38

http://www.newb.coop/Uploads/newb/FILE_142281df-a856-4cb9-8dd6-29b6900c8bb3.jpgC’est un peu tard pour beaucoup d’entre vous mais si cet article peux faire prendre part ne fût-ce qu’un coopérateur de plus pour ce projet, c’est gagné. Pour 20€ seulement vous pouvez devenir coopérateur et soutenir cette belle initiative.


La campagne « Je prends part » - qui s'étale entre mars et juin 2013 - propose aux citoyens de devenir coopérateurs de New B. En achetant une part à 20 €, ils montrent qu'ils soutiennent l'idée qu'une banque coopérative voie le jour en Belgique dans un avenir proche. Cette banque sera simple, sobre, participative, transparente, investira dans l'économie réelle, œuvrera pour l'intérêt général et mettra le client au cœur de ses décisions.


Pourquoi une banque coopérative ? 

Depuis la crise financière apparue en 2007 – principalement suite aux prises de risques inconsidérées de la part de certains acteurs du secteur financier – quelques réponses, notamment au niveau de la régulation ont été apportées mais finalement, il n'y a pas eu de solution concrète pour révolutionner le monde la finance.

Pour les initiateurs de New B, la création d'une banque coopérative est indispensable. Bernard Bayot, président de New B ajoute :« Pour nous, c'est une condition sine qua non de changer de paradigme, d'avoir une banque qui répond à une autre logique que celle de la recherche effrénée du profit à court terme. »


En Belgique, le secteur bancaire s'est totalement appauvri. Après la disparition de la CGER, du Crédit Communal, de la Bacob, de Cera, de la CODEP…, les banques cotées en Bourse dominent le paysage. Le modèle coopératif, bien que désormais absent en Belgique, n'en est pas moins largement répandu en Europe (plus de 4000) et a montré ses effets bénéfiques. Les banques coopératives ont généralement une plus grande stabilité financière, soutiennent davantage le développement local et développe une activité de crédit plus performante que les banques commerciales. C'est ce que soulignent à plusieurs reprises les experts du « Rapport Liikanen »1.

Pour cette raison, des organisations se sont rassemblées au sein de la coopérative New B dont l'objectif est de créer une nouvelle banque coopérative en Belgique. La nouvelle banque travaillera dans l'intérêt de ses membres, de leurs activités sociales et économiques et renforcera leur rôle sociétal.

Depuis mai 2011, un groupe d'une dizaine de banquiers et d'experts de la société civile, ont réalisé une étude de faisabilité d'une telle banque. Ils ont conclu que le projet était tout à fait réalisable si la banque acquérait suffisamment de clients et de capital et si les conditions de marché le permettaient.


Le modèle New B 

New B est une coopérative qui souhaite la création d'une banque coopérative, participative, transparente, sobre et simple, qui investit dans l'économie réelle. Elle refuse toute spéculation, proposera des produits et services simples à comprendre. Elle bannira toute dépense ostentatoire ou salaire hors de proportion. La banque mettra en place des solutions innovantes pour que ses clients puissent s'impliquer. Elle veillera à rechercher une réponse à leurs besoins plutôt que le profit à tout prix.  

En inscrivant dans son ADN ces valeurs mais d'autres encore telles que l'insertion sociale, la sécurité, la durabilité, l'innovation, l'honnêteté et la diversité, New B veut devenir une banque qui compte, offrant à ses clients-coopérateurs tous les produits qui leur sont utiles.


La campagne " Je Prends Part" 

« Je prends part » (« ik bank mee » en néerlandais) vise à rassembler 10.000 coopérateurs.  Les initiateurs de New B veulent montrer que les organisations ne sont pas les seules à vouloir une nouvelle banque coopérative en Belgique : leurs membres, sympathisants et adhérents ainsi que des citoyens de tout bord soutiennent aussi ce projet.

En cas de succès de la campagne, les prochaines étapes seront abordées : la confirmation des contacts avec les investisseurs et le dossier pour obtenir une licence auprès de la Banque Nationale de Belgique.

Une part de coopérateur coûte 20 €. Le nombre de part par personne est limité à une seule unité pour éviter que la prise de risque ne soit trop grande. Le but principal n'est pas de récolter un maximum de capitaux mais de montrer qu'une telle banque est plus qu'attendue.

La souscription se fait à partir du site NewB

 

 

Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 15:16

EndEcocide.png

Et si comme les criminels de Guerre nous poursuivions les criminels de Terre ? 

 

C’est le projet d’une initiative citoyenne appelée : END ECOCIDE.

 

On ne parle plus de Géno-Cide mais d’Eco-Cide. « L’écocidaire » au même titre que le génocidaire devra rendre des comptes et sera poursuivi devant la cour internationale de justice.

 

Mais pour voir le jour, ce projet a besoin d’un million de signatures. Début mars 2013, il y en a 11.000. Encore 10 fois ce nombre et c'est dans la poche :-). SIGNEZ MAINTENANT

 

La signature ne demande pas une simple adresse mail mais votre nom, prénom et adresse physique réelle. Pas de panique, le site est sécurisé, vos données ne seront utilisées que pour le décompte des voix. La proposition possède un numéro d’enregistrement attribué par la Commission Européenne, elle est accompagnée d’un certificat de conformité et d’une déclaration de confidentialité. Tous les textes et références juridiques officiels sont accessibles. Les noms des initiateurs avec leurs parcours sont listés. Il y a de la documentation avec présentation de presse, projet, vidéo, etc. Une liste des questions fréquemment posées et enfin la possibilité de contacter les personnes responsables. Bref tous les éléments qui rendent une initiative juridiquement rigoureuse et bien menée ! Des éléments d’espoir pour un peu plus de droit et moins de marché.

 

 

 

Arrêtons l’Écocide en Europe

L’Écocide est un acte causant des dommages importants à un ou plusieurs écosystèmes, ou la destruction ou la perte d'écosystèmes. Arrêtons ensemble l’Écocide en Europe !

Quel est l'objectif ?

Nous voulons que l'Écocide devienne un crime pour lequel des sociétés et des personnes peuvent être jugées responsables selon le droit pénal et le principe de la responsabilité supérieure. Nous souhaitons à travers L’Initiative Citoyenne Européenne obtenir que l’Écocide soit reconnu comme crime dans trois cas :

  • quand l’Écocide se produit sur le territoire européen (territoires maritimes y compris),
  • quand des entreprises européennes sont impliquées,
  • quand des citoyens européens (qui pourraient travailler pour des sociétés non-européennes) sont impliqués.

En outre, l'accès au marché européen de produits issus d'un Écocide ne sera plus toléré car toute personne important de tels produits sera accusée de complicité d’Écocide.

Comment cela fonctionne ?

Grâce à l'Initiative citoyenne européenne, les citoyens européens peuvent faire appel à la Commission Européenne pour proposer une législation européenne: Une loi pour criminaliser l’Écocide en Europe.

Si un million de citoyens signe notre appel, la Commission européenne aura le devoir d'étudier notre proposition de loi. Signer en ligne sera possible à partir de fin janvier 2013 ici!

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Vous avez des questions ? N'hésitez pas à nous contacter à : info@endecocide.eu

Vous n'êtes pas européen?

Notre Initiative citoyenne européenne est née dans le sillon d'une proposition de Polly Higgins, une juriste internationale qui propose que le crime d’Écocide soit reconnu 5ème crime contre la Paix. L’Écocide deviendrait, de fait, illégal, dans le monde entier et tout contrevenant pourrait être jugé par la Cour Pénale Internationale.

Regardez ici le discours de Polly: http://www.youtube.com/watch?v=8EuxYzQ65H4

Si vous êtes intéressés par ce mouvement international, rejoignez:  http://www.eradicatingecocide.com

 

Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 15:36

2012finBouillon 003

 

Chaque être humain est à la recherche de quelque chose, à l’intérieur de lui-même ou à l’extérieur, dans le monde. Pris dans le courant du devenir, nous nous efforçons d’atteindre nos buts, de maintenir nos acquis ou de d’être “quelqu’un”, animés par l’espoir et mus par la force de nos attentes d’accéder un jour à la paix, à la liberté et à un contentement durable. Quelles que soient la forme et la nature de nos quêtes, nous ne serons jamais autre chose que ce que nous sommes essentiellement. Le refus de nous accepter pleinement, avec toutes nos imperfections et nos noirceurs, nos peurs et nos peines, constitue le noyau du problème. L’aventure intérieure commence dès que nous réalisons la futilité de nos fuites en avant ou après en avoir suffisamment souffert. Elle advient lorsque s’impose à nous la nécessité de revenir à soi en cessant de lutter, de nous cacher, d’esquiver ou d’échapper à ce qui vit en nous. Cette acceptation est la “discipline” ou le “non-effort” le plus exigeant qui soit car, il nous invite, à chaque instant, à accueillir dans notre ressenti ce qui émerge de l’intérieur. L’approche présentée ici découle de cette acceptation. Elle décrit le processus qui s’engage lorsque nous nous disposons à observer, à ressentir et à “traverser” consciemment tous les éléments qui se présentent dans notre perception. – [Darpan]

 

En ce début 2013, je nous souhaite donc à tous cette quête des quêtes.

Non point le bonheur, la santé ou la joie qui ne sont que des conséquences, mais la pleine acceptation.

Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 13:25

17 raisons d’appeler à son émergence. Ils sont astrophysiciens, biologistes, psychiatres, philosophes, enseignants, artistes, maîtres zen ou pionniers de l’écologie. Tous estiment qu’il est temps d’évoluer vers une nouvelle conscience, de soi et du monde. L’INREES leur donne la parole dans le hors-série n°1 d’Inexploré.

http://medias.inrees.com/img/photos/538.jpgEt si vous oubliez tout ce que vous pensiez savoir des lois qui régissent le vivant ? XVIIe siècle, Newton décrit le monde comme un ensemble d’objets mécaniques et délimités, Descartes réduit le réel à ce qui est observable et mesurable – l’homme y compris. Emerge alors en Occident la représentation d’un univers fragmenté, déterministe, quantifiable. Tout devient maîtrisable, exploitable, consommable.
Au nom de quoi faire voler en éclat ces conceptions ? De la science elle-même. Depuis cent ans, des physiciens lèvent le voile sur de nouvelles dimensions. Trinh Xuan Thuan, astrophysicien : « Après avoir dominé la pensée occidentale pendant trois cents ans, la vision newtonienne a fait place à celle d’un monde holistique, indéterminé et débordant de créativité. L’avènement de la physique quantique et de la théorie du chaos a introduit les principes d’incertitude, d’imprévisibilité, d’influence entre l’observateur et le réel observé. Les atomes forment un monde de potentialités ou de possibilités, plutôt que de choses et de faits. Des phénomènes de mécanique quantique ne peuvent se comprendre avec les références classiques. Pourquoi par exemple, quand on sépare de plusieurs kilomètres deux photons qui étaient associés, l’un continue de savoir ce que fait l’autre, sans aucune communication ? Cela pose problème si on suppose que la réalité est morcelée et localisée sur chacune des particules. Le paradoxe n’a plus cours si on admet que les deux photons font partie d’une réalité globale, quelle que soit la distance qui les sépare. Ils sont interdépendants : chaque partie porte en elle la totalité, et de chaque partie dépend tout le reste. »

La réalité de cette nouvelle physique est multidimensionnelle, son univers constitué de matière, de flux d’énergie et d’information. Et si c’était le cas à tous les niveaux du vivant ?
En biologie du cerveau, par exemple. Jean Becchio, médecin généraliste, président de l’Association française d’hypnose : « Dans les années 50-60, on pensait tout connaître du cerveau. Quarante ans plus tard, on est perdu ! La matière grise n’est plus considérée comme aussi primordiale : elle ne serait que le récepteur d’informations captées depuis l’extérieur, puis envoyées dans la substance blanche, où elles rencontrent d’autres informations issues du monde intérieur, de la mémoire, des émotions, des apprentissages… On vient aussi de trouver qu’il y a des neurones miroirs partout dans le cerveau, qui jouent un rôle important dans les phénomènes de sympathie, d’empathie et de compassion. Cette découverte fait évoluer la conception très robotique de l’humain ; il est d’abord un être relié aux autres. Le cerveau n’est plus étudié comme une boîte isolée, mais dans sa relation avec son entourage. »

Autre découverte de taille : le cerveau ne produirait pas la conscience. Pim Van Lommel, cardiologue, spécialiste des expériences de mort imminente : « Dans l’étude que j’ai menée sur des patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, 18% rapportent une expérience d’expansion de conscience au moment où ils étaient en mort cérébrale. Ils ont perçu leur réanimation, peuvent avoir vu des souvenirs de leur vie entière, interagi avec des proches décédés... Des millions de gens dans le monde ont vécu ces phénomènes – 9 millions aux USA, 20 millions en Europe. Notre étude (la plus importante à ce jour) met en échec les explications matérialistes – manque d’oxygène, hallucinations, rêves, etc. Elle prouve que le cerveau ne crée pas la conscience ; il n’est que le catalyseur qui rend possible son expérience – comme le poste de télévision n’est qu’une interface pour accéder aux émissions. La véritable conscience est non locale, plus vaste que ce que nous percevons dans la vie quotidienne, et capable de survivre au corps physique. »

Il existerait donc une conscience supérieure à la conscience ordinaire… Une hypothèse en voie de validation scientifique. Roger Nelson, directeur du Global Consciousness Project, chercheur en parapsychologie à l’Université de Princeton : « Nos expérimentations ont montré que les gens étaient capables, par la pensée, d’influer sur le contenu d’une séquence de nombres aléatoire. L’effet est ténu, pas suffisant pour ouvrir une porte de garage à distance, mais assez pour comprendre que l’esprit n’est pas confiné à la boîte crânienne et peut entrer en relation directe avec différents aspects du monde. Nos capteurs détectent aussi un changement lorsque les gens se retrouvent en communion, à l’occasion d’un événement fort. L’interaction des consciences individuelles induit un échange d’information et la création d’une cohérence de champ, qui n’existait pas auparavant, qu’on appelle la conscience de groupe. Nous avons plus de 400 enregistrements de ce type ; à partir de ce seuil, les critères scientifiques admettent la réalité d’un phénomène. »

Il serait même possible, par cette conscience non locale, d’accéder à des informations affranchies de l’espace et du temps. Stephan A. Schwartz, chercheur principal sur le cerveau, l’esprit et la guérison à l’Institut Samueli (USA) : « Les expériences que nous avons menées prouvent, protocoles scientifiques et données statistiques à l’appui, que nous avons la capacité de décrire des choses, des lieux ou des gens éloignés, comme s’ils étaient sous nos yeux. Nous pouvons également décrire un événement qui ne s’est pas encore produit. Les données recueillies sont de deux types : des impressions de sens – par le goût, le toucher, les odeurs – et une impression de connaissance : je ne sais pas comment, mais je sais que c’est vrai. Il n’y a rien de surnaturel là-dedans : vous vous ouvrez simplement à cette part non locale de votre conscience qui n’est pas limitée par le temps et l’espace. Cette compétence se développe, à condition d’en avoir la volonté. L’intention est un point clé. »

De quoi chambouler profondément nos visions du monde et de nous-mêmes. Comme l’ont pressenti nombre de sagesses traditionnelles, notre identité profonde ne serait pas nos corps ni nos esprits individuels, mais cette conscience connectée à un grand tout. Lynne McTaggart, journaliste scientifique : « Lorsque les particules subatomiques conversent, elles échangent de l’énergie. Quand vous multipliez cette infime quantité par tous les échanges entre toutes les particules de l’univers, vous obtenez une incroyable quantité d’énergie dans un espace vide. Ce champ permet de comprendre qu’il n’y aurait pas des objets séparés, mais un lien, c’est-à-dire une connexion si intriquée, si essentielle et si profonde qu’il est impossible de dire où une chose s’arrête et où l’autre commence. Notre environnement nous crée autant que nous le créons. C’est un processus coopératif, qui doit nous inciter à dépasser la polarisation terrible que nous observons aujourd’hui, et vivre selon une image plus organique et plus holistique. »

Sortir du sentiment de maîtrise absolue, retrouver le sens de la globalité, de l’humilité et des responsabilités...
Dans le rapport à soi, d’abord, la manière dont on s’envisage et dont on se soigne. Thierry Janssen, médecin psychothérapeute : « En parallèle d’une médecine de plus en plus technologique, émerge un paradigme de santé issu de cultures traditionnelles, qui insistent davantage sur la prévention et, lorsqu’il s’agit de soigner, le font de manière globale, en ne réduisant pas la personne à un corps-machine. Il me paraît absolument pertinent de considérer l’humain comme un être indivisible, dont les pensées influencent le fonctionnement biologique et dont le fonctionnement biologique influence la pensée, sans tomber dans l’idée que toutes les pathologies sont causées par des conflits psychologiques et que la résolution de ceux-ci suffiraient à guérir. Dans une perspective intégrative, l’idéal serait de soigner les patients avec empathie, en développant des relations de respect, en les considérant comme des individus multidimensionnels, tout en profitant des merveilleux outils que la technologie nous offre. »

Evolution, aussi, dans notre rapport aux autres, ce que l’on inculque et ce que l’on transmet. Antonella Verdiani, docteure en sciences de l’éducation, à l’initiative du Printemps de l’éducation : « Aujourd’hui, l’école est source d’inégalités car basée sur la compétition et non sur la coopération. Elle ne table pas sur l’échange et le partage des connaissances, mais sur un rapport autoritaire, qui n’autorise pas les enfants (et ils ne se l’autorisent pas eux-mêmes) à devenir auteurs de leurs propres vies. Notre époque n’a plus besoin des petits soldats de l’ère industrielle. Lorsque l’enseignant se positionne avec ouverture, en tant que guide et accompagnant, cela change totalement la donne. L’éducation intégrale, fondée sur le libre progrès de l’enfant, dans un cadre bienveillant, part du principe qu’il existe chez l’enfant une connaissance quasi-innée. Si on lui fait confiance, il sait très vite où il doit aller. Il faut stimuler le questionnement, les éveiller à leurs propres réponses. Y compris en matière existentielle, une dimension qui existe bel et bien chez les enfants. »

Autres aspect fondamental : notre rapport à la nature. Pierre Rabhi, pionnier de l’agro-écologie, fondateur du mouvement Colibris : « Au lieu de prendre conscience de la beauté infinie de la planète et de considérer la Terre comme une oasis perdue dans un désert sidéral dont nous sommes totalement dépendants, nous continuons de la sinistrer, en agissant comme si ses ressources étaient inépuisables, comme si nous pouvions nous affranchir de cette nature que nous appelons “environnement”, comme si nous n’en faisions pas partie. Si des extraterrestres nous observaient, ils concluraient que nous avons des aptitudes mais que nous sommes inintelligents ! Tant que nous ne modifierons pas notre regard, nous serons dans cette dichotomie, dans ce dualisme totalement artificiel. A partir du moment où je suis à l’école de la nature, je ne cherche plus à m’imposer à elle, à la dominer ni à l’empoisonner, je suis à son écoute, j’observe son processus et je le respecte. Etymologiquement, humus, humanité, humilité, c’est la même chose. »

Jusqu’à notre rapport à l’univers, en prenant la mesure que nous n’en sommes qu’un des composants. Morvan Salez, chercheur en astrophysique : « Grâce à l’amélioration de la technologie, on trouve de plus en plus de systèmes planétaires très semblables au nôtre. Environ 780 exoplanètes ont été détectées de manière certaine, plus de 2000 sont en attente de confirmation. Les très importants progrès effectués dans la compréhension de notre propre écosystème ont aussi permis de découvrir que les bactéries sont absolument partout, dans des régions où l’on pensait que c’était impossible. Pour arriver à la biosphère actuelle à partir de molécules organiques inertes, il a fallu des mécanismes incroyablement subtils. Face à ce constat, on peut considérer que les paramètres de l’univers sont tels que si on laisse le temps agir à partir de bons ingrédients de départ, des formes de vie sont vouées à apparaître, peut-être très différentes de la nôtre. Nous dire que nous ne sommes pas seuls, c’est un électrochoc, qui peut remodeler en profondeur notre conception de nous-mêmes et de notre place au sein du cosmos. »

Cette évolution n’est pas un luxe : si on ne change rien, la planète court à sa perte, et nous avec. La crise actuelle n’est-elle pas révélatrice d’un besoin criant de retrouver un supplément d’âme, un sens et une cohérence ? Frédéric Lenoir, philosophe : « Les derniers grands succès de la littérature et du cinéma, tels que l’Alchimiste, le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou Avatar, réhabilitent les mythes, la magie, l’imaginaire. Preuve qu’on crève dans un rationalisme desséchant et que les gens ont besoin de rêver, de se relier au monde à travers des symboles, des archétypes. L’âme n’a pas suivi la croissance du corps matériel de l’humanité. Pourquoi ? Parce que nous ne la cultivons pas. On a aujourd’hui de plus en plus d’outils qui nous permettent de comprendre, de discerner, mais on ne sait pas bien s’en servir. Nous avons besoin de rééquilibrer notre cerveau. De plus en plus d’individus sont en quête d’une expérience intérieure qui touche leur cœur, leur vie. Ils sont à la recherche d’un éveil, d’un changement de conscience. Je crois que l’existence a un sens et que chacun peut le trouver, s’il le veut. »

Pas seulement en acceptant un nouveau paradigme scientifique – qui ne serait alors qu’une idéologie de plus. Au-delà des théories, certaines expériences sensibles ouvrent sur une perception, intime, d’un autre réel : une musique que l’on écoute, un film que l’on regarde, une poésie que l’on lit, un paysage que l’on contemple… Jean François Clervoy, astronaute : « La Terre vue de l’espace, c’est très beau ! On en a les larmes aux yeux, on en tombe amoureux. Et on s’aperçoit que la couche d’atmosphère est fine comme du papier à cigarettes ; notre vie ne tient qu’à ce filet ! Tous les astronautes reviennent des vols spatiaux bien plus sensibles au fait que la Terre est un vaisseau spatial en soi, aux ressources limitées. L’espace enrichit : sur le plan sensoriel, émotionnel, spirituel, existentiel. Quand on voit la beauté de l’univers, on se demande pourquoi c’est aussi beau, pourquoi on est si ému. Lorsqu’on regarde la Terre par le hublot, en apesanteur, on oublie qu’on a un corps, on a l’impression qu’on est simplement une conscience qui flotte, qui a le pouvoir de voir. Je crois que l’univers n’est pas limité à la matière, aux couleurs que je vois, aux émotions que je perçois. Il y a quelque chose de supérieur. »

Un quelque chose qu’il est possible d’explorer en lâchant la raison individuelle – et les postures sociales – pour laisser vibrer cette justesse d’intuition qui sommeille en nous. Jan Kounen, cinéaste : « Créer est un processus très intuitif. Tout à coup, une histoire résonne en moi et ne me quitte plus. Cette intuition compte beaucoup dans mes choix. Avant de prendre une décision, je surveille les signaux qui m’indiquent, physiquement et psychiquement, que je ne suis pas dans la peur, dans la détresse artistique. Sinon, la décision restera liée à l’énergie qui l’a fait naître. La pensée est créatrice, elle est liée à un monde énergétique que l’on nourrit, et qui nous alimente en retour. Je pense qu’il existe à l’intérieur de nous une intelligence plus efficace que notre seule intelligence mentale, laquelle est limitée par notre culture, notre vocabulaire, nos modèles, etc. Dans le monde indigène, l’imaginaire est un outil, qui permet d’accéder à des réalités différentes, qui toutes peuvent donner des informations importantes. »

Y compris en psychothérapie, où de nouvelles méthodes explorent l’invisible, au-delà de l’ego. Olivier Chambon, psychiatre : « Focusing, cohérence cardiaque, hypnose, TIPI… Ces techniques travaillent sur le monde de l’âme, du rêve, de l’imaginal, qui amène des compréhensions dépassant les connaissances habituelles. Lorsque la conscience est attirée vers l’ego, celui-ci la rétrécit, la ratatine et la conditionne. C’est en allant chercher des choses extérieures à lui qu’on permet à l’ego de trouver des voies de transformation qu’il ne trouve pas en lui-même. On apprend à faire attention à des choses inconnues, irrationnelles, éphémères, imprévues, incontrôlées. En voyage chamanique sous hypnose ou en EMDR, on accède à des parties du soi oubliées, des souvenirs qu’on ignorait avoir, des énergies nouvelles, ainsi qu’à un espace de pardon, de compréhension et de confiance, où l’on peut se voir et voir les autres sans juger ni blâmer. On obtient alors un rééquilibrage à tous les niveaux : physique, émotionnel, mental et spirituel. »

Mais la prise de conscience ne suffit pas. Elle doit se cultiver au quotidien. Thich Nhat Hanh, maître zen : « Pour que la paix, la joie de vivre, l’amour et l’espoir puissent émerger, il faut prendre soin de l’instant présent, être conscient d’être vivant, qu’on est en train de marcher sur la planète Terre, d’entrer en contact avec les merveilles de la vie. Cela s’acquiert par une pleine conscience nourrie à chaque instant, de la concentration sur le présent, et une bonne gestion de ce moment. Réorganiser sa vie quotidienne, sa manière de travailler, de manger, de dormir, de respirer… Etre capable de préserver la paix, la compréhension et la compassion dans n’importe quelle situation, est une pratique spirituelle. Une fois qu’on est habité par cette vision juste, on existe en tant qu’être véritable, solide, libre et joyeux, et on peut avoir une influence sur le monde. Il n’y a pas de cloison étanche entre le soi et le non-soi. Chaque énergie que vous émettez en termes de pensée, de parole et d’acte, a un effet sur tout le cosmos. »

Exemple très concret avec la MBSR, une méthode de réduction du stress par la pleine conscience, implantée dans 550 hôpitaux aux Etats-Unis (et 200 ailleurs dans le monde). Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine, concepteur du programme : « Le MBSR met de l’énergie sous forme d’attention dans ce qui va en nous, plutôt que dans ce qui ne va pas. Le patient devient acteur de sa santé, en entrant en contact avec le paysage de son être. En habitant le moment présent, qu’il soit plaisant ou non, sans rien prendre personnellement, sans créer une narration sur sa douleur, on finit par voir les idées et les opinions pour ce qu’elles sont : des habitudes de l’esprit, qui ne sont pas la vérité. Je ne suis pas ma douleur, je ne suis pas mes pensées, je ne suis pas mon cancer. Sans médicament ni chirurgie, juste avec la pleine conscience cultivée comme un muscle, la MBSR permet de réduire durablement les symptômes. Ce type de pratique change non seulement l’activité cérébrale, mais la structure du cerveau. Et il n’est pas le seul à être plastique : vos chromosomes, vos cellules, tout en vous est capable de changer en fonction de la façon dont vous mangez, dont vous aimez, dont vous faites de l’exercice, du temps que vous prenez pour le calme et l’attention méditative. »

Direction le pays des Bisounours et de l’amour rose bonbon ? Non. Le but n’est pas de vivre perché bien au chaud sur un petit nuage, mais au contraire de trouver en soi la lucidité et la force de cerner la réalité sous toutes ces facettes, même les plus sombres, et passer à l’action contre tout ce qui nous désincarne, faute de sens et d’âme. Fabrice Midal, fondateur de l’Ecole occidentale de méditation : « On n’a jamais rendu les hommes heureux en les gavant de sucreries ! Seule la vérité apaise réellement le cœur humain. Si nous ne l’affrontons pas, nous ferons de la spiritualité un rêve de plus. Impossible de s’asseoir et de méditer un moment sans rencontrer la souffrance. Mais à mesure qu’on s’y engage, la conscience s’ouvre et devient assez vaste pour soutenir les défis et les difficultés. L’important n’est pas d’avoir les solutions toutes faites, mais d’ouvrir notre champ de vision et notre capacité à faire face. La spiritualité doit chercher à comprendre le pire, afin de trouver des manières justes d’y répondre. La méditation donne le courage de revenir à l’essentiel. Elle montre un autre rapport à tout, fondé sur l’attention et la bienveillance. Partout où il y a l’être humain, il y a la possibilité d’un acte gratuit qu’on ne peut commander, instrumentaliser ni pronostiquer. C’est cela qu’il nous faut reconnaître, préserver et cultiver. »

 

Source: http://www.inrees.com/articles/Une-nouvelle-conscience/

 

Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:52

 

Pour une dette passant de 48,5 milliards € en 1980 à 362,3 milliards € en 2011, les belges ont payé 470,5 milliards € (Banque nationale de Belgique - mars 2012) d'intérêts aux créanciers ! En moyenne, la Belgique a donc remboursé 15 milliards € par an en intérêts de la dette sur les trente dernières années, soit l’équivalent de deux fois le budget des allocations de chômage. Ce sont autant de richesses créées par les travailleurs qui ont été transférées vers les détenteurs de capitaux.

 

A qui profite la dette ? D’où vient-elle ? De quoi est-elle faite ? Est-elle légitime ? Faut-il payer ? Qui doit payer ? Combien ? Comment ? Pourquoi ? On veut savoir, un nouveau site soutenu par le CADTM, la FGTB et le CEPAG, qui demande un audit citoyen de la dette publique belge. Soutenez la campagne.

 

Voilà, je pense, une approche constructive digne d’un grand intérêt. Une approche qui me semble aller au-delà du simple « ce n’est pas moi, c’est les autres » ou encore « ce n’est pas notre crise ». 

 

Personnellement je ne me reconnais pas entièrement dans les revendications syndicales ou gauchistes qui n’ont de cesse d’incriminer le système sans vouloir réellement le remettre en question. Par exemple les syndicats sont contre le principe de séparation des banques de dépôts et d’investissements parce que ce serait contre-productif et supprimerait des emplois ! Donc, sous prétexte que l’on va supprimer des emplois on ne change rien : on continue à produire des armes, des pesticides, des additifs alimentaires, des antibiotiques, des antidépresseurs, des automobiles, etc. le tout à grand renfort de pétrole et de pollutions. Tout ça parce que c’est bon pour l’emploi et l’économie ? On continue donc à spéculer, mentir et exploiter son prochain mais on essaye de mieux répartir les parts du gâteau, c’est bien ça ? Non, non et non. Nous devons comprendre que notre planète est finie et que notre système économique fondé sur l’avoir et la croissance est mortifère. Pas de manichéisme avec les méchants financiers d’un côté et les gentils consommateurs de l’autre. Ne cherchons-nous pas toujours les plus bas prix et les meilleurs placements ?

 

Nous sommes tous responsable de cette crise, dans nos achats et tous nos actes quotidiens. Certains le seraient plus que d’autres ?

 

Ceux qui savent pertinemment bien ce qu’ils font et qui sont encore aux commandes. Ceux qui manipulent les chiffres et les mots comme on respire et qui finissent même par nous faire porter le chapeau. Je pense à tous les pontes du monde politique, académique et financier cités dans l’excellent film documentaire INSIDE JOB (disponible en image et en texte). A ces ténors du monde anglo-saxon, il faut bien-sûr ajouter tous nos ménestrels Européens, tous ceux qui se jouent du conflit d’intérêt comme on joue du pipeau : Draghi, Papademos, Paulson, Rubin et tous les hypocrites du monde académique : Frederic Mishkin, Richard Portes, John Campbell, Martin Feldstein, Glenn Hubbard, Laura Tyson, Ruth Simmons, Larry Summers, etc. etc.

 

On pourrait aussi citer tous ceux qui ont profité de la crise pour gagner des sommes astronomiques en très peu de temps: Angelo Mozilo, Stan O’Neal, John Thain, Joseph Cassano, Richard Fuld, Harvey Miller, Jeffrey Lane, Willem Buiter, Ralph Ciofi, Matthew Tannin, Pierre Richard et Axel Miller (Dexia), etc. etc.

 

« Tous les animaux sont égaux, mais certains le sont plus que d'autres » (Orwel)

 

Le but n’est pas de pleurer ou d’hurler en criant au scandale parce que c’est injuste et/ou que nous n’avons pas la même chose. Nous savons bien que c’est parfaitement impossible et indigne. Que ces gens gardent bien leurs villas, châteaux, jets et yachts luxueux, nous savons aussi que ça ne les rends pas plus heureux s’ils ne partagent pas. Le but n’est pas de les pendre haut et court mais juste de leur demander d’aller jouer ailleurs.

 

Qu’ils souhaitent spéculer et s’amuser, soit ! Mais pourraient-ils le faire ailleurs que dans notre bac à sable ? Si seulement ils pouvaient arrêter de spéculer avec nos bas de laine. Pire, une fois qu’ils se plantent, ils pleurent pour qu’on rallonge la monnaie. Pile je gagne, face tu perds ! Pire encore, après avoir allongé, nous devons leur emprunter ce même argent sur lequel nous leur devons encore des intérêts. Le citoyen est donc trois fois perdant : une fois parce qu’il doit passer à la caisse sans rien avoir demandé, une autre fois parce qu’il doit payer des intérêts et une troisième parce qu’il finit par être taxé sur tout ce qui bouge.

 

Nous sommes prêts à faire des efforts et des sacrifices, si c'est pour un mieux et pour une refonte complète et douce du système. Or, à l'heure actuelle, tout porte à croire que ce sera pour un remake plus violent. Plus on repousse l'échance, plus la claque sera puissante. Tant que les banques de dépôt et d’investissements feront vase communiquant et tant que les Etats se financeront sur des marchés financiers libéralisés, nous continueront à payer pour d’autres.

 

Les solutions existent, il suffit de parcourir les sites Les 7 péchés capitaux des banques, Réseau pour la Justice Fiscale, Financité ou CADTM pour constater l’extraordinaire foisonnement d’idées et de solutions concrètes pour un meilleur fonctionnement. Tout ce qu’il manque c’est du courage politique et une évolution des consciences.


 

Pourquoi un ingénieur financier doit-il être payé 4 à 100 fois plus qu’un vrai ingénieur ? Un vrai ingénieur construit des ponts. Un ingénieur financier construit des rêves. Et quand ces rêves tournent au cauchemar, ce sont les autres qui payent.

 

Mais les hommes et les institutions responsables sont toujours là et cela doit changer. Ils diront qu’on a besoin d’eux et que ce qu’ils font est incompréhensible pour nous. Ils nous dirons que ça n’arrivera plus. A coup de milliards, ils combattront les réformes. Ce ne sera pas facile. Mais il y a des choses qui valent une bataille. [Source : INSIDE JOB]

Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 11:25

BanquesBelgesIMG.PNG

 

BanquesBelgesChiffres.PNG

 

Votre banque est-elle vertueuse? Un site internet vous dira tout


http://pechesbancaires.eu/


Un site où les banques et ce qu'elles proposent à leurs clients belges sont passés au peigne fin, chiffres à l'appui, avec, à la clé, un classement éthique des banques.


Si vous n'avez pas le temps, toute l'étude peut être téléchargée ici

et en résumé ici.


La première motivation de l'eurodéputé belge Philippe Lamberts, l'éthique des banques. Le site fait le tour de la responsabilité bancaire dans la crise actuelle de manière ludique puisque le décryptage s'articule autour des 7 péchés capitaux des banques, de la mégalomanie à la cupidité. Chaque péché est expliqué, détaillé de manière très pédagogique et assorti d'une solution, celle des Verts évidemment. Onze banques qui ont pignon sur rue en Belgique sont examinées à la loupe et un classement éthique est proposé.

On peut ainsi voir quelle banque finance l'économie réelle, spécule ou ne spécule pas ou aime les paradis fiscaux. Une comparaison intéressante où l'on constate que Triodos et la banque Van Breda tirent leur épingle du jeu. Le site est accessible en français, une version en néerlandais suivra. A terme, l'ambition est de passer à la loupe les banques dans toute l'Union européenne.

Africa Gordillo

 

Source : http://www.rtbf.be/info/medias/detail_votre-banque-est-elle-vertueuse-un-site-internet-vous-dira-tout?id=7861420  

Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:55

 

Comment nourrir les 9 milliards d'habitants annoncés en 2050 ? Une émission de télévision a convaincu Marie-Monique Robin, fille d'agriculteur, de poursuivre ses investigations sur l'urgence de produire autrement. Président de l'Association nationale de l'industrie agro-alimentaire, Jean-René Buisson y affirmait qu'aucune alternative aux pesticides n'était possible et qu'une agriculture bio entraînerait une baisse de la production de 40 % pour une hausse des prix de 50 %. Rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation des Nations unies, Olivier de Schutter, lui, prétend exactement le contraire. Qui croire ? Enquêtant aux quatre coins du globe, la journaliste a rencontré des paysans qui ont renoncé aux pesticides dont les coûts indirects colossaux (pollution, énergie et santé publique) ne sont jamais pris en compte. Du Mexique au Japon, en passant par le Malawi, le Kenya, le Sénégal, les Etats-Unis et plusieurs pays européens, Marie-Monique Robin a filmé des expériences d'agriculture familiale et biologique efficaces d'un point de vue agronomique, économique et écologique. Elle montre que l'on peut faire autrement pour résoudre la question alimentaire en respectant l'environnement et les ressources naturelles, à condition de revoir de fond en comble le système de distribution des aliments et de redonner aux paysans un rôle clé dans cette évolution indispensable à l'avenir de l'humanité.

 

Après “Le monde selon Monsanto" et "Notre poison quotidien”, Marie-Monique Robin présente le dernier opus de sa trilogie. Les "moissons du futur" est une enquête résolument optimiste sur les remèdes possibles à la crise alimentaire qui touche la planète, démontrant que l'agro-écologie peut nourrir le monde. Tout en pointant les raisons qui expliquent qu’aujourd’hui encore un sixième de l’humanité ne mange pas à sa faim, cette investigation démontre surtout que rien n’est inéluctable, à condition de changer de paradigme agricole et de repenser l’organisation et la gestion de la chaîne alimentaire.

 

Réalisateur : Marie-Monique Robin (France, 2012, 96min.)

 

Bande-annonce : http://www.arte.tv/fr/les-moissons-du-futur/6815836.html

Documentaire (complet et accessible pendant 7 jours) : http://videos.arte.tv/fr/videos/les-moissons-du-futur--6985970.html

 

Diffusion sur ARTE France

Première diffusion : Mardi 16 octobre 2012, 20h52
Rediffusions : Samedi 20 octobre 2012, 15h40 - Mardi 30 octobre 2012, 10h35 - Jeudi 8 novembre 2012, 14h10

 

 

Terrible comme certaines idées restent encrées dans nos têtes. C’est valable pour l’agriculture, l’économie, l’énergie et pratiquement toutes les bases de notre société occidentale productiviste-consumériste. Pourquoi si fort? Sommes-nous tous de plus en plus endoctriné et moutonniers? Ne travaillons-nous pas assez notre esprit critique?


- Concernant l’agriculture : Ode à l’agriculture locale, vivrière et biologique & Normalisation d’une nourriture carencée


- Concernant l’économie : MOMO, Le Monétatif et le Vollgeld & Démocratiser la monnaie & les différents DOGMES cités sur ce blog.


- Concernant l’énergie : La Belgique peut-elle se passer du Nucléaire ? & Sus au NUCLEAIRE, place au SOLAIRE, EOLIEN, GEOTHERMIQUE & BIOGAZ

 

 

- Non nous n’avons pas besoin de pesticides pour nourrir le monde.


- Non nous n’avons pas besoin de monnaie centrale ou de croissance telle que définie actuellement pour faire tourner l’économie.


- Non nous n’avons pas besoin de Nucléaire pour alimenter notre appétit insatiable en énergie.

 

Bien-sûr tout cela suppose une sérieuse remise en question personnelle et collective. De quoi ai-je réellement besoin ? Qu’est-ce qui rend heureux ? Faut-il avoir toujours plus de gadgets et instruments qui nous permettent d’aller plus vite et de gagner du temps pour d’autres gadgets? Relocalisons, resocialisons, recentrons-nous sur l’essentiel en commençant par nos luttes intérieures et la lumière pourra enfin se faire…

 

A propos de lumière :

Il fait nuit noire et depuis une heure, un ivrogne cherche quelque chose sous un lampadaire.

- Mais qu'est-ce que vous faites là depuis une heure, sous le lampadaire ?
- Ben je cherche mes clés !
- Mais vous êtes sûr que c'est là que vous les avez perdues ?
- Ben non ! Je cherche là où y'a de la lumière !

Nous sommes tous un peu comme ça : « des ivrognes à la recherche d’une clé sous un lampadaire en pleine nuit. »


Extrait d’un commentaire du très bel article In Extenso de Monolecte.

 

Repost0

Liens

A lire

1) Manuel d’anti-économie

2) Transition écologique & économique

3) Le retour du puritanisme au travail

4) Le désir comme désir de l’Autre

5) La Décroissance, l’Argent et Moi

6) Argent, Richesse, Valeur

 

Vie Pratique, Autonomie

AUTARCIES

ECOCLASH (voir Liens)

TERRA MATER

HABITER-AUTREMENT

ECO-BIO.INFO

EAU-tarcie (H20)

RAFFA : le grand ménage

 

Transition > POST-CAPITALISME

Villes en transition

Transition Monétaire

Transition Politique (Politique Simultanée)

Transition Culture

Eco-villages

Créatifs Culturels

Simplicité Volontaire

Demarche.org

Decroissance.org

REVOLUTION LENTE

 

Belgique

RESPIRE asbl

GRAPPE asbl

TETRA asbl

FINANCITE

Se changer soi

Amis de la Terre

Objecteurs de croissance

Nature et Progrès

Nature & Progrès Bruxelles

Ligue des optimistes

CETRI

CADTM

Confluence

Habitat Groupé

Classes de Terre

Ca passe par ma Commune

Groupe de Travail sur la Monnaie

Frère Albert

Maisondd.be (dd humain)

 

France

Plus Conscient 

Pièces et Main d’Œuvre

Dialogue en Humanité

Blog monde diplomatique

On peut le faire

Réseau éco-villages

Sentinelles de la république

 

Blog France

Jean ZIN

Pierre RABHI

Frédéric LORDON

Emceebeulogue

Fortune

 

Favoris

THEOGNOSIS (n'existe plus)

Sortir de l'Economie

INVENTIN

DONDE VAMOS

ECOPHILOPAT

NOS LIBERTES

INVENTERRE

MIIRASLIMAKE

MONOLECTE


Economie

Economistes Atterrés

ECONOSPHERES

Bioéconomie.net

SOCIETAL.org

the New Economic Foundation

 

Management

Mortel Management

 

Politique - Société

Politique Simultanée

Mouvement CiTerrien (MCT)

Alliance21 (monde responsable, pluriel et solidaire)

 

Alliance for a New Humanity


Monnaie (concept)

monnaie.wikispaces.com

www.bioeconomie.net

SystemeMonetaire.be

CreationMonetaire.info

MonnaieFondante.canalblog.com

GTMonnaie.be

Alter-Europa.com

Club-Robin.org

Sel-Terre.info

 

Monnaie (alternative)

Monnaies Locales Complémentaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

 

Climat

Manicore (Jancovici)

 

Pic Pétrole

Oleocene

 

Santé

Pharmacritique

Info Michel Dogna

Votre Sante

 

Planète

Terre Sacrée

LiberTerre.fr

Terre & Humanisme

 

Agriculture – Nature

Semences Paysannes

Kokopelli

Cheminfaisant2005.net

BRF - Bois Raméal Fragmenté

Permaculture

Masanobu Fukuoka

Plantes sauvages

 

Conscience

Alliance21

Fondation Diagonale

Trilogies

LeTransmuteur.net

Nous-les-dieux

Sens de la Vie

Zone7.net

Pas ça !

 

Manipulations

Le pouvoir mondial

SYTI.net

Prise de conscience.org

Les mots ont un sens

 

Info

MichelCollon.info

Mondialisation.ca

Grain (Agriculture)

ContreInfo

News Of Tomorrow

Monde Diplomatique

Decroissance.info

Futur Quantique

Le Grand Soir

 

TLAXCALA

Global Research

AlterInfo

RISAL (Am. Latine)

Congo Forum (Afrique)

Medium4You (Belgique)

Agoravox (France)

Marianne2.fr (France)

Rue89 (France)

 

Livres

Ecophilopat

Syti

Inventin (pdf)

Nous-les-Dieux (pdf)

Ecosociété

 

Editions

La plume de feu (Aude)

Yves MICHEL

Souffle d’Or

Charles Léopold Mayer

Aden

Syllepse

du Cerf

Ecosociété

La découverte

Le Relié

Sang de la Terre

Alter-Europa.com

Penser Librement.com

 

Autres liens

Contre la pensée unique

Freemen

Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :
• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique
• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance».



Au delà, comme le nom “Freemen” l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle “chaîne”, un nouveau “journal”, chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

153 blogs freemen