Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • Démocratie? Ou Ploutocratie?
  • : Pas d'issue aux grands défis de l'humanité (pétrole, eau, famines, biodiversité, érosion, climat...) sans changement de paradigme et TOTALE remise en question tant au niveau individuel que pluriel (mode de vie, économie, progrès…)
  • Contact

Tonnes CO2/personnes/an

2 = capacité d'absorption de la terre
4 = moyenne mondiale (2 fois trop)
8 = émission moyenne d'un Européen (4 fois trop)
20 = émission moyenne d'un Américain (10 fois trop)
0,09 = émission moyenne d'un Burkinabé
0,06 = émission moyenne d'un Ethiopien

Rechercher

Bon à savoir

- La production d'un kilo de bœuf nécessite autant d'eau qu'une douche (débit de 18 litres par minute) quotidienne de 5 minutes pendant 2 ans.


- En Europe, chaque tête de bétail est subsidiée à plus de 2 euros par jour, soit un peu plus que le revenu journalier des 2/3 de la population mondiale.

 

- Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial!

 

- Dans le Pacifique Nord, les courants océaniques charrient des millions de tonnes de plastique. Leur accumulation couvre désormais une zone grande comme 6 fois la France.


- Seuls 1,6% des dépenses militaires ou 4,3% des subventions agricoles sont nécessaires pour assainir les besoins en eau de 80% des Africains.


- La fortune des 3 individus les plus riches de la planète est supérieure au PIB des 48 pays les plus pauvres (600 millions de personnes).


- Les pays en développement, qui subissent durement les dérèglements climatiques, ont produit moins de 20% des 350Gt (giga tonne) de CO2 accumulé dans l’atmosphère depuis 1850, alors qu’ils représentent 80% des terriens.


- Pour la banque mondiale, de 2006 à 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 85%. Dans les pays pauvres, les dépenses alimentaires représentent 60 à 90% des budgets des ménages…


- Un plein de 50 litres de bioéthanol correspond à  250 kg de maïs, de quoi nourrir une personne pendant une année.


- Par an, les avions commerciaux émettent autant de CO2 que toute l'Afrique.


- L'élevage industriel consomme autant de céréales qu'Indiens et Chinois réunis (moitié de la population mondiale).

- La production, le stockage, le transport et le conditionnement d'une calorie alimentaire issue de l'agriculture conventionnelle nécessite 40 calories fossiles!


- D'autres chiffres ici

 

Citations & Livres

Aucun être humain ne vient au monde pour éviter à ses frères la peur de mourir en niant le corps par le travail et l'intellectualisation du monde. [Raoul VANHEIGEM] Adresse aux vivants sur la mort qui les gouverne et l'opportunité de s'en défaire

 

Ce que fait actuellement la logique de marché, c'est jouer sur la méfiance radicale de l'être humain à l'égard du détachement, ancrée dans l'énergie angoissée du besoin, pour pouvoir inverser l'énergie renonçante du Désir en énergie compulsive de l'envie. [Christian ARNSPERGER] Ethique de l'existence post-capitaliste

 

Le discours économique a une fonction terroriste, celui d'évincer le citoyen du débat [cité par Marie Martin-Pêcheu] Bio-économie

 

La monnaie et l’économie existent parce que l’homme n’a pas confiance en son prochain, qu'il suppose – souvent à raison - vouloir obtenir un échange gagnant. Il veut des garanties. Mais les garanties ne tiennent pas leurs promesses et se révèlent incapables d’empêcher l’injustice. [Didier LACAPELLE] Manuel d'anti-économie

 

Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin

 

Notre époque a besoin d’une grande bouffée d’air frais, qui la revivifie. Vienne le temps où chaque individu, rejetant l’apathie dont tire sa force le pouvoir léthargique qui l’opprime, se change en guerrier sans armure et sans autre arme qu’une invisible force de vie. Qu’il combatte sans relâche pour ce qu’il a d’unique et de plus cher au monde, sa propre existence, vrai champ de bataille où nerfs, muscles, sensations, pensées répondent à la sollicitation de désirs obnubilés par la passion de jouir et que contrarient, refoulent, mutilent et nient les mécanismes d’une économie qui exploite le corps à l’égal de la terre. [Raoul VANEIGEM] Nous qui désirons sans fin


A travers le voile de notre vision rationnelle, la lumière du Réel se brise, et la transforme en une autre vision, comme la lumière du soleil dans la pluie donne l'arc-en-ciel. L'homme, devenu conscient du soleil, comprendra l'arc-en-ciel d'une facon différente. Mais celui qui aura le courrage de tourner le dos à ce qui n'est que l'arc-en-ciel, verra le soleil lui-même. L'homme ressent en lui-même et en son monde, la promesse d'une Réalité qui, à l'origine de son développement rationnel, se cache. [Karlfried GRAF DÜRCKHEIM] 
La percée de l'être ou les étapes de la maturité


L'écologie extérieure sans écologie intérieure n'est qu'illusion. Si intérieurement, l'esprit est mu par des violences passionnelles, cela se traduira inévitablement en comportements extérieurs. Intérieur et extérieur sont interdépendants. Sans un changement intérieur de mentalité et de relation, vouloir un changement à l'extérieur est illusoire. [Denys RINPOCHE]


L'économie politique a placé sur un podium quelques-unes de nos dispositions naturelles les plus vilaines : le matérialisme, l'esprit de compétition, la gloutonnerie, la vanité, l'égoïsme, la myopie intellectuelle et la toute bête cupidité. [Hazel HENDERSON] cité par Fritjof Capra dans Sagesse des sages

Si la logique en place est si tenace, c'est peut-être que quelque chose au fond de nous même y collabore - quelque chose qui participe de l'angoisse et du déni de notre condition d'humains. Les voies de sorties, les plus pertinentes de l'économie capitaliste ne sont donc pas économiques. Elles sont existentielles. [Christian ARNSPERGER] Critique de l'existence capitaliste, Pour une étique existentielle de l'économie

Notre siècle de rationalité matérialiste, de pesanteur minérale, de substances toxiques largement répandues, d'une science presque totalement asservie au profit, a porté atteinte au monde sensible qui constitue l'enveloppe vivante et vitale de notre planète. Il semble que ce ne soit qu'à l'aune du sacré que nous pourrions mesurer l'ampleur de notre responsabilité. "J'entends par sacré ce sentiment humble où la gratitude, la connaissance, l'émerveillement, le respect et le mystère s'allient pour inspirer nos actes, les éclairer et faire de nous des être très présents au monde, mais affranchis des vanités et des arrogances qui révèlent bien davantage nos angoisses et nos faiblesses que notre force." [Pierre RABHI] Conscience et environnement

Comme une rivière crée les berges qui la contiennent, l'énergie en quête de vérité crée sa propre discipline sans aucune forme de contrainte; et comme la rivière trouve la mer, l'énergie trouve sa propre liberté.
[Jiddu KRISHNAMURTI]
Le sens du bonheur

Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde.

[GHANDI]

Richesse c'est pouvoir. C'est le pouvoir d'acheter; c'est un droit de commandement sur tout le travail d'autrui.
[HOBBES]


Science sans conscience, n'est que ruine de l'âme
[RABELAIS]


Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami; Mieux vaudrait un sage ennemi
[Jean de la FONTAINE]

Chaque fois que l'humanité est amputée d'une de ses langues, une de ses cultures, un de ses peuples, ce sont ses propres enfants qui deviennent orphelins d'une partie d'elle même.
[Patrick BERNARD] www.icrainternational.org

Les paradis fiscaux ne sont pas qu'un phénomène marginal réservé à quelques milliardaires, quelques affairistes et beaucoup de mafieux. C'est, au contraire, « une infrastructure essentielle de la finance internationale ». Christian Chavagneux & Ronen Palan


La richesse se mesure au nombre de choses que nous pouvons laisser intactes
[THOREAU]

 

12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 14:28

OTAN-CNT-en-Libye.jpgOn est bien loin, en Libye, sur le terrain, de l’image virtuelle et simplifiée, véhiculée par la plupart des médias européens, d’une rébellion populaire renversant la dictature féroce du gouvernement de Mouammar Kadhafi.

 

Pierre PICCININ, Professeur d’histoire et de sciences politiques

 

La société libyenne, en effet, se structure en un ensemble de tribus, dont les intérêts divergent; organisées en fonction de liens de parenté solides, elles sont elles-mêmes segmentées en plusieurs clans, plus ou moins rivaux, dont les alliances se recomposent en permanence, en fonction des circonstances et d’intérêts sur le très court terme.

 

Ainsi, s’il est vrai que, au début des événements, le 17 février 2011 et durant les jours qui ont suivi, on a pu voir l’émergence d’une société civile s’exprimant lors de manifestations hostiles au colonel Kadhafi, ces mouvements sont néanmoins restés très limités et ont rapidement servi de prétexte aux soulèvements de chefs de clans, auxquels ils ont cédé la place, et lesquels ont plongé la Libye dans le chaos. De même, croyant leur heure arrivée, plusieurs mastodontes du régime se sont dressés contre leur ancien maître et ont pris le contrôle d’une partie de la rébellion.

 

rebelles_libye-7771c.jpgQui sont ces rebelles que l’Occident, la France en tête, a pris le parti de financer, d’armer, d’appuyer par un soutien logistique et militaire inconditionnel, bien au-delà du mandat onusien qui appelait à la protection des populations civiles, mais en aucun cas au renversement du chef de cet État pétrolier ?

 

Qui sont les leaders de cette insurrection qui s’est opposée au gouvernement de Mouammar Kadhafi et l’accuse d’avoir massacré sa propre population ? Quels sont leurs objectifs et quelle en est la légitimité ?

 

Comment faut-il qualifier ce conflit qui, prétendu soulèvement de « civils désarmés » à l’origine, s’est rapidement révélé sous les traits d’une guerre civile ?

 

Guerre tribale ? Guerre des clans ? Guerre des chefs ? Guerre de succession au trône ? Ou bien guerre du gaz et du pétrole ?

 

Éléments de réponse…

 

Loin de constituer une force politiquement organisée avec l’objectif d’instaurer une démocratie laïque en Libye et plus loin encore de former un ensemble uni sous la conduite du Conseil national de Transition (CNT), qui se présente comme le nouveau gouvernement légitime, la rébellion a été menée par une tripotée de chefs de guerre, qui se disputent régulièrement le contrôle de telle ou telle parcelle de territoire, avec en toile de fond la répartition des champs pétrolifères, mais aussi de l’eau, et n’obéissent que ponctuellement aux injonctions du CNT, qui, en définitive, autoproclamé, ne représente que lui-même.

 

Plus justement, il ne faudrait donc pas parler de « la » rébellion, mais « des » rébellions. Et cette configuration de la scène libyenne, à laquelle Européens et États-uniens ne s’attendaient pas, a provoqué l’embarras de l’OTAN : si, par le déploiement de moyens considérables, l’alliance atlantique a réussi, péniblement, à faire progresser les rebelles dans la capitale, dans l’objectif avoué de destituer Mouammar Kadhafi, c’est le contrôle du pays qui pose désormais problème…

 

Ces chefs de guerre, désorganisés, indisciplinés, ont ainsi profité du désordre ambiant pour accroître leur influence, sans toujours beaucoup se soucier du front que le CNT a tenté de maintenir face à l’armée fidèle à Tripoli, la capitale, siège du gouvernement du colonel Kadhafi : sans aucune vision nationale, leur but n’est pas de conquérir des régions traditionnellement sous le contrôle d’autres tribus et, dès lors, ils se sont montrés peu enclins à aller se battre contre les troupes gouvernementales. Ces bandes armées opèrent donc quelques sorties, qui se négocient entre eux et le CNT au coup par coup, au gré de l’humeur de leurs chefs. Les gars, souvent ivres, d’alcool ou de hachich, vident quelques caisses de cartouches et rentrent ensuite à leur bivouac pour y faire la fête. Tout le monde danse, tire en l’air des rafales entières ; la moitié des munitions se perd ainsi… Les projectiles retombent… et font des victimes.

 

Parfois, certains clans ont changé de camp, généralement au détriment de Tripoli : imitant leurs voisins, s’ils y trouvaient intérêt, ils se sont libérés de la tutelle du gouvernement pour « rejoindre l’opposition », à la surprise générale. Et c’est en grande partie de cette manière que « la rébellion a progressé ».

 

Autrement dit, sans l’interventionnisme armé de l’OTAN, l’armée régulière, en grande partie loyale au gouvernement libyen, aurait remis de l’ordre dans le pays, rétablissant l’autorité de Mouammar Kadhafi qui avait réussi, durant plus de quarante ans, à gérer les rivalités tribales et à forger un semblant de cohésion dans cette région instable, mais riche en pétrole et en gaz.

 

Mais qui, à présent, parviendra à remettre au pas tous ces chefs de guerre, qui s’organisent déjà pour garder le contrôle de leur territoire et renforcent leurs milices ? Qui saura restaurer l’unité de l’État libyen ? Qui pourra représenter la Libye et en maîtriser les ressources ?

 

Il faut bien comprendre aussi et insister sur le fait que la partie n’est pas finie : seuls les clans du nord-est se sont soulevés contre Mouammar Kadhafi, c’est-à-dire dans la région de Cyrénaïque, dont les principaux fiefs sont Benghazi et Tobrouk. Les tribus du Fezzan (tout le grand sud), de Tripolitaine (région de la capitale, au nord-ouest) et de Syrte (au centre de la façade maritime libyenne) ont en revanche soutenu le chef de l’État libyen et combattu pour lui, mobilisant à cet effet leurs réseaux tribaux extrêmement ramifiés, et qui couvrent la plus grande partie du pays. Ce sont aujourd’hui les grandes perdantes de la « révolution ». À l’ouest, uniquement les clans de Misrata et Zlitan et, juste au sud de la capitale, les Berbères du Djebel Nefoussa ont rejoint la rébellion.

 

Le soulèvement des Berbères et les rébellions de Misrata et Zlitan ont permis l’encerclement de la capitale. Mais la prise de Tripoli ne signifie pas nécessairement la fin de la guerre civile: la capitale, dans cette antithèse de l’État-nation qu’est la Libye, ne constitue pas un enjeu déterminant. Et la guerre, la guérilla, pourrait perdurer des années durant et ruiner le pays : l’armée se confond avec la population ; les civils s’arment ; chaque homme, chaque adolescent membre du clan, de la tribu, est un guerrier potentiel ; une fois encore, la structure de la société libyenne invalide les prévisions atlantistes.

 

Concernant le CNT, ensuite, autre acteur de la pièce, on ne peut que souligner sa faiblesse et ses divisions. En outre, il serait difficile de qualifier ses leaders autoproclamés de démocrates représentatifs des aspirations du «peuple libyen» : composé d’une poignée d’anciens ministres du régime qui sont à peu près parvenus à s’entendre sur ce que pourrait être le partage du pouvoir dans un hypothétique après-Kadhafi, le CNT ressemble davantage à un repère de brigands, le couteau entre les dents, et de mafieux, s’adonnant à tous les trafics, qu’au rassemblement d’une opposition démocratique comme on a pu en rencontrer, par exemple, en Égypte ou en Tunisie. Et les quelques militants des droits de l’homme qui y siègent, mis en minorité, lui servent difficilement de caution…

 

Le président du CNT, ainsi, Mustapha Mohammed Abud al-Jalil, était jusqu’il y a peu ministre de la justice de Kadhafi, dénoncé en décembre 2010 par Amnesty International comme l’un « des plus effroyables responsables de violations des droits humains en Afrique du nord » ; c’est lui qui avait condamné à mort les cinq infirmières bulgares, dans l’affaire que l’on sait. Aux affaires étrangères, on trouve l’ancien ministre de l’économie, Ali Abdel-Aziz al-Essaoui. Quant au commandant des opérations militaires, également ministre de l’intérieur, il s’agit d’Omar al-Hariri, de retour d’exil, que lui avait valu sa tentative de coup d’État en 1975. Il partageait le commandement avec le général Abdul Fatah Younis, ancien chef de la police politique de Kadhafi, chargé de la répression de l’opposition au régime.

 

Ce dernier a cependant été assassiné en juillet pour des raisons encore inconnues, mais qui semblent tenir, notamment, aux rivalités internes au CNT : trop influent sur les quelques troupes régulières qui ont fait défection à Tripoli et constituent la seule force disciplinée à disposition du CNT, il menaçait le pouvoir de ses partenaires.

 

Bref, ce sera à qui mangera l’autre, s’ils parviennent à s’imposer par-delà les rivalités tribales et claniques.

 

Troisième composante qui apparaît de plus en plus au grand jour, le mouvement islamiste : on connaissait quelques chefs de bande salafistes et islamistes de la tendance dure (Groupe islamique de combat libyen et filières d’al-Qaïda), qui s’étaient mêlés aux rebelles. Par contre, aucun observateur n’avait vu venir les mercenaires qui se réveillent à présent, apparemment financés par le Qatar (très impliqué en Libye) et dont le nombre impressionne, au point d’inquiéter le CNT qui n’a aucun contrôle sur ces groupes armés, lesquels poursuivent leurs propres objectifs ; c’est toute une structure parallèle et autonome inconnue qui se révèle.

 

Au sein du CNT, certains, même, montrent du doigt le président al-Jalil, l’accusant d’avoir partie liée avec le Qatar et les islamistes et d’avoir donné son accord à l’assassinat du général Younis, qui s’était déclaré catégoriquement opposé à l’idée d’un État islamique en Libye (c’est lui qui, en 1996, aurait supervisé l’exécution de plus de mille deux-cents prisonniers, parmi lesquels de nombreux islamistes, enfermés dans la prison d’Abou Salim à Tripoli). Un «véritable coup d’État»…

 

De plus, depuis l’annonce de l’assaut sur Tripoli, l’imam Ali Sallabi, leader islamiste libyen en exil à Doha, propulsé sur le devant de la scène par la chaîne de télévision satellitaire qatari al-Jazeera, exhorte les Libyens à renvoyer chez eux les Occidentaux et les forces de l’OTAN et à se lever tous au nom d’Allah.

 

Enfin, comment réagiront les dix à vingt mille mercenaires de Kadhafi, qui n’ont plus d’autre choix que de se battre jusqu’à la mort, dont beaucoup ont déjà rejoint la région du Fezzan ?

 

La question n’est donc plus de savoir ce qu’il adviendra du régime de Mouammar Kadhafi, mais de savoir quel sera l’avenir d’un pays tiraillé de toutes parts : c’est maintenant que la guerre civile pourrait vraiment commencer.

 

Soutenu par les amis britanniques et états-uniens, le coup de poker mal inspiré (par le philosophe Bernard-Henri Lévy, s’il faut en croire certaines sources…) et joué trop rapidement par Nicolas Sarkozy se solde par un fiasco. L’actuelle équipe gouvernementale française avait reconnu sans attendre le CNT comme nouveau partenaire, espérant ainsi retirer de succulents profits de cette alliance. Sa politique a plongé la Libye dans la guerre civile, sur la voie de l’État failli, de la «somalisation»…

 

D’autres États sont aussi intervenus, en fonction d’intérêts divers, et ont rendu la situation plus complexe encore : tandis que le Tchad et le Nigéria ont soutenu Tripoli en lui envoyant mercenaires et armement, de même que l’Algérie, qui a ravitaillé le Fezzan voisin en carburant et en eau, le Qatar expédiait des chars d’assaut aux rebelles...

 

Certains gouvernements, qui s’étaient gaillardement engagés aux côtés des franco-britannico-états-uniens dans cette opération, baptisée « Unified Protector » par les propagandistes atlantistes, sans trop savoir dans quoi ils mettaient les pieds (en réalité, seulement six des vingt-huit États membres de l’OTAN participent effectivement aux opérations), pourraient bien commencer à regretter la main de fer de Kadhafi, qui assurait l’ordre en Libye et l’approvisionnement régulier des centres pétroliers et gaziers.

 

Les compagnies pétrolières elles-mêmes, qui avaient espéré augmenter leurs parts de bénéfice, en diminuant celle de l’État libyen -que Kadhafi avait accrue pour financer le développement du pays (on oublie trop vite que l’analphabétisme, à titre d’exemple, est passé, sous son gouvernement, de 72% de la population en 1969 à moins de 5% aujourd’hui)-, semblent désormais s’alarmer également.

 

Une solution acceptable serait une « période de transition » vers un État fédéral où toutes les régions prendraient plus ou moins leur sort en main. Une autre option serait d’admettre la partition du pays en deux États. Mais cette hypothèse ne plaît ni à l’OTAN, ni aux pétroliers, ni non plus à ceux des Libyens qui, situés dans la « mauvaise partie », se verraient priver de la manne pétrolière…

 

Quoi qu’il en soit, l’intervention, empêtrée dans ce chaos imprévu, risque de tourner au conflit de guérilla sur le très long terme. À moins que l’OTAN, comme en ex-Yougoslavie ou en Afghanistan, ne s’érige en gendarme de la région.

 

Mais quelles seraient alors les réactions du reste du monde ? Rappelons en effet que les États engagés en Libye sont tous occidentaux : ni la Chine, ni la Russie, ni le Brésil, ni l’Inde, autant de géants qui siégeaient au Conseil de sécurité lors du vote de la résolution 1973, n’a donné son aval en faveur de l’ingérence.

 

Car c’est peut-être là le plus important : le conflit Libyen, la reconnaissance du CNT par certains États et l’implication militaire de l’OTAN constituent un pas supplémentaire, après la guerre d’Irak de 2003 ou l’affaire du Kosovo, vers l’abandon des principes westphaliens du droit international, vers l’imposition par l’Occident au reste du monde des nouveaux concepts « d’ingérence humanitaire » et de « gouvernance ». Un nouveau coup de boutoir, significatif, à l’encontre du droit international tel qu’il s’était progressivement construit depuis le XVIIème siècle.

 

L’Union africaine avait déjà sévèrement dénoncé la tournure prise par les événements, condamnant le glissement des objectifs : au départ, il s’agissait d’empêcher l’utilisation de l’aviation et de protéger les civils en bombardant les troupes en mouvement vers les zones menacées ; ensuite, il s’est agi du renversement du chef de l’État, en ciblant ses résidences et celles de sa famille.

 

Début juillet, L’Union africaine avait en outre appelé ses États membres à refuser de collaborer avec la Cours pénale internationale, qui avait lancé un mandat d’arrêt contre Mouammar Kadhafi pour crime de guerre. L’Union africaine s’est expliquée en accusant la CPI de discrimination, lorsqu’elle entend poursuivre les responsables de crimes commis en Afrique, mais se tait en ce qui concerne les criminels occidentaux qui massacrent des civils en Irak et en Afghanistan, notamment.

 

De même, la Ligue arabe a renoncé à cautionner les bombardements, par l’intermédiaire de son président, l’Égyptien Amr Moussa, qui a publiquement regretté d’avoir, à l’origine, soutenu le projet d’une intervention occidentale.

 

Reste aussi l’épineuse question du rôle singulier joué par la France dans cette affaire. Mais peut-être en apprendra-t-on d’avantage à ce sujet, si Mouammar Kadhafi est pris vivant et bénéficie d’un vrai procès public, devant la Cours pénale internationale, au lieu de finir pendu après un jugement expéditif comme Saddam Hussein ou de trépasser dans sa cellule, comme Slobodan Milosevic…

 

Pierre PICCININ (en Libye, août 2011)

Professeur d’histoire et de sciences politiques

Source : LeSoir.be

Repost 0
Published by Ploutopia - dans Pays Politique
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 11:01

http://www.yvesmichel.org/editions/wp-content/uploads/2011/05/AU-COEUR-DE-LA-MONNAIE-cOUV-DEFw.jpg

 

« Le changement climatique, le chômage et le vieillissement de la population ne peuvent être résolus avec le système monétaire en place. C'est au centre de notre tabou monétaire que nous trouverons, ou non, les forces indispensables au changement de paradigme. » Bernard Lietaer

 

Déjà abordé dans l’article démocratiser la monnaie, comme pour la fée électricité et pour tous les domaines, trop de concentration est mortifère pour la société. Société entendu étymologiquement comme compagnon ou associé, ce qui ne s’applique pas à la poignée de ceux qui sont à la tête de cette concentration : « Tout pour nous-même, rien pour les autres » comme disait si bien Adam Smith père fondateur du système néolibéral. Philosophe avant tout, Smith avait parfaitement explicité la logique primaire du néolibéralisme.

 

Sortir de la boîte (Thinking out of the box), nous dit Bernard. C’est aussi ce que nous dit Susan Georges dans son ouvrage «La pensée enchaînée» (Hijacking America). C’est la clé de la philosophie. Pour ne pas finir dans un bain de sang, nous devons sortir de nos paradigmes et archétypes ou plus précisément ici, du paradigme mondial de la pensée néolibérale, insufflé par Hayek mais déjà clairement théorisé par Smith en 1776 et largement pressenti par Aristophane et Platon, 400 ans avant JC.

 

Plus de 200 crises économiques depuis l’instauration des systèmes monétaires centraux ! Ne serait-il pas temps de penser autrement ? C’est ce que Bernard Lietard nous propose dans ce dernier ouvrage «Au cœur de la monnaie» paru chez Yves Michel fin août 2011.

 

Comme je ne l’ai pas encore lu, je reprends ici la description qu’en a faite Christian Arnsperger dans son dernier article paru sur son blog.

 

Expert de la chose financière, Bernard Lietaer nous convie à un passionnant voyage de vingt-huit mille ans jalonné par des archétypes, de la préhistoire à Wall Street. Il aborde notamment ceux de la Grande Déesse, de la féminité, de l’argent Yin. La mise en lumière de la dimension émotionnelle de la monnaie nous renvoie aux tréfonds de notre psyché. Il s’agit de guérir nos blessures face à l’argent pour le remettre à sa place de serviteur, au lieu de maître. Pouvons-nous encore éviter les immenses dégâts et le chaos dans lequel nous plongera un effondrement de l’ordre établi il y a six ou sept cents ans? C’est ce que pense cet expert de niveau mondial sur les questions monétaires, et grand humaniste, dans cet ouvrage surprenant.

 

Alors que la situation du système monétaire global de la planète semble devenir ingérable, ce travail de recherche, très bien documenté, ouvre des opportunités exceptionnelles pour trouver des réponses innovantes hors du cadre de la pensée unique. L’auteur tire de ce voyage des enseignements très actuels pour éclairer les choix monétaires du XXIe siècle.

 

La crise systémique, économique, géopolitique, énergétique et alimentaire qui a pris une nouvelle tournure avec les émeutes au proche et moyen Orient, ainsi qu’avec l’accident de Fukushima, demande d’urgence bien plus que des mesures correctives. Or, selon l’auteur, c’est au centre de notre tabou monétaire que nous trouverons, ou non, les forces indispensables au changement de paradigme. C’est bien le monopole de cette monnaie « yang », et non pas une perversité humaine, qui nous pousse irrémédiablement au court-terme et à l’épuisement des ressources. Et ce sont bien les ombres de nos archétypes qui nous aveuglent et nous empêchent de remettre en question ce tabou moderne.

 

Bernard Lietaer a derrière lui trente ans d’expériences professionnelles: haut fonctionnaire de banque centrale et directeur général de fonds monétaires ; consultant auprès de firmes multinationales, mais aussi de pays en développement ; professeur de finance internationale à l’Université de Louvain, avant de devenir le plus haut dirigeant en charge des services d’organisation et d’informatique de la Banque Centrale de Belgique. Son premier projet, en cette fonction, a été de dessiner et d’implanter le système de la monnaie unique européenne. Pour l’autre côté du miroir, il a aidé des pays en développement d’Amérique latine à améliorer la solidité et l’attractivité de leurs monnaies.

 

Repost 0
Published by Ploutopia - dans MONNAIE
commenter cet article
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 23:44

http://www.france-amerique.com/articles/images/2009/04/1990-2783.main.jpgLettre ouverte aux dirigeants du G20, publiée en anglais dans l'édition mondiale du Financial Times le 24/03/09 et reprise sur le site du GEAB

 

Mesdames, Messieurs,

Il vous reste moins d’un semestre pour éviter que la planète s’enfonce dans une crise dont elle mettra plus d’une décennie à sortir, avec un terrible cortège de malheurs et de souffrance. Cette lettre ouverte de LEAP/E2020, qui dès Février 2006 avait annoncé l’imminence d’une « crise systémique globale », veut tenter de vous indiquer brièvement pourquoi il en est ainsi, et comment éviter cela.

En effet, si vous avez commencé à soupçonner l’ampleur de la crise il y a moins d’un an, c’est dès Février 2006, dans la 2° édition de son « Global Europe Anticipation Bulletin » (GEAB), que LEAP/E2020 avait annoncé que le monde entrait dans la « phase de déclenchement » d’une crise d’ampleur historique. Et depuis cette date, LEAP/E2020 a continué, chaque mois, à anticiper d’une manière très fiable les évolutions de la crise dans laquelle le monde entier se débat désormais. Ce qui nous conduit à vous écrire cette lettre ouverte dont nous espérons qu’elle éclairera vos choix dans quelques jours.

Et cette crise s’aggrave dangereusement. Récemment, à l’occasion de la 32° édition de son bulletin, LEAP/E2020 a ainsi lancé une alerte très importante qui vous concerne directement, vous les dirigeants du G20 : si, réunis à Londres le 2 Avril prochain, vous n’êtes pas capables d’adopter des décisions audacieuses et innovantes en vous concentrant sur l’essentiel, et d’entamer leur mise en oeuvre d’ici l’été 2009, alors la crise entrera à la fin de cette année dans la phase de « dislocation géopolitique généralisée » qui affectera tout autant le système international que la structure même des grandes entités politiques comme les Etats-Unis, la Russie, la Chine ou l’UE. Et vous ne contrôlerez alors plus rien pour le malheur des six milliards d’habitants de notre planète.

Votre choix : une crise de 3 à 5 ans ou un crise de plus d’une décennie?

Hélas, comme rien ne vous a préparé à affronter une crise d’une telle ampleur historique, jusqu’à présent, vous ne vous êtes occupés que des symptômes ou des causes secondaires. Vous avez pensé qu’il suffisait d’ajouter de l’essence ou de l’huile au moteur mondial, sans vous rendre compte qu’il était tout simplement cassé, sans espoir de réparation. C’est un nouveau moteur qu’il faut construire. Et le temps presse car chaque mois qui passe détériore un peu plus l’ensemble du système international.

Comme dans toute crise majeure, il faut aller à l’essentiel. Comme dans toute crise de dimension historique, le seul choix est entre entreprendre au plus vite des changements radicaux et raccourcir considérablement la durée de la crise et ses conséquences tragiques; ou au contraire refuser les changements radicaux en tentant de sauvegarder l’existant, pour ne réussir qu’à prolonger durablement la crise et accroître toutes ses conséquences négatives. A Londres, le 2 Avril prochain, vous aurez ainsi le choix entre résoudre la crise en 3 à 5 ans d’une manière organisée; ou bien au contraire, entraîner la planète dans une décennie terrible.

Nous nous bornerons donc ici à mettre en avant trois conseils que nous considérons comme stratégiques, c’est-à-dire, que pour LEAP/E2020, s’ils ne sont pas mis en oeuvre d’ici l’été 2009, la dislocation géopolitique mondiale deviendra inévitable à partir de la fin de cette année.

LES 3 CONSEILS DE LEAP/E2020

1. La clé de la crise, c’est la création d’une nouvelle devise internationale de référence !

Le premier conseil se résume à une idée très simple : la clé de la crise actuelle se trouve dans la réforme du système monétaire international hérité de l’après-1945 afin de créer une nouvelle devise internationale de référence. Le Dollar américain et l’économie des Etats-Unis ne sont plus en mesure d’être les piliers de l’ordre économique, financier et monétaire mondial. Tant que ce problème stratégique n’est pas abordé directement, puis traité, la crise s’approfondira car il est au coeur des crises des produits financiers dérivés, des banques, des prix de l’énergie, … et de leurs conséquences en terme de chômage massif et de baisses des niveaux de vie. Il est donc vital que cette question soit l’objet principal du Sommet du G20 de Londres et que les premiers éléments de solution y soient lancés. La solution à ce problème est d’ailleurs bien connue : il s’agit de créer une devise de référence internationale (qu’on pourrait appeler le « Global ») fondée sur un panier de monnaies correspondant aux principales économies de la planète, à savoir le Dollar US, l’Euro, le Yen, le Yuan, le Khaleel (monnaie commune des etats pétroliers du Golfe qui sera lancée au 1° Janvier 2010), le Rouble, le Real, … . et de faire gérer cette devise par un « Institut Monétaire Mondial », dont le Conseil d’ Administration reflète les poids respectifs des monnaies composant le « Global ». Vous devez demander au FMI et aux banques centrales concernées de préparer un tel plan pour Juin 2009 avec objectif de mise en oeuvre au 1° Janvier 2010. C’est votre seul moyen de reprendre l’initiative sur le temps de déroulement de la crise. Et c’est le seul moyen de concrétiser la mise en oeuvre d’une globalisation partagée, en en partageant la monnaie qui est au coeur de toute activité économique et financière.

Selon LEAP/E2020, si une telle alternative au système actuel en plein effondrement n’a pas commencé à être préparée d’ici l’été 2009, démontrant qu’il existe une autre voie que le « chacun pour soi », le système monétaire international actuel ne passera pas l’été. Et si certains Etats du G20 pensent qu’il vaut mieux garder le plus longtemps les privilèges que leur procure le statu quo, ils devraient méditer sur le fait qu’aujourd’hui ils peuvent encore influencer de manière décisive la forme que prendra ce nouveau système monétaire mondial. Une fois la phase de dislocation géopolitique entamée, ils perdront au contraire toute aptitude à le faire.

2. Contrôlez l’ensemble des banques au plus vite!

Le second conseil est déjà largement évoqué dans les discussions préalables à votre réunion. Il devrait être donc aisé de l’adopter. Il s’agit de mettre en place d’ici la fin 2009 un système de contrôle des banques à l’échelle mondiale qui supprime tout « trou noir ». Plusieurs options vous sont déjà proposées par les experts. Tranchez dès maintenant. Nationalisez au plus vite quand il le faut ! C’est en tout cas le seul moyen de prévenir un nouvel endettement massif des établissements financiers comme celui qui a contribué à la crise actuelle; et de montrer aux opinions publiques que vous êtes crédibles face aux banquiers.

3. Faites évaluer au plus vite par le FMI les systèmes financiers US, britannique et suisse !

Le troisième conseil touche à nouveau une question très sensible politiquement qui pourtant est incontournable. Il est indispensable que le FMI remette au G20, au plus tard, en Juillet 2009, une évaluation indépendante des trois systèmes financiers nationaux au coeur de la crise financière : ceux des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Suisse. Aucune solution durable ne pourra en effet être efficacement mise en oeuvre tant que personne n’a la moindre idée des ravages causés par la crise dans ces trois piliers du système financier mondial. Et il n’est plus temps de « prendre des gants » avec des pays qui sont au coeur du chaos financier actuel.

Ecrivez un communiqué simple et bref!

Pour terminer, nous nous permettrons seulement de rappeler que vous avez désormais à restaurer la confiance chez 6 milliards de personnes, et des dizaines de millions d’institutions publiques et privées. Alors, n’oubliez pas de rédiger un communiqué court, qui ne fasse pas plus de deux pages, qui ne contienne pas plus de trois ou quatre idées centrales et qui soit lisible par des non-experts. Sinon, vous ne serez pas lu hors du cercle étroit des spécialistes et vous ne pourrez donc pas ressusciter la confiance du plus grand nombre condamnant ainsi la crise à s’aggraver. Si cette lettre ouverte vous aide à sentir que l’Histoire vous jugera pour ce que vous aurez réussi à faire ou pas lors de ce Sommet, alors elle n’aura pas été inutile. Sachez simplement, que selon LEAP/E2020, vos peuples respectifs n’attendront pas plus d’une année pour vous juger. Une chose est néanmoins certaine : cette fois-ci vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenu!

Franck Biancheri
Directeur des Etudes de LEAP/E2020
Président de Newropeans


En version PDF ci-après

Lettre Ouverte Dirigeants G20 - FT 240309.pdf  (79.15 Ko)

 

 

Documentaires sur le sujet : Inside JobLet's Make money, L'Encerclement

 

En 2009, le GEAB avait estimé que la planète comptait environ 30.000 milliards USD d'actifs-fantômes (soit la moitié du PIB mondial estimé à 60.000 milliards USD). La moitié de ces 30.000 milliards USD s’est envolée en fumée en six mois entre Septembre 2008 et Mars 2009. Pour le GEAB, c'est maintenant au tour de l'autre moitié, les 15.000 milliards d'actifs-fantômes restants, de s'évanouir purement et simplement entre Juillet 2011 et Janvier 2012… Pour rappel, la somme totale de toutes les grosses dépenses US de son histoire (guerre du Vietnam, d’Irak, plan Marshall, etc.), ramené aux taux d’inflation actuel, s’élève à 3.500 milliards USD.

 

9.000 milliards égarés par la Fed (mai 2009)

 

Wall Street Journal uncovering a possible 8 trillion USD fraud

 

CMKM Diamonds and the $3.87 trillion lawsuit you didn't hear about + Scan de la plainte

 

Le plus grave, ce n’est pas tant qu’il y ait fraude, que des magnats de la haute finance soient toujours au soleil, non… Le plus grave c’est que les principaux responsables de la crise sont toujours aux commandes ! Voir OBAMA au pays des « portes tournantes » de la Haute Finance Américaine

 

Lire aussi sur ce blog

Vers une dislocation géopolitique Mondiale

 

La mort du dollar


Auto-multiplication cancéreuse des actifs financiers

 

Repost 0
Published by Ploutopia - dans ECONOMIE - FINANCE
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 10:53

CN Consumption(1)Jean-Paul Baquiast - 25/04/2011

La décroissance, luxe pour le monde développé, obligation pour le tiers-monde - ou le contraire ?

Chandran Nair est un consultant international en sciences de l'environnement. Né en Malaisie, il vit actuellement à Hong kong. Il a fondé le Global Institute for Tomorrow  
 
http://www.globalinstitutefortomorrow.com
 
institut qui étudie les relations entre les valeurs asiatiques et les réalités du monde moderne.

Très connu dans les pays émergents, il est encore relativement ignoré en Europe. D'où l'intérêt de l'interview que vient de lui consacrer le Guardian le 21 avril 2011

http://www.guardian.co.uk/global-development/poverty-matters/2011/apr/21/arguments-constrained-capitalism-asia-chandran-nair
 
Dans ce texte, comme dans l'ensemble de ses interventions, et malgré le ton diplomatique de son langage, Chandran Nair refuse dorénavant de façon très affirmée le modèle de développement que, selon lui, le monde capitaliste veut imposer à l'Asie. Il rappelle que ce modèle, fondé sur des incitations à la consommation toujours plus agressives, règne sur le monde depuis 60 ans. Les pays émergents semblent l'avoir adopté en ne le transposant que marginalement compte tenu de contraintes locales.

Or il n'est pas viable et doit être refusé. La pression qu'exerceront sur les ressources mondiales et l'environnement plusieurs milliards de Chinois ou d'Indiens (5 milliards vers 2050) aspirant au niveau de vie nord-américain deviendra vite insupportable.

L'Asie doit donc développer un nouveau modèle de capitalisme, qu'il nomme le capitalisme contraint ou régulé (constrained capitalism) limitant l'accès aux ressources naturelles et contrôlant les comportements destructeurs imposés aux consommateurs. Chandran Nair n'a pas de mal à montrer la justesse de ce que divers environnementalistes occidentaux défenseurs de politiques de décroissance ont déjà amplement prouvé. Le mode de vie d'un citoyen américain ou même celui d'un européen de milieu modeste appliqué aux milliards d'humains actuels ou prévus nécessiterait les ressources cumulées de plusieurs planètes. Si rien n'était fait pour limiter cette boulimie, l'actuelle Terre sera rapidement détruite Les pays asiatiques ont donc selon Chandran Nair un devoir urgent : «déconstruire» le rêve consommériste (1) qui a été explicitement imposé à l'Asie comme au reste des pays pauvres par les pays capitalistes occidentaux. Ce conditionnement est l'un des résultats de la domination intellectuelle (le soft power) imposée aux élites asiatiques à travers les formations universitaires, les expertises fournies par le FMI, la Banque mondiale et les agences de conseil. Il est relayé à grande échelle aujourd'hui par le réseau des messages publicitaires commerciaux omniprésents, qui tiennent tous le même discours. La pression occidentale s'exerce plus fortement encore qu'auparavant, puisque elle se porte désormais dans le champ diplomatique. A la suite de la crise, les gouvernements occidentaux pressent la Chine à développer son marché consommateur intérieur, afin de réduire les excédents de trésorerie que lui ont acquis ses exportations.

Mais que signifiera consommer pour la Chine ? Quels en seront les revers? Les observateurs extérieurs et intérieurs se félicitent de constater la rapide croissance urbaine, ou celle des achats d'automobiles, mais ils ne s'interrogent pas sur le prix grandissant d'un simple verre d'eau potable obtenue au robinet. Les producteurs d'eaux minérales seront là pour répondre au besoin.

Les gouvernements asiatiques devraient donc, selon Chandran Nair, assumer la responsabilité de convaincre les populations qu'elles ne pourront jamais avoir accès, sauf dans le cas d'étroites minorités, au niveau de vie occidental. Il s'agit d'ailleurs de la prudence la plus élémentaire. Face aux révoltes qui naîtront du fait que les populations en question se rendront vite compte des limites incontournables de la croissance promise, ils seront balayés.

Le salut consisterait au contraire à préconiser le retour aux valeurs et aux modes de vie traditionnels, privilégiant notamment l'agriculture durable et les activités non gourmandes en énergie, l'éducation et la santé en priorité. Trouvera-t-on là de quoi assurer les besoins matériels comme les stimulants moraux nécessaires à la survie de centaines de millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté? Chandran Nair en semble convaincu.

En faveur de cette thèse, nous pouvons citer ici le tout récent programme que compte mettre en oeuvre le UN Environment Program. Il s'agira de développer et rémunérer non seulement les agricultures locales soucieuses de l'environnement, mais divers investissements destinés à protéger les sols et la biodiversité que les paysans négligent aujourd'hui car ils ne sont pas inclus dans les prix des produits finaux.

Un organisme analogue à l'IPCC dans le domaine du climat vient dans ce cadre d'être créé. C'est l'Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity (http://www.ipbes.net/ ) destiné à intégrer les actions intéressant la production agricole et la conservation. Dans le même temps, un projet appelé The Economics of Ecosystems and Biodiversity visera à évaluer les coûts de la perte de biodiversité et de la dégradation des écosystèmes (http://www.teebweb.org/). Ces initiatives sont louables, mais elles nécessiteraient des dizaines ou centaines de milliards d'investissements, lesquels se dirigent actuellement vers les dépenses militaires.


Comment déconstruire le "rêve consommériste" ?

Nous nous sommes toujours montré favorables aux programmes dits de décroissance. Ces objectifs avaient été proposés au plus fort des Trente Glorieuses, en Europe, par le Club de Rome et des économistes tels qu'Yvan Illitch faisant valoir l'impossibilité à terme de poursuivre indéfiniment une consommation destructrice de ressources matérielles nécessairement limitées.

Depuis lors, à l'encontre des défenseurs de la thèse selon laquelle le progrès convergent des sciences et des technologies reculerait à l'infini les risques de rareté, la conscience du caractère illusoire de la croissance ininterrompue a fini par se généraliser. Dans cette esprit, une morale de la croissance zéro (sinon de la décroissance) et de l'auto-limitation des consommations a fini par recruter un certain nombre de soutiens parmi les mouvements anti-productivistes et écologiques.

Mais il faut bien voir que ce fut principalement en Occident et non dans le tiers-monde que cette morale s'est répandue. Ceci pour une raison de bon sens: comment prêcher l'austérité à des populations qui se maintenaient à grand peine au dessus du seuil de survie? Elle n'a d'ailleurs connu, même dans les pays riches, qu'un succès limité. Les milieux économiques et financiers tirant leur pouvoir de leur capacité à transformer les citoyens en consommateurs robotisés par une publicité omniprésente privent encore aujourd'hui de tribunes les activistes de la décroissance.

Quant aux gouvernements, confrontés aux revendications des couches les plus défavorisés, plutôt qu'imposer un partage des ressources destiné à réduire les inégalités, ils préfèrent faire croire à un mythe, celui de la croissance de la consommation résolvant par miracle les conflits sociaux. Plus généralement, dans des régimes politiques se voulant démocratiques, c'est-à-dire soumis en principe aux volontés des électeurs, comment trouver des majorités qui prétendraient réduire des consommations apparemment plébiscitées par les foules ?

Dans les pays émergents, les mêmes causes ont entraîné les mêmes effets. Le double intérêt des industriels et des gouvernements poussant à la généralisation du modèle consumériste dénoncé par Chandran Nair a pleinement joué pour faire espérer aux citoyens-consommateurs des lendemains qui chanteraient.

Mais il faut bien voir que ce réflexe est encore récent. Ce fut seulement depuis une dizaine d 'années, sinon moins, qu'en Chine par exemple, les dirigeants ont encouragé les nouvelles classes moyennes à s'équiper en logements et biens industriels sur le mode occidental.

Aujourd'hui encore, ils savent très bien que les quelques 600 millions de travailleurs pauvres n'atteindront jamais ce niveau de vie. Mais plutôt qu'en convenir ouvertement et recommander des modèles économiques plus ménagers des ressources, ils préfèrent laisser croire que chaque citoyen pourra rapidement disposer d'un appartement, d'une voiture et d'un régime alimentaire carné.
 
C'est que la déconstruction du modèle consommériste à l'occidental prôné par Chandran Nair imposerait aux pouvoirs et aux sociétés un effort de reconversion et d'invention dont nul ne se sent capable aujourd'hui. Les voeux d'austérité ou de retour à la terre proposés par Chandran Nair seront encore longtemps associés à l'austérité imposée par les anciens pouvoirs communistes, austérité d'autant mal vue qu'y échappaient les hiérarches.

C'est là précisément que les Occidentaux dont nous sommes pourraient jouer un rôle essentiel. Ayant pour des raisons historiques acquis des niveaux de vie largement supérieurs à ceux du reste du monde, ayant aussi acquis une culture économique et environnementale encore peu répandue dans les autres pays, nous pourrions nous impliquer directement dans la réalisation, au sein même du monde occidental, d'un modèle de survie tel que celui préconisé par Chandran Nair et ses homologues au sein des réseaux alter-mondialistes. Construire un monde échappant aux terrorismes de la consommation-gaspillage, proscrivant la publicité, investissant au contraire dans des activités immatérielles liées au capitalisme cognitif, devrait être un idéal que chacun d'entre nous devrait désormais se donner, y compris dans le cadre de sa propre
vie.

Le tiers-monde pourrait en bénéficier, mais le monde développé serait le premier à en tirer profit. Il ne s'agirait d'ailleurs pas là, que l'on se rassure, d'une sorte de luxe moral proposé par un idéal du partage. Il s'agirait d'une nécessité devenue déjà vitale pour chacun de nous. L'accident de Fukushima commence à rendre perceptible le besoin, dans les pays favorisés eux-mêmes, tel le Japon ou l'Europe, de réduire drastiquement les consommations d'énergie et de matière premières, autrement dit de définir un modèle non consommériste de développement.

Il fut un temps où certains pionniers se proposaient des activités autrement motivantes que celles consistant à s'acheter des écrans plats ou des voitures du dernier modèle, ou celles consistant à s'affaler devant des écrans publicitaires. Ces pionniers cherchaient à s'accomplir dans des activités ne relevant pas nécessairement du profit à court terme: recherche scientifique, philosophie, création artistique, activités sportives personnelles et même (horresco referens), activités sexuelles entre adultes librement consentants. Il serait temps d'y revenir, en inventant des sociétés où de tels luxes ne seraient plus le privilège de quelques élites, mais seraient à la
disposition de tous.

Que l'Europe, ayant mieux que les Etats-Unis de solides traditions dans ces divers domaines, relevant de ce que l'on pourrait appeler en France l'"esprit 68", recommence à donner l'exemple. Les pays émergents, n'en doutons pas, rallieront la démarche. Nous avons besoin dorénavant de nouveaux activistes militant avec l'agressivité nécessaire pour que ces comportements décroissantistes (dans le bon sens du mot) s'imposent aux enfants dégénérés de la publicité commerciale, chez qui tout est admis, pourvu que cela fasse vendre.

 
(1) Mot signifiant ici : "adepte de la consommation".

[A ne pas confondre avec le même mot employé chez les Canadiens : chez-eux, "consommérisme" signifie "consumérisme", c'est à dire "défenseur de la consommation ou du consommateur"].

Repost 0
Published by Ploutopia - dans DECROISSANCE
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 13:39

dali_chameau_dromadaire_desert_sahara_maroc_dune.jpg

Un article de Saral Sarkar

 

Quelques jours après l’explosion à la centrale de Fukushima a eu lieu à Cologne une première manifestation contre l’énergie nucléaire dont le slogan principal disait : "fermeture de toutes les centrales nucléaires, tout de suite, partout". En l’écoutant j’ai pensé à la France dont 80% de l'énergie provient du nucléaire. J'ai aussi pensé à mon pays d'origine, l'Inde, pour lequel il y a déjà 20 centrales nucléaires en activité et dont le gouvernement considère qu’il en faut davantage pour permettre l’accès à l’électricité aux quelques 50% de citoyens qui en sont privés. Qu’adviendrait-il si l’exigence des manifestants de Cologne était acceptée et que toutes les centrales nucléaires étaient fermées, tout de suite et partout dans le monde ?


 

    En France, pas de doute, les lumières s’éteindraient. En Inde, l’impact serait bien moindre. La moitié des Indiens vivent de toute façon sans électricité, et les autres ont l’habitude de fréquentes coupures de courant. En France, il se passerait quelque chose d’encore plus grave. Toutes les entreprises qui dépendent de l’énergie nucléaire devraient fermer boutique. Des millions de travailleurs perdraient leur emploi et leur revenu. Les Indiens seraient moins affectés: la plus grande partie de l’énergie provient de centrales au charbon, fatales pour le climat.

 

    Soit, tous les opposants à l’énergie nucléaire ne sont pas aussi radicaux que ces manifestants à Cologne. La plupart demandent un désengagement graduel même s’il doit être aussi rapide que possible, de façon à rendre la transition vers une production d’énergie hors nucléaire aussi indolore que possible. Je me suis laisser dire qu’en Allemagne, où seulement 23 % de l’énergie produite dépend du nucléaire, cela ne poserait pas trop de difficultés. D’ailleurs l’Allemagne est en situation de surcapacité. Mais que la transition soit immédiate ou graduelle, l’économie exige des sources d’énergie de remplacement qui ne soient pas trop chères. Est-ce possible ? C’est ici que commencent les problèmes.

 

    Aucun opposant à l’énergie nucléaire ne propose la construction de nouvelles centrales thermiques (à charbon, à pétrole ou à gaz). Le passage à l’ère des énergies renouvelables est la voie royale. Celles-ci seraient non seulement inépuisables, mais déjà disponibles d’un point de vue technique. Elles permettraient d’abandonner le nucléaire et d’arrêter le changement climatique. Il ne serait pas nécessaire d’attendre que les ressources en énergies fossiles soient épuisées, il serait au contraire possible d’entamer immédiatement la transition. Même Cheikh Jamani, le ministre du pétrole d’Arabie saoudite, aurait dans les années 1970 : "L’âge de la pierre n’a pas pris fin parce qu’il manquait de pierres, et l’âge du pétrole prendra fin avant l’épuisement des gisements." Ce qui rend la transition encore plus attrayante, c’est que "le soleil n’envoie pas de facture" (Franz Alt) et comme l’écrivait Hermann Scheer : "Des temps inouïs s’ouvrent à nous, où le soleil offre son énergie aux hommes, aux animaux et aux plantes. Et cela dans de telles proportions que les besoins en énergie les plus extravagants d’une humanité encore bien plus nombreuse ainsi que du règne animal et végétal pourraient être satisfaits. Chaque année, le soleil offre 15000 fois plus d’énergie que n’en consomme la population mondiale…"

 

    J’ai développé mes doutes devant de tels espoirs dans mes deux ouvrages Ecosocialisme ou Ecocapitalisme (2001) et Les crises du capitalisme (2009). James Lovelock, chimiste de renom et fondateur de la théorie Gaia, a également émis de sérieux doutes sur l'engouement généralisé du tout au renouvelable. L’économiste et mathématicien Nicholas Georgescu-Roegen avait entrepris une étude sur l’énergie solaire. Il en avait conclu que l'énergie solaire était utilisable, mais pas soutenable. Il disait que les technologies pour utiliser l’énergie solaire requièrent plus d’énergie pour fabriquer les matériaux et appareils nécessaires qu’ils ne peuvent en produire pendant toute leur durée de vie. Bref, leur bilan énergétique est négatif, elles ne sont donc pas soutenables. La raison en est la faible densité en énergie du rayonnement solaire, une constante cosmologique. Georgescu-Roegen avait écrit ces lignes en 1978, qu'il a répétées en 1986 et 1992. Elle est évidemment rejetée par les fanatiques de l’énergie solaire. C’est là une vieille histoire. Mais encore récemment, j’ai lu dans un éditorial de la Süddeuyesche Zeitung: "L’espoir que le monde pourra bientôt se tourner vers des énergies alternatives et s’approvisionner directement à la source solaire est naïf. … Il n’y a pas de formule pour une transition énergétique mondiale qui soit rapide et indolore." (Karl-Heinz Büschemann, SZ, 19.3.2011). Transition ou pas, à long terme, l’impact fera très mal : il s’agira ni plus ni moins que de la fin de notre bien-aimée civilisation industrielle.

 

    La controverse est loin d’être vidée. D’un côté, la recherche technologique se poursuit; c’est l’espoir qui meurt le dernier. D’une autre côté, toutes les énergies renouvelables sous forme de courant – à l’exception de l’énergie hydraulique –  ont encore toujours besoin de subventions diverses pour être rentables, même l’énergie éolienne, dont le bilan énergétique  semble pourtant légèrement positif. Ces subventions proviennent des profits de l’économie, qui fonctionne en grande partie grâce à l’énergie fossile ou nucléaire. Les énergies renouvelables sont donc encore toujours des parasites vivat grâce aux énergies conventionnelles.

 

    La controverse devra être vidée dans la décennie qui vient. Mais la situation actuelle me laisse profondément sceptique. L’Inde est un pays où le soleil brille généreusement et où les vents soufflent en abondance. Pourtant les Indiens voient leur avenir énergétique plutôt du côté du nucléaire et des ressources fossiles. Pourquoi donc? Une autre source de mon scepticisme c’est l’absence de technique d’accumulation convaincante. Ainsi si l’on voulait stocker de l’énergie renouvelable par exemple sous forme d’hydrogène liquide, 90 % de l’énergie récoltée serait consacrée au processus de transformation.

 

    Dans le contexte de la menace croissante de la crise climatique et compte tenu de sa déception quant aux énergies renouvelables, Lovelock a plaidé pour la construction de centrales nucléaires avec comme argument que nous ne pouvons pas empêcher les générations futures de bénéficier du niveau de vie dont nous bénéficions. Il considérait que les risques étaient jouables. Mais manifestement, il ne lui est pas venu à l’esprit que l’uranium aussi est une ressource non renouvelable.

 

    Pour ceux d’entre nous qui ne veulent pas ignorer les faits mentionnés ci-dessus et les doutes qui en découlent, il est à conseiller de nous préparer à une autre forme de civilisation, plus sobre. Il existe un proverbe saoudien qui dit : "Mon grand-père montait un chameau, mon père conduisait une auto, je pilote mon jet privé, mon fils montera un chameau."

 

    La voie vers cette nouvelle civilisation sera plus facile à prendre si nous avons d’abord créé une société égalitaire.

 

[Saral Sarkar]

Repost 0
Published by Ploutopia - dans ENERGIE
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 11:36

Guerre-democratie.jpgAlors, ça y est, les vas-t-en guerres sont partis ! Dassault va pourvoir tester ses avions Rafale en live (top cool), l’industrie de l’armement va s’en fourrer plein les fouilles, les petits Belges vont jouer dans la cours des grands alors qu’ils n’ont même pas de gouvernement, Sarko va montrer ses biscotos et son gros doigt (encore, il adore, il jubile !), France et Grande Bretagne vont pouvoir récupérer un peu de came noire... Nous voilà repartis pour une nouvelle « guerre chirurgicale » SANS victimes civiles (Si, si, vous z’en faites pas, ça marche !). Nous allons revoir ces images sombres piquées de flash et rayons lumineux sur nos écrans, suivies de discours léonins d’hommes en uniforme garni de médailles sur la précision et la haute technologie de nos frappes. Après les épisodes Vietnam, Yougoslavie, Irak, Afghanistan, enfin la suite de notre télé réalité favorite.

 

Il y a quelque temps encore, on entendait des débats radio et télé sur les bonnes armes et les mauvaises armes. Tu vois ma fille : « Un bon fusil est un fusil qui tue des méchants. Un mauvais fusil est un fusil qui tue des gentils. Voilà, c’est simple non ? ». « Ah oui, j’oubliais, tu dois savoir que ceux qui décident qui sont les gentils et les méchants, ce sont les fabricants de fusils, et eux, ils sont toujours forcément gentils ».

 

Montrer sa puissance et sa force. Diaboliser celui qu’on attaque pour faire passer la pilule. Classer l’histoire en gentils et méchants, bon et mauvais. Les répressions en Arabie Saoudite, Barheïn ou Palestine, on passe l’éponge. Par contre, ce qui se passe en Libye c’est franchement scandaleux ! « Il massacre des civils, tu te rends comptes! » En sommes nous si sûr ???

 

Je conseille vivement la lecture de quelques articles sur michel-collon.info ou sur Emceebeulogue pour nuancer un peu tout ce qu’on entend. Lire par exemple Cinq remarques sur l’intervention contre la Libye

 

Kadhafi est clairement un tyran, mais il est toutefois intéressant de noter qu’il a nationalisé son pétrole au détriment des grandes firmes pétrolières et pour un meilleur niveau de vie qu’en Tunisie ou en Egypte par exemple. N’oublions pas non plus que Ben Ali, Ben Laden, Moubarak, Saddam ou Kadhafi (pour ne citer qu’eux) étaient des grands potes de l’occident ! Aux pays des scélérats, ils faut bien d’autres scélérats pour rapporter la pitance. Non vraiment, tout n’est pas noir ou blanc. Il est important de bien comprendre les enjeux sans jamais tomber dans le piège mensonger de l’humanitaire, du soutien de la démocratie et des droits de l’homme proféré par nos politiques impériales shootées à la consommation.

 

Ca me fait penser à une phrase entendue d’un gamin de 6 ans s’adressant à sa copine: « Tu m’aimes ou je te butte ! ». Ou encore, « Il est interdit d’interdire ». Ou encore cette phrase dans le sketch des inconnus avec Jésus qui cogne tout le monde dans la foule et qui termine en disant : « Vous allez finir par vous aimer les uns les autres bordel de merde ! ».

 

 

 

Repost 0
Published by Ploutopia - dans Pays Politique
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:27

onu.jpgPar Vladimir Caller sur Michel COLLON

L’élection d’Hashim Thaci au Kosovo, très contestée par ses opposants qui l’accusent d’avoir fraudé lourdement, n’a pas semblé émouvoir outre mesure Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies. Le fait que cet ancien patron de l’UCK soit soupçonné de complicité, sinon de participation directe, dans une scabreuse affaire de trafic d’organes ne paraît pas ébranler, non plus, sa haute sensibilité pour tout ce qui touche au strict respect du déroulement et des résultats des RDV électoraux. Sensibilité qui semble, néanmoins, de géométrie quelque peu variable.

Ainsi, le fait qu’en juin 2009 le Président élu du Honduras, Manuel Zelaya, ait été démis de ses fonctions par un coup d’état des militaires allergiques à son orientation progressiste n’a suscité en lui d’autre réaction que des regrets aussi pieux que peu sincères, à l’instar de ceux du Président Obama ; regrets destinés en fait à assurer que le putsch en question se stabilise en douceur. Ainsi, Manuel Zelaya peut toujours attendre de retrouver son poste.

Par contre pour les élections en Côte d’Ivoire, pays qui traîne un long et sanglant conflit armé et dont la partie Nord reste contrôlée par une des forces belligérantes, Monsieur Choi, le représentant du Secrétaire général des N U, se permet d’assumer le rôle de grand électeur « certifiant » quelques heures après les proclamations contradictoires des instances indigènes, qui fut le vainqueur du scrutin. Performance de ‘clarificateur’ si rapide que l’on est tenté de regretter qu’il n’ait pas été en poste en Floride lorsque Al Gore perdait sa compétition électorale face à G.W.Bush après d’interminables tractations, ni lors de celles d’Afghanistan qui ont vu Monsieur Karzai très laborieusement et tardivement réélu. On est donc tenté de se demander : pourquoi une telle et sélective précipitation ? Serait-ce parce que Monsieur Ouattara ancien responsable du chapitre Afrique au sein du FMI correspond mieux, à la différence de Monsieur Zelaya, au nouveau formatage de la mondialisation si chère, justement, au FMI ?

Poursuivant une claire volonté d’ingérence, autant le Secrétaire Général que le président français ordonne au président Gbagbo de déguerpir sans tarder. A quoi ce dernier, président en exercice rappelons-le, répond demandant à leurs troupes de quitter le territoire national invoquant des preuves de collaboration entre leurs contingents et les forces de la rébellion interne. Justification non indispensable, nous semble- t-il ; un sursaut de dignité face à tant d’arrogance pourrait suffire. Qu’à cela ne tienne, Ban-ki Moon et Sarkozy n’ont pas à tenir compte d’une exigence souveraine et décident de rester. Plus encore, ce dernier dans un geste inédit décide de retirer, sans la moindre concertation, sa reconnaissance à l’ambassadeur en fonction à Paris au bénéfice d’un remplaçant à venir. Le gouvernement belge fait de même.

Hélas ce ne sont pas que de simples anecdotes dignes d’une BD de circonstance. Au-delà de ces gestes nous sommes en train de vivre un véritable bouleversement des normes du droit international. Ainsi dans un cas, une présence internationale légalement mandatée est en train de se transformer en force d’occupation arbitraire. Dans l’autre, une puissance étrangère décide qui représente la diplomatie d’un pays tiers. Plus grave encore, une intervention armée est envisagée pour mettre en poste un des candidats ce qui constitue, sauf erreur, une première absolue dans l’histoire des relations internationales : l’emploi de la force pour résoudre un conflit électoral. Ainsi, des légères interrogations nous viennent à l’esprit. Pourquoi cette si sage « communauté internationale » n’a-t-elle pas imaginé des mesures semblables pour imposer le candidat Moussavi dans le contexte iranien ? Serait-il parce qu’il est moins compliqué –et surtout moins risqué- de mettre des chars en Abidjan qu’à Téheran ? Eut-il été imaginable, suivant la logique bankimounienne, que lors de la controverse Gore-Bush mentionnés ci-avant, la Côte d’Ivoire eusse réclamé l’installation de Monsieur Gore au bureau ovale de la Maison Blanche ? et ce, sous peine d’exiger l’intervention armée de, par exemple, l’Organisation des Etats Américains (OEA équivalent américain de la CEDEAO) ?

Que ce soit clair, les remarques de ce chroniqueur n’impliquent nullement de sympathie et encore moins d’adhésion politique envers Monsieur Gbagbo ; nous croyons d’ailleurs que le peuple ivoirien mérite mieux que l’alternative qui lui est proposée. Ainsi, si ce texte a un sens, c’est celui d’attirer l’attention sur ce processus qui semble imparable et qui fait que ce grand rêve de gestion équilibrée et honnête des relations internationales qui avait conduit à la création des Nations Unies est en train d’être gravement dévoyé. Et ce, avec le lamentable acquiescement et la participation active de l’Union européenne. Nous l’avions constaté, il y a peu lors du sommet de l’Otan à Lisbonne où l’ONU accepta sans sourciller le transfert progressif de certaines de ses prérogatives en faveur de l’alliance militaire. Nous le voyons maintenant dans sa douteuse gestion du dossier ivoirien. Toujours, hélas, avec le concours de ceux qui devraient, précisément, sauvegarder jalousement sa mission d’origine.

Source : Michel COLLON

Repost 0
Published by Ploutopia - dans Pays Politique
commenter cet article
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 09:25

vortex-dollars.jpgIl ne me sera bientôt plus nécessaire de parler de la problématique monétaire sur ce blog tant elle commence à essaimer un peu partout.

Dans tous les cas, j’aime beaucoup ce récent article de Bernard BAYOT du Réseau Financement Alternatif (www.financite.be)

Qu'est-ce que l'intérêt ?

En finance, l'intérêt est la rémunération d'un prêt, sous forme, généralement, d'un versement périodique de l'emprunteur au prêteur.

Pour le prêteur, cela représente le prix de sa renonciation temporaire à une consommation : il ne peut utiliser son argent puisqu'il l'a prêté. Pour l'emprunteur, c'est un coût correspondant à une consommation anticipée : il peut faire usage d'une somme d'argent, par exemple pour payer l'achat d'un bien ou d’un service, avant d'avoir acquis les ressources nécessaires pour se l’offrir.

Une épargne rémunérée par un intérêt est assimilable à un prêt, l'emprunteur étant la banque ou l'organisme bénéficiaire de cette épargne. En d'autres termes, le client qui dépose de l'argent sur un compte à la banque prête en réalité cette somme à celle-ci et reçoit donc un intérêt correspondant à ce prêt.

Comment se calcule l'intérêt ?

L'intérêt est proportionnel au capital et au temps couru. Il est calculé par application d'un pourcentage annuel, appelé le taux d'intérêt. Si quelqu'un prête pour un an une somme de 100 € avec un taux d'intérêt de 10 % l'an, il récupérera à l'issue de cette année les 100 € augmentés de 10 € d'intérêt.

Celui-ci est fixé en tenant compte, comme déjà précisé ci-dessus, de la renonciation temporaire à faire usage de la somme prêtée, mais également du risque que prend le prêteur. Ce risque est de deux ordres. D'abord le risque d'inflation, à savoir une perte du pouvoir d'achat de la monnaie, qui se traduit par une augmentation générale et durable des prix. En d'autres termes, en cas d'inflation, la somme que j'ai prêtée ne me permet plus obtenir, entre le moment du prêt et celui du remboursement, qu'une quantité moindre de biens et de services. L'autre risque est lié à la probabilité de ne pas être remboursé, en tout ou en partie, par l'emprunteur.

Ces risques sont plus ou moins intégrés dans le calcul du taux d'intérêt selon que celui-ci est fixe ou ajusté d'une période à l'autre selon une formule d'indexation. Dans ce cas, il peut être révisable (fixé en début de chaque période) ou variable (déterminé à la fin de chaque période). Ce choix entre un taux fixe et un taux ajusté est souvent d'application en matière de prêts hypothécaires, qui sont conclus à long terme. C'est que, bien entendu, plus le délai de remboursement est long, plus les risques augmentent.

Qui fixe l'intérêt ?

Si, en théorie, c'est le marché qui fixe le taux de l'intérêt, c'est-à-dire le jeu de l'offre et de la demande, en pratique, les banques centrales jouent un rôle déterminant, en l'occurrence la Banque centrale européenne (BCE) pour la zone euro. Celle-ci fixe un « taux de refinancement » qui est son principal « taux directeur », celui auquel elle-même prête aux banques et institutions financières. Ce taux, qui est un des principaux instruments de politique monétaire, est à 1 % depuis le mois de mai 2009.

La fixation de ce taux directeur est évidemment déterminante dans la dynamique économique : lorsque les taux d'intérêt sont élevés, les entreprises et les ménages hésitent à emprunter pour investir ou consommer, tendance qui s'inverse lorsque les taux sont bas.

Quelle différence y a-t-il entre l'intérêt et l'usure ?

On connaît l'usure d'un tissu, par exemple, qui est la détérioration de celui-ci par suite du long usage qu’on en fait. Par extension, en matière financière, l'usure correspondait au prix de l'usage de la monnaie, c'est-à-dire à « toute espèce d'intérêt que produit l'argent ». Ce n'est que, par extension, qu’on en est venu à utiliser l'usure dans son acception actuelle, à savoir un « profit qu'on retire d'un prêt au-dessus du taux légal ou habituel » 1

Comment expliquer le glissement sémantique de cette notion d'usure qui, initialement, désignait tout intérêt indépendamment du taux avant de viser l'intérêt d'un prêt consenti à un taux abusif ? Sans doute par les débats âpres et difficiles sur la justification de l'intérêt, dans son principe, et, à supposer cette justification de l’intérêt acquise, par les débats sur la fixation d’un taux convenable.

Critique morale de l'intérêt

Déjà le Deutéronome, écrit vers 630 av. J.-C., condamnait le prêt à intérêt : « Tu ne prêteras pas à intérêt à ton frère, intérêt d'argent ou intérêt de nourriture, de toute chose qui se prête à intérêt » 2. Platon (428-427 av. J.-C., 347-346 av. J.-C.) condamnait, lui aussi, le goût du profit et l'accumulation de richesses.

C'est ensuite Aristote (vers 384-322 av. J.-C.) qui a fait une distinction, qu'il jugeait fondamentale, entre l'économique et la chrématistique. Si l'économie (de oïkos, la maison, donc la communauté au sens élargi, et nomia, la règle, la norme) désigne la norme de conduite du bien-être de la communauté, ou maison au sens très élargi du terme, la chrématistique est quant à elle l'art de s'enrichir, d’acquérir des richesses. S'il admettait une chrématistique « naturelle » ou « nécessaire », liée à la nécessité de l'approvisionnement de l'oïkos, il condamnait fermement la chrématistique proprement dite ou « commerciale » qui consiste à « placer la richesse dans la possession de monnaie en abondance ». La chrématistique est, pour lui, une activité « contre nature » qui déshumanise ceux qui s'y livrent puisque, selon lui toujours, l'homme est par nature un zoon politikon, littéralement un « animal politique » (politikos, citoyen, homme public). Pour Aristote, la chrématistique commerciale substitue l’argent aux biens ; l’usure crée de l’argent à partir de l’argent ; les marchands ne produisent rien : en l'absence de règles strictes visant leurs activités et sans un contrôle de la communauté dans son ensemble, tous sont condamnables d'un point de vue politique, éthique et philosophique.

Les rabbins ont réagi à l'interdiction biblique en codifiant les choses dans le Talmud de Jérusalem au IVe siècle, et dans le Talmud de Babylone au VIe siècle. Avec, pour conséquence, de grandes innovations sur l'organisation sociale, en particulier les taux d'intérêt, l'usage des lettres de change, et les limites du profit par l’introduction de la notion de « juste prix ».

De son côté, l'Église catholique, tout au long du Moyen Âge, reprend la critique aristotélicienne contre cette pratique économique et la déclare contraire à la religion. Thomas d'Aquin (1224 ou 1225-1274), dans sa Somme théologique, affirme ainsi : « Le négoce consiste à échanger des biens. Or Aristote distingue deux sortes d'échanges. L'une est comme naturelle et nécessaire, et consiste à échanger [...] pour les nécessités de la vie ». L'autre forme, au contraire, « consiste à échanger [...] non plus pour subvenir aux nécessités de la vie, mais pour le gain. [...] Voilà pourquoi le négoce, envisagé en lui-même, a quelque chose de honteux, car il ne se rapporte pas, de soi, à une fin honnête et nécessaire. »

La Réforme protestante, par la voix de Jean Calvin en particulier, a contribué à la levée progressive de l'interdit du prêt à intérêt dans les pays européens. Sous la plume de Calvin, dans sa lettre sur l’usure, en 1545, le protestantisme justifie la légitimité de l’intérêt : le capital a un « caractère de bien immédiatement productif » et l’intérêt acquiert ainsi un caractère licite.

De son côté, le Coran prohibe également l’intérêt : « Dieu a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt » 3.

Critique politique de l'intérêt 

Karl Marx, dans des pages fameuses du Capital reprend l'analyse des conséquences sur les personnes de ce qu'il nomme, après Virgile (Énéide, III, 57), auri sacra fames (maudite soif de l’or), du nom latin donné à cette passion dévorante de l'argent pour l'argent, c'est-à-dire de la chrématistique commerciale instaurée par ceux qu'il appelle « les économistes ». En élaborant une analyse de la « métamorphose » du capital, Marx montre que le capitalisme est un système permettant avant tout de faire de l'argent pour de l'argent.

Pour Pierre-Joseph Proudhon, ce n'est parce que l'usure est immorale qu'elle doit être interdite, comme le prétend l'argumentation théologique. Loin de voir l'intérêt comme la manifestation du vice de l'usurier, il considère dans un premier temps l'intérêt comme une rémunération légitime du service rendu, des risques et de la privation qu'il implique.

Cette légitimité est toutefois limitée, dans son esprit, au crédit négocié sur le marché entre deux agents car, dans ce cas, la réalisation des promesses de paiement est incertaine et varie selon la garantie que présente le signataire. C'est donc à ces circonstances qu'il faut s'attaquer pour rendre l'intérêt du crédit illégitime. Car ce modèle n'est pas celui de Proudhon qui propose un programme de coopération financière mutuelle entre travailleurs en vue de transférer le contrôle des relations économiques depuis les capitalistes et les financiers vers les travailleurs.

C'est dans ce cadre que Proudhon entend « prouver que la gratuité du crédit est possible, facile, pratique » et que, par voie de conséquence, « l'intérêt est désormais chose nuisible et illégitime » 4. Pour y arriver, il préconise l'intervention d'une banque centrale qui offrirait toute garantie quant à ses promesses de paiement et ferait circuler la monnaie par des mécanismes essentiellement non marchands, rendant inutile, voire impossible, l'existence d'un marché monétaire 5.

Loin de condamner le crédit et l'intérêt, il entendait les traiter comme ce que nous appellerions aujourd'hui un « service public ». Son projet s'appuyait sur l'établissement d'une « banque d'échange» qui accorderait des crédits à un très faible taux d’intérêt (le taux n’étant pas nul en raison des coûts de fonctionnement), ainsi que sur la distribution de billets d’échange qui devaient circuler à la place de la monnaie basée sur l'or, qui devait être supprimée. Il créa à cet effet une banque populaire (la Banque du Peuple) au début de l'année 1849 qui, malgré l'inscription de plus de 13 000 personnes, prit fin rapidement en raison notamment de l'incarcération de Proudhon pendant trois ans pour le délit de presse d'« offense au Président de la République ».

Même si elle n'est pas exclusivement basée sur l'intérêt, force est de constater que la croissance financière de ces dernières années a été construite sur l’écrasement des coûts salariaux et des dépenses sociales. Dans tous les pays européens, la part des revenus du travail dans le produit intérieur brut (PIB) a diminué significativement depuis le début des années 80 6. À l’exception de la Belgique, le niveau actuel de la part des revenus du travail dans le PIB est inférieur à celui du début des années 60. Cette évolution négative résulte notamment d’une progression des salaires inférieure à celle de la productivité. Même un pays comme l’Irlande qui a connu un taux de croissance économique soutenu pendant plus de dix ans a vu la part de la rémunération du travail chuter et la plus forte diminution du salaire réel. Si on se limite à la rémunération des salariés, c'est-à-dire sans prendre en compte les revenus du travail des indépendants et professions libérales, la part de la rémunération des salariés dans le PIB belge a fortement chuté depuis 1981, passant de 57 % à 51 %  7.

Critique économique de l'intérêt

À côté de critiques de nature morale ou politique, s'en élèvent d'autres, qui tiennent davantage aux conséquences économiques de l'intérêt. Cette question est étroitement liée à celle de la monnaie, qu'a longuement étudiée Silvio Gesell (1862-1930), l’inventeur de la monnaie franche, une monnaie dite « fondante » car sa valeur diminue à intervalle fixe (tous les mois par exemple). Silvio Gesell développa des théories qu’il a résumées dans son livre L’Ordre économique naturel.

Ses théories se fondent sur diverses observations. Tout d’abord, la quantité de monnaie gagée par l’or ne suit pas le rythme de l’accroissement de la production et de la richesse. Et cette disproportion est la cause principale des désastres économiques. D’autre part, la monnaie est détournée de son véritable emploi pour servir surtout à la thésaurisation, ce qui provoque un ralentissement des échanges et, la quantité de denrées restant identique, cela cause la chute des prix. Contrairement aux marchandises, l’argent ne perd pas de sa valeur. Le détenteur d’argent peut alors attendre que le commerçant baisse ses prix. Quant à ce dernier, il se voit obligé de couvrir ses frais par des crédits, sur lesquels il doit payer des intérêts. Celui qui reçoit ces intérêts peut à nouveau les prêter à un autre. On se retrouve donc face à une quantité de plus en plus grande de monnaie qui est extraite du circuit économique.

Pour casser ce cercle « vertueux », Gesell propose que l’argent perde périodiquement de sa valeur, de sorte qu’il devienne inintéressant de le garder et de telle manière qu’il perde ainsi sa position dominante par rapport au travail humain.

En Suède, la banque coopérative JAK pratique, depuis 1970, un système de prêts et d’épargne sans taux d’intérêt. Elle avance trois arguments pour justifier ce choix. Un argument moral : il n'est pas légitime de gagner de l’argent avec de l’argent lorsqu'il n'y a ni travail presté, ni prise de risques. Un argument d'équité : dans une économie basée sur l’intérêt, l’argent est transféré de ceux qui en ont le moins à ceux qui en ont le plus et, de cette façon, les actifs se concentrent entre les mains de quelques-uns. Enfin un argument économique : depuis que notre système monétaire moderne se base sur des dettes et que pratiquement tout l’argent est sous forme de dettes qui doivent être remboursées avec des intérêts, nous avons un système d’argent qui croît exponentiellement et qui va forcément un jour atteindre son point de rupture.

Pour éviter l'intérêt, JAK pratique le « prêt-épargne équilibré » : le montant mensuel à rembourser pour le prêt doit s'accompagner d'un montant identique d’épargne. Cette épargne peut être constituée avant de solliciter le prêt ou concomitamment à celui-ci et devra être maintenue aussi longtemps que le prêt n'aura pas été totalement remboursé, dans certains cas trois mois plus tard. À noter toutefois que l’administration et les coûts de développement sont couverts par les cotisations d’adhésion annuelle et les frais des prêts (environ 2,5 %).

Conclusions

Est-il juste de créer de l’argent à partir de l’argent et d'attiser de la sorte l'appât du gain ? Quels transferts financiers des travailleurs aux capitalistes sont-ils induits par l'intérêt ? La croissance induite par l'intérêt ne va-t-elle pas mener le système à son point de rupture ?

Autant de questions qui suscitent réflexion et débat autour de ce qui constitue pourtant un axe central de la finance contemporaine. Pour autant doivent-elles être évacuées au nom du réalisme économique ou d'une sorte de fatalité ? La récente crise économique nous a assez montré le risque que présentent l'un et l'autre pour que nous soyons vigilants. Et que nous vérifiions si intérêt s’accorde bien avec intérêt général.


Bernard Bayot
Novembre 2010

 

 

1Littré, 1863.

2Deutéronome (23-19). Le verset suivant (23-20) ajoute cependant une restriction importante : « Tu pourras tirer un intérêt de l'étranger, mais tu n'en tireras point de ton frère, afin que l'Éternel, ton Dieu, te bénisse dans tout ce que tu entreprendras au pays dont tu vas entrer en possession. » L'interdiction du prêt à intérêt figure également dans l'Exode (22-24), le Lévitique (25,35-37) et dans le Livre d’Ezéchiel (18,8 ; 13,7 ; 22,12).

3Verset 275 de la deuxième sourate.

4P.-J. Proudhon, Intérêt et principal, Paris, Garnier, 1850, p. 69.

5« Le Crédit, quel intérêt ? », dans Actes des colloques de la Société P.-J. Proudhon, Paris, 1er décembre 2001. — Paris : Société Pierre-Joseph Proudhon, 2002. — 180 p. : ill. ; 21 cm. — (Les Cahiers de la Société P.-J. Proudhon).

6Direction Générale de l’Emploi et des Affaires sociales de la Commission européenne, L'Emploi en Europe 2007, COM(2007) 733 final, 23.10.2007 .

7Robert Plasman , Michael Rusinek , François Rycx et, Ilan Tojerow , La structure des salaires en Belgique, document de travail , n° 08-01.RR ,Dulbea, février 2008.

 

Voir aussi sur ce blog:

Critique du taux d’intérêt sur capital

Repost 0
Published by Ploutopia - dans MONNAIE
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 12:14

 

Mardi 7 décembre 2010, tous à vos terminaux et guichets bancaires pour retirer votre argent en pièces et billets ! Cet appel lancé par Eric CANTONA, les réseaux sociaux (Twitter, FaceBook, NetLog, etc.) commence à se faire entendre dans la presse traditionnelle. Par un rapide coup d’œil sur le site BANKRUN2010, on ne peut qu’enfin se réjouir d’une plus large prise de conscience de la problématique monétaire. Cette action rendrait compte de l’impossibilité pour les banques de nous fournir à tous le montant total de nos comptes en monnaie sonnante et trébuchante. Par défi ou par jeu, nous déclancherions une crise identique à celle qu’a connu l’argentine en 1999. Voir ou revoir la vidéo L’Argent d’Isaac ISITAN. 3 questions me viennent cependant à l’esprit.

 

1) Serons-nous suffisamment nombreux pour avoir un quelconque effet ?

Cette action me fait un peu penser à celle qui consistait à boycotter telle ou telle station essence. A-t-elle eu un effet ? Comme nous avons tous une bagnole et que nous devons tous nous déplacer en bagnole, nous sommes bien obligé, tôt ou tard, de faire un plein quelque part… Comme nous avons tous un compte en banque, que 95% des échanges monétaires sont électroniques et que nous serons en pleine période de fête, le grésillement des terminaux bancaire reprendra bien vite le dessus. Et puis, que faire de cet argent liquide une fois en poche ? Certains disent que pour le peu qu’ils ont, ce sera vite réglé. Soit mais pour une banque, ce qui compte, ce n’est pas tant le nombre de clients peu fortuné mais le nombre de client qui « valent leur pesant d’or » ! Ces clients là vont-ils sur Twitter ou Facebook ? Ces clients vont-ils retirer leurs billes histoire de faire capoter ce qui leur rapporte ces mêmes billes??? Le peuvent-ils? Une grande partie de cet argent est immobilisée sur des comptes offshores et sert à alimenter nombre de transactions spéculatives. Enfin, comme moindre consolation, à défaut de déstabiliser l’ensemble, si tous les honnêtes petites gens s’y mettent, avec un jour de retard, ce sera aussi Saint-Nicolas pour les cambrioleurs, voleurs et pickpockets de tous poils.

 

2) Ne serions-nous pas en train de scier la branche sur laquelle nous sommes tous assis ?

Sans alternative, ce sera vite invivable. La seule chose qu’une telle action pourrait permettre, si elle est fortement suivie, c’est une réelle prise de conscience du côté fondamentalement abscons et subjectif du système. Tout pourrait aussi bien fonctionner avec des rondelles de carottes, des kilojoules ou des gouttes d’eau. L’argent, l’or, la monnaie, les coquillages ou les cigarettes (durant la guerre 40-45) ne sont qu’une convention pour permettre l’échange. La monnaie est consubstantielle (inséparable) à l’échange au même titre que le langage à la communication. L’alphabet, le mot, la langue, son média, son intonation, son contexte véhicule un message, une idée, une provocation ou une tentative d’approche pour rompre ou tisser des liens entre deux ou plusieurs parties qui souhaitent communiquer et échanger par nature. La monnaie n’est rien d’autre. Fragile et forte à la fois, elle est le reflet d’individus qui interagissent en société. Tout est une question de confiance.

 

3) Toucherons-nous vraiment au cœur du système ?

Bien sûr que l’argent est le petit chapeau qui gère le monde. C’est le nerf de la guerre comme on dit. Une macabre symphonie qui fait valser le monde du pétrole, de l’armement, de l’industrie, du jeu, des narcotrafics, de la traite d’animaux et d’être humains, etc. Mais c’est aussi le sang qui coule dans nos veines : nos envies, nos peurs et angoisses existentielles que nous cherchons à combler par tous les moyens tout en faisant l’expérience de la vie. Allez dire aux laissés pour compte et aux pays émergents que les fastes du monde moderne ne sont que mirages pervers et destructeurs... Ils ne le croiront que lorsqu’ils l’auront expérimenté.

 

Plutôt que de retirer son argent, optez pour l'optimisme et la générosité en devenant Collibri par un versement mensuel de 5 euros: www.devenezuncolibri.org

Pour de réelles et concrètes alternatives dont la relocalisation est le leitmotiv

 

Sinon, vous pouvez aussi ouvrir un compte épargne chez TRIODOS

 

Quelques sites sur les alternatives monétaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

Voir aussi tous les articles de la section MONNAIE de ce blog

 

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître. »

[Alexandre Dumas, fils]

Repost 0
Published by Ploutopia - dans MONNAIE
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 14:44

http://jeanzin.fr/public/images/2010/optimisme.jpgAdmirable texte de Jean-ZIN, duquel j’ai relevé quelques passages :

 

Se persuader qu'on va à l'anéantissement est extrêmement exagéré, même s'il y avait effectivement des millions de morts, ce qui est déjà effrayant mais plus plausible quand même. Il faut en finir avec ces discours apocalyptiques de science-fiction qui nous prédisent aussi un décervelage complet, que ce soit par la consommation, la publicité, la propagande, la technologie voire, pour certains, par l'Etat providence ou l'esprit démocratique ! Il faut en finir avec ces théories du complot, de la manipulation, de la falsification complètement dépourvues de dialectique et qui nous prédisent depuis si longtemps notre complète déshumanisation.

(…)

Il faut être d'un orgueil insensé pour s'imaginer que les autres ne seraient que des moutons et des consommateurs passifs alors qu'on se croit le représentant d'une race éteinte, celle qui lutte et agit.

(…)

Les théories de l'aliénation ont largement participé à l'aveuglement des intellectuels très fiers de voir derrière les progrès de la technique et de l'alphabétisation un abêtissement général avec la perte de toute authenticité comme si le réel disparaissait sous le tapis et qu'on pouvait perdre tout sens critique.

(…)

Les Nazis et les Staliniens ont bien existé, après bien d'autres fanatiques religieux, ils n'ont pas eu le dernier mot, pas plus que les petits nazillons du management par le stress aujourd'hui. De même le travail aliénant n'est pas une nouveauté mais ce n'est pas parce qu'il y a du travail à la chaîne que tout travail nous transforme en machines. Au lieu d'une prétendue "obsolescence de l'homme", ce sont les qualités humaines qui sont de plus en plus valorisés au détriment de la simple "force de travail" laissé aux machines.

 

Piètre consolation sans doute pour nos idéaux, d'autant que ce n'est pas sans créer de nouvelles aliénations. En effet, la contrepartie d'une exagération des catastrophes qui nous menacent dépourvue de toute dialectique, c'est, invariablement, un monde qu'on voudrait trop idéal avec l'illusion volontariste, sans aucune dialectique non plus, que cela ne dépendrait que de nos bonnes volontés. L'expérience s'empresse de réintroduire cette dialectique par l'inévitable déception qui suit la proclamation de notre pouvoir sublimé (Yes We Can), transformant dès lors l'amour en haine quand elle ne pousse pas au suicide ceux qui avaient eu le malheur de trop y croire !

(…)

Ce qui devrait nous enthousiasmer, c'est d'entrer dans "l'ère de l'information, de l'écologie et du développement humain" qui sont absolument indissociables et ne sont pas sans promesses d'un avenir meilleur. Il n'est pas vrai que les jeunes d'aujourd'hui souffriront plus que leurs parents, c'est aujourd'hui qu'ils souffrent d'un monde vieillissant et archaïque qui ne leur laisse pas de place, mais l'avenir est à eux !

 

C'est ce qui fait qu'on vit un moment décisif sur tous les plans car c'est cette génération qui sera à la fondation des civilisations futures. Ce n'est pas dire que tout va bien, il faut le répéter. Reste, notamment, le défi climatique, plus qu'énergétique, et là, ce n'est pas gagné. Mais si c'était gagné d'avance, notre existence n'aurait aucun poids, aucun sens, aucune nécessité.

(…)

Il faudrait comprendre, en effet, notre expérience du temps comme celle du vivant qui se construit par lui-même mais en réaction à l'épreuve du réel dont il ne fait qu'épouser les formes finalement, comme les ailes de l'oiseau qui semblent sculptées par les lois de la physique. Il n'y a pas de self made man, nous sommes tous embarqués dans une aventure dont la fin n'est pas connue d'avance car elle dépend de nous et de nos errements mais ce réel sur lequel on se cogne et dont on ne peut outrepasser les limites ne se pliera pas à nos quatre volontés. On n'a pas le choix, il faudra tenir compte des contraintes écologiques et matérielles autant qu'humaines. C'est dans cet entre-deux que nous vivons, dans cet intermède dont on ne connaîtra jamais la fin.

(…)

Le fait que notre situation n'apparaît guère brillante, pourrait donc constituer une erreur de perspective par rapport aux jugements rétrospectifs sur notre époque une fois les menaces surmontées. En tout cas, on a connu bien pire dans notre longue histoire/préhistoire et on s'en est toujours sorti, pas par l'effet de la providence mais parce que les hommes agissent et que l'erreur ne peut durer toujours (au contraire d'une vérité).

(…)

Apprendre, c'est forcément abandonner d'anciennes croyances. Ce qui fait l'optimisme de la raison, ce n'est pas nos bonnes intentions supposées mais ce qu’Hegel appelle la "ruse de la raison" d'une histoire qui avance par ses mauvais côtés. La ruse de la raison, c'est que les intérêts particuliers qui font l'histoire doivent se justifier et, du fait qu'ils parlent, s'universaliser. Il faudrait y ajouter la sélection darwinienne après-coup de ce qui marche et l'élimination des systèmes insoutenables. Ce n'est pas tant qu'on vive dans le meilleur des mondes possibles, comme le déduisait un peu trop rapidement Leibniz, au grand scandale de Voltaire et de tous les candides devant les horreurs indéniables du monde. C'est plutôt que "les idées s'améliorent. Le sens des mots y participe", comme dit Lautréamont. On devient seulement un peu meilleurs avec le temps même s'il y a toujours un versant négatif et d'inévitables régressions.

 

On ne peut croire cependant qu'on nous change les hommes avec leurs petits et leurs grands côtés, ni qu'on arrive à domestiquer cette race rebelle qui tient à son désir trompeur et au monde du rêve plus qu'à la vie même. A l'opposé des délires transhumanistes comme de toute rééducation politique voulant former un homme nouveau entièrement artificiel, il faudra bien apprendre à aimer les hommes tels qu'ils sont et ne pas se la jouer. On atteint parfois le ciel mais il ne faut en attendre nulle gratitude ni assurance sur l'avenir. La fin reste un naufrage, tout est fragile, ce n'est pas un monde durable mais cette tranche d'éternité reste une comédie risible quand cela ne tourne pas à la tragédie et nous avons plus d'un tour dans notre sac. Il y aura des massacres sanglants, d'immenses dévastations, mais, dans ce désastre, il y aura des enfants innocents, des prouesses admirables, des vies qui valent la peine d'être vécues.

Repost 0
Published by Ploutopia - dans EVEIL
commenter cet article

Liens

A lire

1) Manuel d’anti-économie

2) Transition écologique & économique

3) Le retour du puritanisme au travail

4) Le désir comme désir de l’Autre

5) La Décroissance, l’Argent et Moi

6) Argent, Richesse, Valeur

 

Vie Pratique, Autonomie

AUTARCIES

ECOCLASH (voir Liens)

TERRA MATER

HABITER-AUTREMENT

ECO-BIO.INFO

EAU-tarcie (H20)

RAFFA : le grand ménage

 

Transition > POST-CAPITALISME

Villes en transition

Transition Monétaire

Transition Politique (Politique Simultanée)

Transition Culture

Eco-villages

Créatifs Culturels

Simplicité Volontaire

Demarche.org

Decroissance.org

REVOLUTION LENTE

 

Belgique

RESPIRE asbl

GRAPPE asbl

TETRA asbl

FINANCITE

Se changer soi

Amis de la Terre

Objecteurs de croissance

Nature et Progrès

Nature & Progrès Bruxelles

Ligue des optimistes

CETRI

CADTM

Confluence

Habitat Groupé

Classes de Terre

Ca passe par ma Commune

Groupe de Travail sur la Monnaie

Frère Albert

Maisondd.be (dd humain)

 

France

Plus Conscient 

Pièces et Main d’Œuvre

Dialogue en Humanité

Blog monde diplomatique

On peut le faire

Réseau éco-villages

Sentinelles de la république

 

Blog France

Jean ZIN

Pierre RABHI

Frédéric LORDON

Emceebeulogue

Fortune

 

Favoris

THEOGNOSIS (n'existe plus)

Sortir de l'Economie

INVENTIN

DONDE VAMOS

ECOPHILOPAT

NOS LIBERTES

INVENTERRE

MIIRASLIMAKE

MONOLECTE


Economie

Economistes Atterrés

ECONOSPHERES

Bioéconomie.net

SOCIETAL.org

the New Economic Foundation

 

Management

Mortel Management

 

Politique - Société

Politique Simultanée

Mouvement CiTerrien (MCT)

Alliance21 (monde responsable, pluriel et solidaire)

 

Alliance for a New Humanity


Monnaie (concept)

monnaie.wikispaces.com

www.bioeconomie.net

SystemeMonetaire.be

CreationMonetaire.info

MonnaieFondante.canalblog.com

GTMonnaie.be

Alter-Europa.com

Club-Robin.org

Sel-Terre.info

 

Monnaie (alternative)

Monnaies Locales Complémentaires

ALOE (alliance pour une économie plurielle et solidaire)

money.socioeco.org/fr/ (devenu ALOE)

www.appropriate-economics.org/

www.complementarycurrency.org/

www.digitalmoneyforum.com/

www.reinventingmoney.com/

grit-transversales.org/

Thetransitioner.org

Open Money

www.regiogeld.de (regio Allemagne)

transversel.apinc.org (SEL France)

brusel.be (SEL Bruxelles)

 

 

Climat

Manicore (Jancovici)

 

Pic Pétrole

Oleocene

 

Santé

Pharmacritique

Info Michel Dogna

Votre Sante

 

Planète

Terre Sacrée

LiberTerre.fr

Terre & Humanisme

 

Agriculture – Nature

Semences Paysannes

Kokopelli

Cheminfaisant2005.net

BRF - Bois Raméal Fragmenté

Permaculture

Masanobu Fukuoka

Plantes sauvages

 

Conscience

Alliance21

Fondation Diagonale

Trilogies

LeTransmuteur.net

Nous-les-dieux

Sens de la Vie

Zone7.net

Pas ça !

 

Manipulations

Le pouvoir mondial

SYTI.net

Prise de conscience.org

Les mots ont un sens

 

Info

MichelCollon.info

Mondialisation.ca

Grain (Agriculture)

ContreInfo

News Of Tomorrow

Monde Diplomatique

Decroissance.info

Futur Quantique

Le Grand Soir

 

TLAXCALA

Global Research

AlterInfo

RISAL (Am. Latine)

Congo Forum (Afrique)

Medium4You (Belgique)

Agoravox (France)

Marianne2.fr (France)

Rue89 (France)

 

Livres

Ecophilopat

Syti

Inventin (pdf)

Nous-les-Dieux (pdf)

Ecosociété

 

Editions

La plume de feu (Aude)

Yves MICHEL

Souffle d’Or

Charles Léopold Mayer

Aden

Syllepse

du Cerf

Ecosociété

La découverte

Le Relié

Sang de la Terre

Alter-Europa.com

Penser Librement.com

 

Autres liens

Contre la pensée unique

Epuisement des ressources

Dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation (1)

2021 : fin de l'argent
2025 : fin de l'or et du zinc
2028 : fin de l'étain
2030 : fin du plomb
2039 : fin du cuivre
2040 : fin de l'uranium
2048 : fin du nickel
2050 : fin du pétrole
2064 : fin du platine
2072 : fin du gaz naturel
2087 : fin du fer
2120 : fin du cobalt
2139 : fin de l'aluminium
2158 : fin du charbon

Notre planète n'est pas infinie. On le sait. Ses ressources sont limitées et ne peuvent satisfaire ad vitam eternam les exigences voraces de milliards d'êtres humains.

Nous devons anticiper la pénurie proche des matières premières en vivant tout simplement autrement. Sinon des guerres terribles risquent d'éclater dans un futur proche à la surface de tout le globe pour l'accaparement des gisements restants, atomisant les villes et faisant un carnage parmi les populations. Cela en moins d'une petite génération!

Si nous voulons éviter le pire, retroussons nos manches! Une nouvelle civilisation reste à inventer, ici et maintenant, plus propre, plus économe, plus respectueuse et dont l'objectif premier soit réellement le bonheur de tous et non le profit égocentrique de quelques uns au détriment de tous les autres.

Voir échéancier des ressources exploitables sur le site Terre sacrée.
(1) D'après Science et Vie hors série N° 243, construire un monde durable, de Juin 2008. http://www.mondedurable.science-et-vie.com 

Freemen

Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que :
• le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique
• s’attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance».



Au delà, comme le nom “Freemen” l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle “chaîne”, un nouveau “journal”, chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

153 blogs freemen